Plagiat 'Made in China'

Au cours des dernières années, la presse mondiale en a fait ses choux gras, de l’industrialisation Chinoise en pleine ébullition, notamment dans le secteur très névralgique qu’est celui de l’automobile.

Au tout début, on s’acharnait sur la qualité médiocre des produits en provenance de ce pays, notamment du côté des médias Européens, tandis que la presse Nord-Américaine, privilégiait l’ouverture d’un marché des plus lucratifs, pour les industries Nord-Américaines, dont celles du secteur de l’automobile.

Pas si plagiaires que ça

Une autre facette de cette industrie en pleine évolution, a également fait la manchette, soit celle du plagiat de véhicules asiatiques et européens par quelques constructeurs chinois, notamment le clonage non autorisé des Smart Fortwo et du massif BMW X5, pour ne citer que ceux-là.

D’abord, il est extrêmement important de savoir que les constructeurs occidentaux installés en Chine, doivent s’associer à un ou plusieurs constructeurs locaux afin de produire conjointement des véhicules en sol Chinois. A titre d’exemple, l’alliance du constructeur BMW avec le chinois Brillance Auto, permet à ce dernier de produire des véhicules sous licence BMW, en plus de fabriquer ses propres produits sous la marque Jinbei. Il s’agit évidemment d’un exemple de clonage autorisé, et cette forme de copie légale est très répandue sur l’échiquier automobile Chinois.

Les manufacturiers Chinois les plus connus, tels : Brillance Auto, BYD Auto, Chery Automobile, Dongfeng Holding et Geely Automotive, sont d’honnêtes sociétés corporatives qui visent à exporter leurs véhicules à travers la planète, au cours des prochaines années.

Le roi de la copie

Celui par qui le scandale arrive, c’est le constructeur Shuanghuan Auto, dont la spécialité première est de concevoir et de commercialiser des véhicules, dont la silhouette est littéralement un clone d’un produit autre et dont la fabrication n’est nullement autorisée. Ainsi, son modèle le plus médiatisé la Noble, est un clone de la Smart Fortwo. A cette dernière s’ajoutent des copies de modèles Honda, Toyota et BMW de générations précédentes, tels les Honda SR-V et CR-V, Toyota RAV4 à trois portières et le volumineux BMW X5. Généralement, le plagiat se limite au côté esthétique des véhicules, car ces derniers sont pour la plupart propulsés par des motorisations et des éléments mécaniques de conception chinoise.

Cette controverse, est surtout alimentée par le fait que ce manufacturier Chinois a conclu des accords avec un distributeur Italien, afin de distribuer ses copies non autorisées, sur les marchés Européens. Évidemment, les constructeurs Daimler, BMW, et Fiat ont entamés des procédures judiciaires afin d’interdire la commercialisation de ces clones, en sol Européen.

Partager sur Facebook
Commentaires