Mercedes-Benz E400 Cabrio: Traditionnelle et moderne à la fois

Points forts
  • Solide comme le roc
  • Sécurité active et passive poussée
  • Toit souple étanche
  • Bonne tenue de route
  • Équipement sophistiqué
Points faibles
  • Véhicule lourd
  • Places arrière un peu justes
  • Visibilité arrière perfectible
  • Propulsion seulement
Évaluation complète

Mercedes-Benz est sans doute le constructeur de voitures de luxe qui offre le plus grand nombre de modèles. Chaque segment de marché est ciblé par un ou deux véhicules. Le plus bel exemple est celui de la Classe E qui propose une berline et une familiale dans un premier temps et un coupé et un cabriolet dans un second temps.

Ce duo possède une plate-forme différente de la berline et de la familiale et se démarque par le fait que le coupé offre la traction intégrale 4MATIC, tandis que le cabriolet est une propulsion (roues arrière motrices). On serait porté à croire que l’absence du rouage intégral affecte la motricité dans des conditions climatiques intimidantes mais il n’en est rien avec tous les systèmes de contrôle de la stabilité latérale et de la traction qui équipent les Mercedes-Benz!

Deux moulins sont proposés. La version que nous avons mise à l’essai, une E 400 décapotable, était propulsée par le nouveau V6 3,0 litres à double turbo d’une puissance de 329 chevaux et est associé à une transmission automatique à sept rapports. Celle-ci est également utilisée avec la E550 dotée de l’autre moteur au catalogue, un V8 4,6 litres turbo de 402 chevaux. À moins que vous soyez un inconditionnel des V8, le V6 de la E 400 réalise des performances presque identiques, consomme moins et sa légèreté assure une conduite plus agréable.

Capote souple, intérieur cossu

La E 400 décapotable respecte en quelque sorte la tradition des cabriolets d’autrefois avec un toit souple. La mode est aux toits rigides rétractables. Mercedes- Benz en offre, mais pas avec ce modèle. Le toit de toile lui confère une allure classique qui s’harmonise fort bien à la silhouette qui a été révisée l’an dernier et qui est nettement plus dynamique qu’avant. Il faut ajouter que pour le marché canadien, Mercedes-Benz Canada équipe ce cabriolet avec l’ensemble AMG qui lui donne une allure davantage sportive.

Ce toit entièrement automatique se déploie ou se replie en une vingtaine de secondes. Il faut souligner que si la partie supérieure du coffre est quelque peu obstruée par l’espace dédié au rangement de la capote, sa capacité de chargement est quand même adéquate, les amateurs de golf n’ont pas à s’inquiéter. Cette capote est à triple épaisseur, isolée et bien entendu dotée d’une doublure intérieure qui nous fait oublier que nous sommes dans un cabriolet lorsque le toit est en place.

À l’avant, on retrouve la nouvelle configuration de la planche de bord partagée avec les autres modèles de la classe E. La plupart des commandes tombent sous la main, mais compte tenu de la multiplicité des systèmes, accessoires et autres, il est recommandé de potasser le manuel du propriétaire pendant une ou deux soirées. Ainsi, vous pourrez mieux apprécier votre nouvelle Mercedes-Benz. Le constructeur germanique a beau vanter le caractère intuitif de la gestion des commandes, cela risque de vous irriter si votre logique n’est pas identique à la sienne...

Les sièges avant sont confortables, réglables de multiples façons et le support latéral est excellent. Notre voiture d’essai était équipée de sièges actifs (optionnels), ce qui permet de réduire la fatigue lors de longues distances et d’avoir un meilleur support latéral sur les routes sinueuses.

Les deux places arrière sont relativement faciles d’accès, et une personne de taille moyenne s’y sentira à l’aise, pour autant que les occupants avant collaborent en avançant leur siège quelque peu. D’autre part, l’assise de ces sièges arrière est un peu basse, claustrophobes soyez avertis.

Solide comme le roc

Pendant des années et des années, même les cabriolets produits par les meilleurs constructeurs souffraient tous de vibrations, souvent visibles alors que le capot avant bougeait, l’indésirable cowl shake que tous les ingénieurs tentaient d’éliminer. Au cours de la dernière décennie, cet irritant a pratiquement disparu et on ne le retrouve nullement sur la E 400 cabriolet qui est solide comme le roc. D’ailleurs, cette impression de solidité ne se limite pas qu’au capot puisque c’est comme si l’on conduisait une voiture fabriquée à partir d’un seul bloc d’acier.

Malgré les routes en mauvais état sur lesquelles nous sommes appelés à circuler, le système de gestion de suspension réglable permet d’amortir les trous et les bosses pour offrir confort et stabilité. En plus, cette voiture adopte un comportement routier exemplaire, et ce, même si vous dépassez de beaucoup les limites de vitesse affichées. En cas d’erreur de pilotage, les systèmes de gestion de sécurité électronique sont là pour intervenir, tandis que les freins sont d’une très grande puissance.

Somme toute, si vous aimez conduire par beau temps avec la capote baissée, la Mercedes-Benz E 400 cabriolet possède tous les attributs pour combler vos attentes. Elle s’inspire d’une époque où les cabriolets faisaient l’envie de la majorité.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2015Mercedes-Benz Classe E 2015: Le succès de l’étoile
C’est le modèle le plus vendu de la marque allemande à l’échelle mondiale, ce qui s’explique partiellement par le nombre élevé de déclinaisons proposées. En Amérique du Nord, la Classe E peut recevoir pas moins de sept moteurs différents. À la base, on retrouve un quatre cylindres turbodiesel, alors qu’une …
EssaisMercedes-Benz E400 Coupé 2018 : beauté égoïste
Il existe des individus qui priorisent l’apparence par-dessus tout. Perfectionnistes et adeptes de tout ce qui est élégant, ces êtres, que certains qualifieraient de superficiels, sont prêts à débourser des sommes phénoménales sur des biens matériels simplement parce que ce sont des objets attrayants. La Mercedes-Benz Classe E, en déclinaison …
Commentaires