Jeep Patriot 2009, success story!

Points forts
  • Une véritable aubaine
  • Ligne charmante
  • Bon choix de modèles
  • Consommation raisonnable
  • Qualité très honnête
Points faibles
  • Boîte CVT à peaufiner
  • Appuie-têtes arrière fixes
  • Faible autonomie
  • Habitacle plus sombre qu’avec le Compass
  • Modalités de financement limitées (pas de location)
Évaluation complète

D'accord, le Patriot n'est peut-être pas aussi raffiné que le Honda CR-V. Il n'est pas non plus aussi puissant que le Volkswagen Tiguan et n'offre absolument pas l'espace intérieur du Toyota Rav4. Mais avec un prix de base de plus de 10 000$ inférieur à celui de ces trois rivaux, on peut lui pardonner bien des choses.

En fait, on devrait plutôt dire que le Patriot (comme son jumeau non identique, le Compass), n'a rien à se faire pardonner. Il ne fait que viser une clientèle légèrement différente, celle-là même qui rêvait jusque-là d'un petit VUS mais qui ne pouvait s'offrir autre chose qu'une voiture compacte. Aujourd'hui, en observant le succès de ce modèle, il est clair que Jeep a gagné son pari. Un vaste choix de modèles et d'options, une ligne aguichante et un prix imbattable, puis le tour est joué.

Le prix, un facteur clé

Lancé en 2007, le Patriot a connu un succès instantané. Et si la presse n'a pas été tendre avec lui, en raison de sa qualité de finition intérieure décevante, sachez que la clientèle s'en est éperdument moquée. Bon, Jeep qui a fait face à ses responsabilités a tout de même cru bon redessiner la planche de bord du véhicule pour 2009, mais je ne suis pas certain que les ventes auraient été plus basses si l'on avait conservé l'ancienne.

Chose certaine, le Patriot se veut aujourd'hui un produit peaufiné, de qualité très honnête et qui propose un excellent rapport qualité-prix.

Grâce à ses lignes à la fois modernes et rétro, qui ne sont pas sans rappeler celles du légendaire Cherokee, le Patriot charme au premier coup d'œil. La version de base dépourvue de tout artifice esthétique n'est évidemment pas la plus aguichante, mais sa ligne demeure agréable. Quant à la version Limited, jantes d'alliage, pare-chocs à garnitures argentées, porte-bagages et glaces teintées viennent enrichir son look. Je vous dirais toutefois que pour ma part, la version mise à l'essai pour cette chronique demeure la plus intéressante. Une version North accompagnée d'un groupe d'options coûtant 995$ vous propose un style fort agréable et un équipement des plus généreux, pour un prix qui demeure très raisonnable.

À bord, le Patriot propose un environnement agréable, quoique plus sombre que celui du Jeep Compass. L'espace disponible convient amplement à quatre personnes et le confort est honorable. Les occupants arrière bénéficient même de dossiers réglables, ce qui n'est pas toujours le cas chez la concurrence. Quant à la qualité de finition, elle s'est sensiblement améliorée, mais ne se compare toujours pas à celle des ténors de la catégorie.

Compact, mais pratique

Conçu à partir des bases de la Dodge Caliber, le Patriot n'est évidemment pas très volumineux. Toutefois, Jeep a su créer un habitacle modulable qui permet de bénéficier d'un excellent volume de chargement. On y retrouve donc une banquette arrière rabattable à plat en deux sections, ainsi qu'un siège droit avant également rabattable à plat. Seul bémol, les appuie-tête arrière qui demeurent fixes, limitant l'espace de rangement situé entre les dossiers avant et la banquette.

Sous le capot, le quatre cylindres de 2,4 litres fait du bon boulot. Ses performances sont honnêtes, son couple est bien réparti et sa consommation demeure majoritairement sous la barre des 10 litres aux 100 kilomètres. Par temps froid (en moyenne -16 oC), la version 4x4 à boîte manuelle mise à l'essai n'a consommé que 9,8 litres aux 100 kilomètres.

La boîte manuelle à cinq rapports demeure d'ailleurs plus intéressante que l'automatique à variation continue, dont le rendement n'impressionne guère. Cette dernière nuit aux performances du véhicule tout en augmentant d'environ 10% la consommation de carburant. Sachez au passage qu'en optant pour une version de base ou North à deux roues motrices, équipée de cette transmission, vous obtiendrez de série un moteur 2,0 litres offrant 158 chevaux au lieu de 172. Dans ce cas, il est évident que les performances n'ont rien d'exceptionnel, mais cette formule permet d'obtenir une consommation quasi similaire à celle d'une version à moteur 2,4 litres et boîte manuelle.

Trail Rated…

Jeep n'appose ce logo que sur la version équipée de la boîte à variation continue CVT2 possédant un rapport de démultiplication. Pour avoir mis cette version à l'épreuve, il est vrai que ses capacités hors route sont étonnantes. Évidemment, ne vous attendez guère aux prestations d'un Wrangler, mais ce Jeep en version 4x4 sait faire honneur à son nom. Le débattement de sa suspension est plutôt impressionnant tandis que son poids lui permet de grimper des pentes à la fois abruptes et très accidentées.

Sur route, le véhicule démontre une belle stabilité avec l'agilité d'une compacte. Sa direction pourrait être un tantinet moins engourdie, mais sinon, ce petit Jeep fait preuve d'un bel équilibre. Il n'y a en fait que son autonomie qui soit dérangeante, puisque le témoin de bas niveau d'essence apparaît après seulement 400 kilomètres de distance. Il faut dire que le réservoir n'est pas plus volumineux que celui d'une Honda Civic, ce qui explique tout…

Chose certaine, le groupe Chrysler a visé dans le mille avec son duo de petits VUS. On ne peut certainement pas dire que tous leurs produits sont actuellement à la hauteur (pensons notamment au Liberty), mais dans ce cas, le client ne peut en sortir que gagnant. Il ne reste maintenant qu'à savoir si ce dernier saura s'accommoder des modalités de financement, la location n'étant plus offerte.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires