Kia Rio5 2016 : Petite voiture, vraiment?

Points forts
  • Conduite dynamique
  • Moteur fougueux
  • Style intéressant
  • Version SX de base intéressante
Points faibles
  • Consommation un peu élevée
  • Embrayage «haut»
  • Places arrière justes
  • Finition intérieure à travailler
Évaluation complète

Au volant de la Kia Rio, en direction du mont Tremblant, j’ai préféré prendre 18 petites routes plutôt que l’autoroute. Pourtant, la Rio n’a rien d’une auto sport, comme une Fiesta ST, par exemple. Vous me direz que la version SX de la Rio a une suspension calibrée pour être plus sportive mais cela ne change pas son comportement de fond en comble.

Cela dit, la Rio démontre à quel point, en 20 ans, les voitures sous-compactes ont évolué.

C’est fou ce que des roues peuvent faire!

On ne peut pas dire que la Rio5 soit une voiture particulièrement inventive au chapitre du look. Elle arbore le style caractéristique de Kia, dans sa plus simple expression.

Nous avons fait l’essai du modèle SX, ou « sport », si vous préférez. Sans changer drastiquement la voiture, cet ensemble sport inclut, outre des phares avant agrémentés de lumières DEL, des roues de 17 pouces. 17 pouces! Sur une si petite voiture, ça frappe, d’autant plus qu’elles sont assez jolies. Ces deux éléments, à eux seuls, contribuent grandement à faire de la Kia Rio SX une sous-compacte qui se démarque du lot.

Motorisation unique

Sous le capot de la Kia Rio, l’embarras du choix ne risque pas de nous rendre malades! En effet, une seule motorisation est disponible. Heureusement, il s’agit d’un moteur plus que convenable.

D’une cylindrée de 1,6 litre, ce quatre cylindres à injection directe développe 136 chevaux et 128 livres de couple. Sur le modèle SX, il est accouplé à une transmission manuelle à 6 rapports. En option, on peut avoir une transmission automatique à 6 rapports avec palettes au volant.

Commune aux produits Kia et Hyundai, la boîte manuelle se caractérise par la même imprécision, et dans le cas de la Rio, par un « point de friction » de l’embrayage particulièrement haut, ce qui rend la conduite étrange, initialement, et plus particulièrement dans le trafic, où il est alors plus difficile d’avoir une conduite coulée.

Qu’à cela ne tienne, le moteur, lui, est bien, voire fougueux! Toute cette puissance dans une petite voiture se traduit par de bonnes accélérations, qui permettent à la Rio de dépasser en toute confiance, ce qui constitue un élément de sécurité important, trop souvent négligé par les acheteurs.

L’habitacle a besoin d’un peu plus de la touche Kia

Les véhicules Kia bénéficient depuis quelques années d’intérieurs bien finis, et bien conçus. Il en va de même pour la Rio, où l’on reconnaît avec certitude les accents de la marque. Toutefois, la qualité des matériaux semble moins bonne que dans les autres Kia, et le design global moins pensé, moins abouti. Il gagnerait à se rapprocher davantage de la Forte, ou encore de l’Optima.

La version SX arrive de série avec un petit écran multimédia, lequel affiche le titre des chansons, sans plus. Toutefois, il serait intéressant d’inclure sur tous les modèles un écran suffisamment grand pour utiliser Apple CarPlay ou Android Auto, des systèmes d’exploitation qui permettent de profiter au maximum de votre téléphone intelligent au volant. Pour le moment, si vous voulez le gros écran et le système plus développé, il vous faut avancer les dollars et regarder vers des modèles plus équipés.

Sinon, les places arrière sont un peu justes, ce qui contrindique la voiture aux gens qui comptent amener des passagers de plus de 10 ans à l’arrière.

Du plaisir, mais jusqu’à un certain point

Comme mentionné plus haut, la Kia Rio SX vient avec une suspension ajustée de sorte à être plus « sportive » que les autres versions. Cette suspension confère à la Rio une bonne tenue de route, accentuée, en plus, par les roues optionnelles de 17 pouces.

Malgré tout, cette sous-compacte ne peut se targuer d’être une véritable sportive au même titre que la Ford Fiesta ST, par exemple. Cette dernière dispose de plus de puissance, de sièges baquets inspirés d’une voiture de course, et surtout, d’une suspension très (trop?) ferme. De plus, la Fiesta ST compte sur une direction pas mal précise, et une boîte manuelle aboutie. À l’inverse, la Rio a une boîte manuelle maladroite, et une direction un peu superficielle qui ne communique pas suffisamment avec le conducteur.

En même temps, la Rio SX n’a jamais eu la prétention d’être une bagnole sportive : il s’agit d’une sous-compacte idéale pour la vie de tous les jours, avec juste assez de piquant pour aller chatouiller l’amateur de conduite.

La Kia Rio5 nous fait réaliser à quel point les sous-compactes sont aujourd’hui des produits aboutis, surtout si on les compare à ce qui se faisait en la matière il y a à peine 20 ans. C’est à se demander si elles méritent encore le sobriquet de « petites voitures ».

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisLa Kia Rio5 et l'art du pragmatisme mobile
On rêve tous de posséder une Ferrari. Bien peu ont les moyens de leurs rêves. Une fois le loyer, l’épicerie, l’électricité, les couches et le câble payés, il ne reste plus grand-chose pour l’auto. Il importe alors de bien choisir sa voiture parce qu’on vivra avec longtemps. Même si on …
EssaisKia Rio5 2016, intéressante et jolie en prime!
On affectionne particulièrement les voitures sous-compactes au Québec, surtout dans leur configuration à hayon. Il n’est pas étonnant de constater que la Kia Rio5 attire de nombreux acheteurs, elle qui se classe au troisième rang des ventes au Québec, tout juste dernière la Nissan Micra et sa petite cousine, la …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires