Essence : 100 ans plus tard, les véhicules ne font que 3 l/100 km de mieux

100 ans plus tard, les véhicules ne font que 3 l/100 km de mieux

Dans la catégorie « nouvelle loufoque », apparemment, côté consommation d’essence, tout ne se passe pas comme prévu.

En effet, l’Université du Michigan vient de publier une étude forte intéressante qui dresse le portrait de la consommation moyenne de tous les véhicules roulants aux États-Unis à travers les époques.

Or, conclusion troublante, la moyenne de tout ce qui roulait en 1923 aux États-Unis était de 16,8 l/100 km. En 2013, selon vous? 13,36… Bien entendu, ce palmarès comprend les gros camions de livraison, mais aussi les petites citadines qui brûlent 5 l/100 km…

Encore plus troublante, l’étude démontre qu’au cours des premières décennies de l’automobile, la consommation ne s’est pas améliorée, mais plutôt détériorée. Si elle était de 16,8 l/100 km en 1923, elle était de 19,7 l/100 km en 1973.

Solutions simpliste

 Pourquoi? Eh bien, parce que les ingénieurs américains ont compris qu’augmenter la quantité de carburant qui rentrait dans le moteur augmentait la puissance, sans chercher à rendre le processus plus « efficace ».

Heureusement, la crise du pétrole de 1973, suite à l’intervention américaine lors de la guerre du Yom Kippur, a calmé les ardeurs des constructeurs, puisque la consommation moyenne ne cesse de s’améliorer depuis. En 1991, elle était de 14,8 l/100 km, pour se chiffrer à 13,36 l/100 km en 2013.

Si ça paraît élevé, dites-vous qu’il l’est surtout en raison des véhicules commerciaux, qui consomment encore beaucoup. L’étude souligne que la voiture civile moyenne s’est nettement améliorée avec le temps, d’autant plus que la législation américaine oblige désormais les constructeurs américains à diminuer la consommation moyenne de leur flotte d’année en année.

À titre d’exemple, d’ici 2025, la Chevrolet Malibu devrait consommer quelque chose comme 5,5 l/100 km. Imaginez alors la Spark!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires