Yaris Berline 2016 : une petite adoptée

Points forts
  • Transmissions modernes
  • Technologie SkyActiv économique
  • Intérieur bien fini et joli
  • Dynamisme de conduite impressionnant
Points faibles
  • Moins puissante que ses rivales
  • Partie avant qui ne fait pas l'unanimité
  • Fiabilité à long terme inconnue
  • Ce n'est pas une vraie Toyota
Évaluation complète

Quand j’ai conduit pour la première fois la Yaris berline 2016, c’était à Toronto, en juillet. J’y étais pour faire l’essai de la Scion iM, afin d’écrire le texte qui allait paraître dans le Guide de l’auto 2016.

Pour l’occasion, j’avais également essayé la Yaris berline, et malheureusement pour la Scion iM, c’est la Yaris qui avait le plus retenu mon attention. Même après un court essai effectué autour du « bloc », j’avais été grandement surpris par cette petite Toyota. En fait, cette Yaris n’a rien d’une Yaris. Elle ne partage rien avec la version à hayon, puisqu’en dessous des badges Toyota, on retrouve la Mazda2 berline, que Mazda ne commercialisera pas au Québec.

Après avoir conduit la Yaris berline à Québec, cette fois-ci plus longtemps, je me demande si le titre de mon article n'aurait pas dû être "Une petite Mazda3"!

Le style Kodo chez Toyota

Mazda donne des noms aux styles qui caractérisent les générations de ses véhicules. Par exemple, la flotte actuelle arbore le style Kodo, lequel emprunte des lignes plus affirmées et un devant qui ressemble à un petit démon agressif.

Ainsi, quand on regarde cette Yaris/Mazda2, on voit le style Kodo un peu partout, sauf à l’avant, où Toyota semble avoir croisé le style Kodo avec son propre style. Le résultat de cette expérience est intéressant, mais moins réussi que le style de Mazda.

La technologie SKYACTIVs’invite sous le capot

Si vous achetez une Yaris à hayon, vous retrouverez sous le capot un moteur quatre cylindres de 1,5 litre, développant 106 chevaux. Ce moulin envoie sa puissance aux roues avant à l’aide d’une transmission manuelle à 5 rapports, ou bien avec une transmission automatique à 4 rapports.

Naturellement, dans une Mazda, il y a un moteur Mazda. Dans ce cas-ci, il s’agit du plus petit moteur SKYACTIV disponible en Amérique du Nord : 1,5 litre et 106 chevaux.

Mais pour une raison ou une autre, la puissance de la version berline semble plus abondante. Les transmissions offertes y sont peut-être pour quelque chose, puisque dans la Yaris berline, il est possible d’obtenir une transmission automatique ou manuelle, les deux à 6 rapports. Si vous vous interrogé sur les performances des deux boites, elles s’équivalent.

Comme la berline bénéficie de la technologie SKYACTIV, qui comprend l’injection directe, un haut taux de compression dans les cylindres (et plus de rapports dans les transmissions), elle est plus économique que sa sœur à hayon… En fait, c’est surprenant. La Yaris à hayon consomme 7 l/100 km environ, tandis que la Yaris berline brûle 6,5 l/100 km, mais bon, cette statistique dépend largement de votre style de conduite.

Un habitacle qui ne se cache pas

Quand on embarque dans la Yaris Berline, ça transpire la Mazda à plein nez. C’est pratiquement gênant! L’écran multimédia et les commandes sont les mêmes, le volant emploie la même fausse fibre de carbone que dans toutes les Mazda « Kodo ».

En somme, c’est un bel habitacle, et Toyota a bien fait de le conserver dans son ensemble. Sinon, l’espace est similaire à ce que l’on retrouve chez le reste de la compétition. Si vous voulez une berline qui transporte quatre adultes, allez voir ailleurs, puisqu'il y en a deux qui ne seront pas confortables à l'arrière.

Une conduite nerveuse, voire sportive

Les produits Mazda se caractérisent, en général, par une conduite plus sportive que la moyenne de la catégorie.

La bonne nouvelle est que ce constat devrait se répéter avec la Mazda2 à hayon, attendue on ne sait pas trop quand. En ce qui concerne la Yaris berline, qui rappelons-le n’est nul autre que la Mazda2 berline, sa conduite est réellement des plus sportives.

À titre d’exemple, la direction arrive réellement à communiquer ce qui se passe sur la route, tandis que l’ensemble moteur/transmission répond rapidement, voire agressivement. En fait, on a l’impression de conduire une petite Mazda3.

Le seul bémol qui demeure concerne la fiabilité. Nous ne connaissons pas encore la manière dont vieillit la technologie SKYACTIV. Qui sait, peut-être qu’après 5 ans, elle fera défaut? Mais bon, Mazda offre à l’heure actuelle une garantie pour un kilométrage illimité, ce qui démontre que la marque a confiance dans ses produits. Toyota semble confiant que cette technologie sera à la hauteur de son nom. 

En ce qui concerne Toyota, il peut sembler étrange que le constructeur fasse ainsi appel à une autre compagnie pour la conception de l’un de ses produits. Il est clair qu’il compte essentiellement sur son logo et sur sa légendaire fiabilité pour vendre ses autos.

En conclusion, la Yaris berline est bien meilleure que la Yaris à hayon. Elle est tout simplement plus moderne, et les consommateurs doivent absolument considérer ces deux voitures comme étant des modèles différents l’un de l’autre.

Bravo à qui de droit!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisToyota Yaris 2015: pas facile d’être une sous-compacte
Pas facile la vie des sous-compactes. Leur vocation, leur format réduit et surtout, le fait qu’elles doivent être abordables représentent tout un défi lorsque les constructeurs veulent produire une voiture qui répond à tous ces critères tout en s’avérant inspirante et agréable à conduire. C’est notre côté rationnel qui fait …
New YorkToyota au NYIAS : Rav4 Hybride et nouvelle berline Yaris
Le numéro un mondial n’a pas été avare dans le cadre du dernier Salon international de New York. En plus de nouveautés dans les familles Scion et Lexus, Toyota a dévoilé deux autres nouveautés concernant le marché canadien : le RAV4 Hybride et une nouvelle génération de la berline Yaris …
TokyoToyota KIKAI : bizarre, dans la plus pure tradition tokyote
Le Salon de l’auto de Tokyo est unique au monde; là où plusieurs autres expositions ne présentent que des véhicules de production ou des concepts qui ont de fortes chances d’être produits, le salon japonais héberge généralement plus d’un concept complètement rocambolesque et qui ne sera jamais adapté pour la …
Matchs comparatifsLa nouvelle Yaris berline, vue par une «experte»
L'article que vous vous apprêtez à lire n'a pas été écrit par votre fidèle serviteur, mais plutôt par une «experte» en Yaris. Véronique Bélisle, une jeune femme propriétaire d'une Toyota Yaris berline 2010, s'est prêtée à notre exercice de comparer l'ancienne et la nouvelle génération de cette voiture. Elle a …
EssaisToyota Yaris Berline 2016 : l’enfant adopté a du talent
La Yaris et sa devancière, l’Echo, ont toujours été considérées comme étant des moyens de transport basiques et fiables. En revanche, elles n’ont jamais été particulièrement excitantes à conduire, mais ce n’est pas le critère principal des acheteurs de sous-compactes non plus. Toyota a ressuscité la berline Yaris pour le …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires