Acura CSX 2009, cuir à tout prix

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

On le sait, la clientèle est parfois prête à débourser des sommes astronomiques pour le seul plaisir de se balader au volant d'une voiture arborant un prestigieux logo. L'Audi A3, dérivant de la Volkswagen Golf (notre Rabbit) en est un bon exemple, mais le meilleur de tous demeure incontestablement l'Acura CSX, une copie quasi conforme de la Honda Civic. Cependant, la clientèle n'étant pas dupe à ce point, elle a compris au fil des ans que la plus petite des Acura n'avait pas grand-chose de plus à offrir que la Civic, hormis une sellerie de cuir.

Tout cela explique pourquoi les ventes de la CSX ont chuté radicalement ces derniers temps. En effet, on vend actuellement presque deux fois moins de CSX que d'EL lors de sa dernière année de commercialisation. Et ce n'est pas parce que la refonte du modèle a été ratée, mais plutôt parce que la concurrence propose l'ensemble des caractéristiques de la CSX sur des voitures compactes produites sur une grande échelle. En effet, on peut opter pour une Toyota Corolla, une Volkswagen Jetta ou une Ford Focus et bénéficier de tout le luxe que propose la CSX.

LES AMÉRICAINS ONT COMPRIS

Voilà sans doute pourquoi nos voisins américains ne se voient pas proposer la CSX. On a plutôt choisi chez American Honda de rehausser légèrement le niveau d'options offert dans la Civic, ne lançant ainsi aucune poudre aux yeux à la clientèle. Les Canadiens sont en fait les seuls à pouvoir bénéficier de la CSX. On aurait pu croire que l'esthétique quelque peu différente de la CSX aurait donné droit à une quelconque exclusivité, mais ce n'est même pas le cas. La CSX est une copie de la Civic berline vendue en terre européenne. C'est plutôt notre Civic qui se différencie du reste du monde ! Cela dit, est-ce que la CSX constitue un mauvais achat ? Bien sûr que non. Cette compacte demeure une voiture extrêmement compétente qui n'a en fait comme point faible qu'un prix de vente beaucoup trop élevé. Esthétiquement, la voiture rejoint d'abord une clientèle élargie, par son allure audacieuse et son format compact. La version Type S, pour sa part, affiche un caractère plus sportif avec ses jantes de 17 pouces, son becquet arrière et son échappement distinct.

À bord, il faut évidemment faire fonctionner très fort son imagination pour trouver des différences avec l'habitacle de la Civic et celui de la CSX. En fait, c'est en s'aidant de la liste des équipements qu'on peut se prêter au jeu des différences. Vous retrouverez donc des éléments comme la sellerie de cuir, le toit ouvrant, les sièges chauffants à l'avant et la climatisation automatique, ce que la Civic n'offre pas toujours. Et bien sûr, vous remarquerez ce cher logo Acura qui trône au centre du volant.

Le conducteur bénéficie donc comme dans la Civic d'une position de conduite sans reproche et d'un excellent dégagement à tous les niveaux. La planche de bord avec son instrumentation à deux niveaux demande une certaine période d'adaptation, mais une fois celle-cipassée, on adore. Même chose pour ce volant pas tout à fait circulaire, mais qui tombe parfaitement dans les mains. Sachez cependant que le levier du frein à main, positionné à la gauche du levier de vitesse, vient empiéter sur l’espace que pourrait occuper votre genou droit. Résultat, on s’y cogne souvent. À la fin de ma semaine passée au volant de la CSX, j’avais d’ailleurs développé une petite ecchymose.

Quelques chevaux de plus

Votre représentant Acura vous parlera sans doute du moteur 2,0 litres de la CSX, puisqu’il s’agit de la principale différence entre cette dernière et la Civic. Il vous mentionnera peut-être même qu’il s’agit de l’ancien moteur de la défunte sportive RSX, ce qui est vrai. Cependant, est-ce que son apport constitue un réel avantage ? Pas vraiment. Certes, vous bénéficiez d’un peu plus de couple, ce qui ne fait pas de tort, mais sa performance sur route est très semblable. En fait, vous remarquerez un peu plus de punch, au prix d’une consommation passablement plus élevée. Soyez sans crainte, la CSX n’a rien d’une gourmande, mais lorsqu’on sait à quel point la Civic ne l’est pas, on y voit un petit désavantage.

Pour un comportement radicalement plus sportif, il faut passer du côté de la version Type S, pendant « acurien » de la Civic Si. Au moment de prendre la route avec cette voiture, vous comprendrez pourquoi tant de jeunes s’énervent au volant des petites Civic Si. La voiture est à ce point nerveuse qu’on se sent presque obligé d’y aller à fond la caisse. Et comme les 197 chevaux n’attendent que de s’exprimer, on atteint rapidement les limites permises. Il faut cependant savoir qu’avec cette version, le confort baisse d’un cran. Non seulement le niveau sonore est considérable, mais la suspension plus ferme vient aussi diminuer la quiétude à bord. On bénéficie donc d’une tenue de route plus poussée et d’un agrément de conduite rehaussé, mais au détriment du confort. Les autres versions brillent pour leur part par un équilibre d’ensemble visant à plaire à la majorité. La conduite demeure dynamique et relativement agréable, mais vous risquez d’échapper plus facilement aux pièges des policiers !

Encore une fois, la CSX est une voiture aux nombreuses qualités, mais qui ne justifie aucunement son prix en comparaison avec la Civic. Pour se laisser séduire, il faudrait vraiment qu’une ou plusieurs caractéristiques non offertes chez Honda vous soient essentielles, et que vous ne soyez attirés par aucun modèle concurrent.

FEU VERT

Qualité évidente
Conduite dynamique
Performances relevées (Type S)
Fiabilité assurée

FEU ROUGE

Prix trop élevé
Trop grande ressemblance avec la Civic
Confort moyen (Type S)

Partager sur Facebook
Commentaires