Infiniti Q50 Red Sport 400 2016, puissance en sobriété

Points forts
  • Choix de moteurs
  • Nouveau moteur V6 performant
  • Rouage intégral offert de série
  • Habitacle soigné
Points faibles
  • Style trop discret
  • Peu d'options offertes à la pièce
  • Palette de couleurs un peu sobre
Évaluation complète

La Infiniti Q50, qui était autrefois la G37, représente le second modèle le plus vendu chez la marque de luxe de Nissan après le QX60, le VUS familial à sept passagers. À peine deux ans après la dernière refonte, le constructeur apporte à sa berline sport des changements assez importants : nouvelles lignes, plus de technologies, mais surtout, un remaniement complet des mécaniques avec cette fois, beaucoup plus de variétés que par le passé.

Cette stratégie devrait permettre à Infiniti de rivaliser un peu mieux avec la concurrence, surtout les rivales germaniques, qui offrent depuis des années une panoplie de motorisations répondant à tous les goûts et surtout, à toutes les bourses.

Un moteur quatre cylindres turbo signé Mercedes-Benz

Ce qui n’a pas changé, c’est la Q50 hybride, mais considérant le peu d’unités vendues ces dernières années, passons rapidement à la nouveauté. Afin de se doter d’une version d’entrée de gamme plus abordable, Infiniti a conclu une entente avec Mercedes-Benz plutôt que de se lancer dans le développement d’un nouveau moteur. Le résultat? La Q50 2.0t hérite d’un moteur allemand, le même que l’on retrouve à bord du duo GLA/CLA. Ce quatre cylindres de 2,0 litres turbocompressé développe une puissance 208 chevaux pour un couple impressionnant de 258 lb-pi et se voit jumelé à une boîte automatique à sept rapports, la seule offerte pour toutes les Q50. 

Si Infiniti a décidé de sous-traiter sa mécanique de base, il s’est concentré sur la conception d’un nouveau moteur afin de remplacer le valeureux six cylindres VQ de 3,7 litres. Baptisé VR, ce nouveau V6 dispose d’une cylindrée réduite, 3,0 litres, mais comme vous l’imaginez, il est plus économique et surtout, plus puissant grâce à l’ajout d’une paire de turbocompresseurs. C’est la grande tendance et Infiniti fait le saut cette année.

À bord de la Q50 3.0t Sport, ce nouveau moteur fait preuve d’un peu plus de sobriété, mais développe tout de même 300 chevaux et un couple de 295 lb-pi. Puisque toutes les Q50 vendues au Canada seront à rouage intégral, le moteur envoie sa puissance aux quatre roues, mais favorise tout de même le train arrière au nom de performances supérieures. 

Un tour de force technologique

Dans le cas de la Q50 Red Sport 400, la plus puissante du lot, le moteur produit 400 chevaux et 350 lb-pi de couple grâce notamment à l’ajout d’un refroidisseur intermédiaire à l’air et à l’eau. Deux pompes assurent le débit, maximisant l’apport en air frais au moteur lorsqu’il est plus fortement sollicité. De plus, cette version est dotée d'un capteur optique sur le turbocompresseur qui amplifie la puissance du turbo de 30 % en faisant tourner les pales plus rapidement dans certaines conditions, générant ainsi une pression supérieure instantanément. Avec l’ajout de l’injection directe et en extirpant 400 chevaux à partir d’un six cylindres de 3,0 litres, les ingénieurs ont réussi tout un tour de force.

Q50 Red Sport 400, le bolide intraverti 

Côté style, la Q50 a légèrement été remaniée. L’avant hérite d’une nouvelle grille  et quelques coups de crayon ont permis de modifier la voiture ici et là. Malgré une palette de couleurs un peu sobre, le tout est très réussi. La voiture est tout aussi réussie sur le plan esthétique que ses rivales germaniques. 

Dans le cas de la Q50 Red Sport 400, outre l’emblème « S » rouge apposé près du nom du modèle, elle hérite principalement de jantes distinctives et d’un béquet discret sur le hayon. On aurait toutefois apprécié un peu plus d’exclusivité de la part d’un modèle profitant d’un ADN aussi relevé. Si l’on doit débourser quelques milliers de dollars supplémentaires pour s’offrir la Red Sport, on s’attend normalement à obtenir une voiture qui se démarque des livrées plus communes. 

Mercedes et BMW l’ont très bien compromis en exploitant à toutes les sauces leur division AMG et M. Dans ce créneau, les acheteurs aiment l’exclusivité, surtout celle qui est apparente. C’est encore plus problématique dans le cas d’Infiniti qui, malgré quelques essais peu concluants (on se souvient de IPL), ne dispose pas d’une division de haute performance. Il fait pourtant si bien avec NISMO du côté de Nissan. 

C’est aussi le même constat à bord de la Red Sport qui profite de peu d’exclusivité. Toutefois, on ne peut rien reprocher à la Q50 côté qualité des matériaux et de l’assemblage. Dès que l’on prend place à bord, on se sent rapidement à l’aise alors que toutes les commandes tombent bien en main. Les sièges sont très confortables et offrent un bon support latéral. On aurait apprécié des sièges un peu plus sport à bord de la Red Sport 400 mais sinon, diificle d'adresser d'autres reproches.

Afin de gérer les différents systèmes à bord, on a placé pas un, mais deux écrans tactiles de bonne taille, sept et huit pouces. Celui du haut affiche les contenus alors que celui du bas permet de sélectionner les différentes fonctions et applications. Le tout est beaucoup plus intuitif que les systèmes rivaux. Voilà un bel avantage pour la Q50, on y gagne en simplicté et en efficacité.

Au volant de la Q50 Red Sport 400

Lors du lancement, seule la version Red Sport était disponible. On aurait bien aimé mettre à l’essai le moteur quatre cylindres suralimenté, mais ce sera pour une prochaine fois. Le V6 de 400 chevaux surprend par sa souplesse. La réaction est instantanée et le couple est livré rapidement, ce qui prouve que les ingénieurs ont fait tout un boulot pour contrer les irritants normalement associés à ce type de mécanique. 

La boîte automatique à sept rapports appuie très bien le moteur avec des changements de rapports efficaces et surtout sans décalage. On a l’impression de maîtriser les élans de la voiture du bout du pied avec une précision d’horloger. Selon votre humeur, vous pourrez modifier la réaction de l’accélérateur, de la transmission et de la direction en sélectionnant l’un des six modes de conduite proposés, dont le mode Sport+, le plus dynamique, et le mode Eco, le plus économique.

Parlant de la direction, Infiniti en a profité pour introduire la seconde génération de sa direction adaptative qui ajuste activement le rapport de direction en fonction de la vitesse du véhicule et des conditions de la route. Elle devient plus souple à basse vitesse et plus réactive en conduite dynamique tout en corrigeant et en inhibant les défauts de la route. Finalement, on se sent un peu déconnecté de la route, mais cette dernière représente un pas vers la conduite semi-autonome, une thechnologie vers laquelle Infiniti se dirige.

Infiniti a fait de l’excellent boulot avec sa nouvelle Q50. Il ne manque qu’un élément qui déterminera son succès, le prix. Le constructeur devra prendre soin d’être compétitif face à la concurrence, surtout dans le cas de la Red Sport, sans quoi, les acheteurs risquent de bouder le modèle.

Vidéo: Voyez la Q50 Red Sport en action

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surInfiniti Q50 et QX60 2016, serons-nous séduits ?
Infiniti, la marque de luxe de Nissan, s’apprête à introduire sur le marché des versions remaniées de deux modèles très importants, la berline sport Q50 et le VUS QX60. Le Guide de l’auto se déplace cette semaine chez nos voisins du sud afin de prendre le volant de ces deux …
DetroitInfiniti Q50 2016 et Infiniti Q60 2017 : des signes de vie
La berline Infiniti Q50 2016 et le coupé Infiniti Q60 2017 indiquent qu’il y a un signe de vie chez la marque de luxe japonaise. Après un accueil tiède de la Q50, critiquée pour ne pas offrir une expérience de conduite à la hauteur de ses rivales chez BMW et …
ActualitéInfiniti Q50 2016 : plus de jus et une meilleure direction
Même si l'Infiniti Q50 est une très jolie berline qui en offre beaucoup pour le prix, quelques détails la rendaient moins attirante que ses compétitrices : on n'aimait pas du tout son volant qui donnait l'impression d'être complètement déconnecté de la route (ce qui est d'ailleurs le cas : mis …
Premiers contactsInfiniti QX60 2016, voyager en famille dans le grand luxe
Infiniti, la marque de luxe de Nissan, a toujours misé sur la sportivité et le plaisir de conduite afin de rivaliser avec les autres protagonistes des segments aristocrates. D’ailleurs, Infiniti utilise le terme « performances inspirées » comme credo, preuve que l’on veut tout sauf se doter d’une image banale.
Premiers contactsAudi S4 2018 : la bête docile
FRANCFORT (Allemagne) – On aime les belles voitures, on aime la puissance, on aime le luxe, mais on ne veut pas se faire brasser la cage dans une auto sport peu confortable et peu pratique. Audi nous propose alors sa nouvelle berline sport compacte, la S4 2018. Vous avez bien …
Premiers contactsInfiniti Q50 Hybrid 2016 : la variante méconnue
LAGO ISEO (Italie) – Notre présence au Grand Prix d’Italie nous a permis de reprendre contact avec la variante méconnue de la gamme Q50 d’Infiniti, soit la version Q50 Hybrid dont les ventes demeurent confidentielles, principalement en raison de son prix très élevé. Avec un prix de départ chiffré à …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires