Êtes-vous un conducteur médicalement à risque?

Il va sans dire que l’automobile constitue l'un des meilleurs moyens de se déplacer en toute liberté. Pour bon nombre d’entre nous, cette forme de liberté sera difficile à remplacer si jamais l’on n’est plus apte à conduire.

Évidemment, la fatigue et l’influence de l’alcool et des drogues réduisent grandement nos aptitudes derrière le volant, mais qu’arrive-t-il lorsqu’on éprouve des problèmes de santé? Dans certains cas, conduire une automobile peut s’avérer risqué.

On pense d’abord et avant tout aux aînés qui, en vieillissant, se retrouvent avec des réflexes moins vifs et possiblement une capacité de jugement diminuée. Par mesure de précaution, les conducteurs de 75 ans et plus doivent subir des examens médicaux et de la vue tous les deux ans.

Malheureusement, les problèmes de santé peuvent toucher les gens de tous âges. Par exemple, une personne aux prises avec une épilepsie non contrôlée s’avère particulièrement à risque, puisqu’une crise peut survenir à tout moment, sans avertissement, et carrément empêcher la personne d’immobiliser son véhicule. Non seulement ce conducteur met sa vie en danger, mais aussi celle de ses passagers et des autres automobilistes sur la route. Dans certains cas, une médication peut calmer les crises, et si un médecin juge qu’une personne épileptique prend ses médicaments comme prescrits, il peut lui accorder à nouveau le droit de conduire.

Dans le cas des personnes diabétiques, les traitements à l’insuline ou d’autres formes de médication peuvent causer de l’hypoglycémie, et par conséquent, entraîner des pertes de conscience ou des évanouissements. De plus, les complications à long terme du diabète incluent la perte de vision et des maladies du cœur ou du système nerveux, ce qui affecte également nos aptitudes de conduite.

Enfin, certains médicaments sur ordonnance ou en vente libre peuvent être incompatibles avec la conduite sécuritaire d’un véhicule, affectant notamment la vigilance, la coordination des mouvements et la vision. En cas de doute, il faut toujours consulter son médecin ou son pharmacien afin de s’assurer d’être apte à conduire sans risquer sa vie et celle des autres.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Dossiers et conseilsMédicaments au volant : autant de tort que l’alcool
Connaissez-vous le danger des médicaments au volant? Une étude de l’américaine AAA Foundation for Traffic Safety soutient que non : ce danger, vous ne le connaissez pas. L’enquête menée par l’AAA révèle en effet qu’une trop faible minorité de conducteurs âgés de 55 ans et plus (oui, oui, vous, là-là!) …
Conseils: Protégez votre autoQuand ils devraient rendre les clés...
La 2e plus grande inquiétude chez les 55 ans et plus? Surprise : pas la mort ni la dégradation de leur situation financière. Non, après la détérioration de leur santé, ceux qui prennent de l’âge craignent surtout… la perte de leur autonomie. Alors, ne comptez pas sur eux pour renoncer …
JuridiqueFacultés affaiblies et médication
Je ne peux pas être reconnu coupable de conduite avec les facultés affaiblies pour avoir pris des médicaments qui me sont prescrits. Vrai ou faux? -------------------------- Faux! Qu’il y ait ou non de contre-indication sur vos prescriptions concernant la prise d’alcool et la conduite automobile, vous devez avoir toutes vos …
ActualitéCannabis : Québec dit non à la tolérance zéro au volant
À un peu plus de huit mois de la légalisation de la marijuana au Canada, c’est le branle-bas de combat dans les assemblées provinciales. Tour à tour, on dévoile ses stratégies pour adapter notre réalité à cette nouvelle législation. Mais reste toujours le problème de la conduite automobile. Comment peut-on …
Commentaires