Lexus RX350 et 450h 2016: En classe Affaires

Points forts
  • Style agressif
  • Confort certifié
  • Silence de roulement édifiant
  • Version 450h F Sport réussi
  • Qualité de construction très relevée
Points faibles
  • Style peut-être un peu trop agressif
  • Direction manque un peu de substance (sauf F Sport)
  • Sonorité du moteur décevante
  • Manque de passion
Évaluation complète

La plupart des gens qui voyagent en avion le font dans la section Économie. Quelques bienheureux font le même trajet en classe Affaires, en tout confort, repas inclus et boisson à volonté. Et la majorité de ces bienheureux voyagent tout à fait gratuitement, leur employeur payant la facture.

C’est en classe Affaires que je me sentais alors que j’ai effectué mes premiers tours de roue au volant du nouveau Lexus RX 350 2016. La veille, j’étais à l’arrière de l’avion : en smart fortwo! Mais ça, c’est une autre histoire.

Quoi qu’il en soit, le temps était venu pour Lexus de dépoussiérer son modèle le plus populaire, le RX. La dernière génération avait été dévoilée en 2008 en tant que modèle 2009 ce qui, dans le monde de l’automobile, équivaut à trois ou quatre siècles.

Il y a des nouveautés qui le sont moins que d’autres

Bien que Lexus parle du « tout nouveau » RX, il s’agit plutôt d’une évolution. D’une sérieuse évolution, entendons-nous. Le châssis est le même qu’avant mais les ingénieurs lui ont apporté nombre d’améliorations et de raffinements. Même chose du côté des moteurs et des boîtes de vitesse. 

Extérieurement, le nouveau Lexus fait appel à la fameuse grille en coin qui lui confère énormément de dynamisme. Même que je me demande si ce n’est pas un peu exagéré. Les lignes du véhicule semblent taillées à la hache et le résultat n’est pas vilain, juste un peu trop éclaté à mon goût. Reprenant à sa façon une idée de Ford, Lexus a concocté un hayon optionnel sur quelques versions qui peut s’ouvrir simplement en passant sa main ou son coude près du logo arrière, pour autant que la personne ait la clé du véhicule sur elle. Nos essais n’ont pas été très concluants et il faudra sans doute plusieurs tentatives avant de passer la main ou de lever le coude (non, ça ne donne pas le droit prendre de la boisson au volant!) au bon endroit. 

Un RX F Sport

Encore cette année, la version F Sport qui amène son lot de badges et de modifications esthétiques mais également des sièges avant spéciaux, des pneus de 20 pouces, le mode Sport + et, surtout, la suspension variable adaptative (AVS). Nous y reviendrons. Pour l’instant, nous nous contenterons de mentionner qu’un RX 350 ou un RX 450h doté du F Sport a franchement fière allure.

Le tableau de bord a aussi été passablement modifié et sa présentation est plus moderne et, surtout, plus conventionnelle qu’avant. Le levier de vitesses qui prenait place au tableau de bord, un peu à la manière d’une fourgonnette, figure désormais sur la console centrale, là où il se doit. Fini l’espace de rangement sous la console, impossible à rejoindre en conduisant... Sur le dessus du tableau de bord, on retrouve d’office un écran de 8 pouces. Les versions dotées des ensembles Luxe, Exécutif et F Sport ont droit à un écran de 12,3 pouces dont la définition est d’une très grande précision. Quiconque critiquerait la qualité des matériaux et leur assemblage serait prestement invité à faire mieux. Le cas échéant, cette personne sera considérée comme un dieu. Sinon, comme un odieux. 

Des améliorations

Sous le capot, deux motorisations. Le RX 350 est encore mû par l’éternel V6 de 3,5 litres, revu pour l’occasion. La culasse possède des orifices et chambres d’admission redessinées, le calage variable des soupapes (VVT-iW) a été ajouté du côté admission, ce qui a permis l’adoption du cycle Atkinson. Ce moteur est associé à une boîte de vitesse automatique à huit rapports. Les amis au sud du 45e parallèle auront droit à une version à traction (qui présente un certain effet de couple en accélération vive, toute la puissance étant livrée aux seules roues avant) mais, de notre côté de la frontière, seul le rouage intégral sera offert.

Ce moteur crache maintenant 295 chevaux à 6 300 tr/min et 268 livres-pied à 4 700 tr/min. C’est amplement suffisant pour effectuer des accélérations et des reprises décentes quoique peu sportives. La boîte automatique fait un boulot extraordinaire, en ce sens qu’elle sait se faire oublier. 

L’hybride est de retour

De son côté, l’hybride RX 450h est doté du même 3,5 litres qui, grâce à l’apport d’un moteur électrique qui régénère la batterie, fait 308 chevaux au total. Un autre moteur électrique s’occupe des roues arrière, faisant du RX 450h un véhicule toutes roues motrices… n’importe où dans le monde! La transmission est une CVT et ceux qui sont allergiques à ce type de boîte devront revoir leur jugement. Comme dans l’immense LS 600h, elle fonctionne avec  une douceur et une transparence toute « lexussienne ». Bravo Lexus!

Sur la route, il ne faut pas s’attendre à des prestations sportives. Le VUS fait tout en silence et en douceur comme une nappe de soie qui semble léviter un instant avant de se déposer calmement sur une table. Le roulis est très bien contrôlé, toutefois, on sent vite que les pneus (Michelin Premier LTX) atteignent leur limite avant le châssis. La direction est assez précise mais son retour d’information n’est pas optimal. 

La version F Sport, sans amener un changement drastique, rend le RX 350 beaucoup plus agréable à conduire. Les pneus plus gros mais surtout la suspension active font de petites merveilles. En mode Sport +, le véhicule penche moins en courbe, la direction devient plus ferme et la gestion électronique du moteur le rend plus vivant.

Par un détour inattendu de la vie, l’hybride est le modèle le plus sportif de la gamme RX, particulièrement lorsque doté du groupe F Sport. Pratiquement pas de roulis dans les courbes et une transmission CVT qui permet, grâce à des palettes au volant de changer les rapports en une fraction de seconde. Seule note discordante, la sonorité de l’échappement, modulée électroniquement, qui est tout sauf naturelle.

Le modèle le plus populaire chez Lexus

Le RX représente à lui seul 40 % des ventes de Lexus au monde. Nul doute que cette nouvelle mouture lui permettra, à tout le moins, de conserver cette place de choix. En plus, il est fabriqué au Canada dans la seule usine Lexus à l’extérieur du Japon. 

Les prix n’ont pas encore été dévoilés. Il faudra attendre la mi-novembre, soit à l’arrivée des RX chez les concessionnaires, pour les connaître. Le Lexus RX demeure l’un des VUS de luxe les plus confortables qui soient, la première classe dans le domaine automobile, si l’on veut. Pour ceux qui désirent des sensations fortes, les Allemands font des avions de chasse… mais ils vont au garage plus souvent.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

New YorkLancement du Lexus RX 2016 à New York
Lors du lancement du Lexus RX – il y a de cela déjà 17 ans —, le segment des multisegments de luxe n’existait pas encore; il faut croire que ce nouveau véhicule comblait un besoin important parmi la population, puisque les ventes ont toujours été plus que satisfaisantes. Comme la …
BlogueLexus et Mark
J’aime écouter de la musique très forte. Ce qui ne fait pas de moi un audiophile pour autant. D’ailleurs, j’écoute à peu près toujours les mêmes choses : rock des années 60, 70 et 80 et quelquefois un peu de pop. Plus je vieillis, plus j’écoute de la radio parlée, …
ActualitéUn million de Lexus hybrides vendus
Le chiffre magique de 1 million de voitures hybrides vendues à travers le monde a été franchi par Lexus. Cela a donc pris 11 ans à la marque de luxe de Toyota de franchir le cap d’un million de voitures hybride vendu. La compagnie affirme même qu’elle a dépassé le …
Questions des lecteursVéhicules d'occasion : Acura MDX ou Lexus RX350?
Nous sommes en train de magasiner un VUS et notre choix s’est arrêté sur le Acura MDX et le Lexus RX350 . Ce sont des modèles 2016 que nous voulons conserver longtemps. Nous cherchons fiabilité à long terme, du confort, et un bon espace de chargement car nous sommes une …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires