Lincoln MKZ 2015: ÇA, c’est une Lincoln?

Points forts
  • Si belle...
  • Habitacle bien pensé
  • rouage intégral sécurisant
Points faibles
  • Visibilité arrière nulle
  • Image de marque à parfaire
  • Système SYNC pourrait être mieux
Évaluation complète

« Ça c'est une Lincoln? » Le titre de l’article est l’exclamation spontanée qu’a poussée un passant qui complimentait ma voiture d’essai de la semaine quand je lui ai révélé la marque de la séduisante berline sous ses yeux. L’homme m’a raconté que son père avait possédé quelques Lincoln au cours du dernier siècle. Lorsqu’est venu le temps à son tour de s’acheter une voiture de luxe il a préféré une BMW. Il trouvait que les Lincoln de l’époque faisaient trop « pépères ».

Voilà exactement le problème que la luxueuse division de Ford doit régler. Durant très longtemps, son image a été entachée par des produits qui étaient adaptés à une clientèle vieillissante.

Maintenant que celle-ci achète moins de véhicules (beaucoup n’ont plus leurs permis conduire…), la marque a dû faire des pieds et des mains pour ne pas s’éteindre. Le bon vieux Town Car a été abandonné, tandis que le reste de la gamme a été complètement revu.

La première voiture à éclore de cette renaissance était la MKZ; basée sur la plate-forme de la Ford Fusion. Cette intermédiaire avait surpris tout le monde par son style novateur et sa technologie d’avant-garde.

Deux ans plus tard, on pose la question : la MKZ est-elle en train de sauver Lincoln?

Faire bonne impression

Le premier argument que la MKZ a en sa faveur est évidemment son allure. Que l’on pose les yeux sur ses phares acérés, sa grille suivant les courbes des lumières feux avant, sa haute ligne de caisse ou encore l’angle aigu de son toit, la berline Lincoln est sublime (à mon humble avis). Lincoln a gardé le meilleur pour la fin. Selon moi, l’arrière de la MKZ est l’un des plus réussis de son segment, avec son feu unique parcourant toute la largeur de la voiture et le petit becquet relevé.

L’habitacle est aussi bien réussi. On s’assoit dans de confortables sièges en cuir, et la planche de bord qui est devant nous se prolonge jusqu’entre les places avant. On a presque l’impression d’être aux commandes d’un avion!

La qualité des matériaux est également en nette progression par rapport aux anciens véhicules de la gamme. On peut voir que les responsables du design intérieur ont reçu le mandat d’être aussi dynamiques que possible. Ils ont su prendre quelques risques, notamment avec les lignes parcourues de plastiques à l’aspect argenté. Ces dernières sont jolies et donnent un style très moderne à l’ensemble.

De plus, les stylistes ont choisi de se débarrasser du levier de vitesse en le remplaçant par une rangée de boutons à gauche de l’écran d’infodivertissement. Certains de mes collègues trouvent que ce système n’est pas du tout intuitif. À mon avis puisque l’on ne se sert de ces boutons que pour engager un rapport, il serait inutile de gaspiller de l’espace sur la console. Il s’agit de toute façon que d’un levier qui n’est même pas relié mécaniquement à la transmission.

La MKZ qui a dormi dans mon stationnement venait avec plusieurs accessoires, comme un sélecteur permettant de changer la couleur des DEL dans l’habitacle selon mon envie du moment. C’est un peu kitsch, mais on y prend goût rapidement!

Mon seul problème majeur avec cette Lincoln vient ironiquement de son style si réussi. La visibilité arrière est tout bonnement exécrable,  victime du toit en pente. Les manœuvres de stationnement se feront obligatoirement via la caméra de recul (ou en laissant l’ordinateur s’en charger, grâce au système de stationnement en parallèle automatique de Ford). Pire encore, le gigantesque toit vitré se recule par-dessus la lunette arrière, obstruant davantage la vue.

Plus qu’une Fusion « Deluxe »

Même si la Lincoln MKZ partage beaucoup d’éléments mécaniques avec la Ford Fusion (comme son châssis ainsi que certaines de ses motorisations), sa conduite diffère de l’intermédiaire sur plusieurs points.

Tout d’abord, mon modèle d’essai était la version la plus équipée avec un V6 de 3,7 litres et le rouage intégral, hébergeant donc un moteur que la Ford ne peut recevoir. Ce moulin offre beaucoup de couple, et exploite au maximum les capacités de la boîte automatique à six rapports.

Pour ceux qui désirent exploiter les performances de la MKZ au maximum, il y a même un mode Sport qui modifie la dureté de la suspension en temps réel, la gestion du couple et la réponse de l’accélérateur. On peut finalement passer les vitesses soi-même via des palettes aux volants.

La MKZ n’est pas conçue pour être conduite sur un circuit, mais disons qu’elle se débrouille très bien lorsque l’envie de sensations fortes se fait sentir. Malheureusement, ce V6 de 300 chevaux et 277 livres-pied de couple consomme sans modération : 12,8 litres aux 100 km en conduite mixte.

Salvatrice, alors?

La MKZ avait le mandat de sortir Lincoln de l’anonymat drabe dans lequel il s’était enfoncé. On constate que non seulement la voiture est parvenue à changer l’opinion des gens envers la marque, mais qu’elle a aussi permis à Lincoln d’oser de nouvelles voitures concept comme la Continental Concept.

Maintenant que le futur de Lincoln est assuré, il est temps pour ceux qui n’auraient pas magasiné les marques que leurs aïeuls affectionnaient de poser un regard nouveau sur ces produits. Ils sont désormais plus contemporains que jamais.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2015Lincoln MKZ 2015: Défricher de nouveaux sentiers
On le mentionne depuis longtemps, le défi de Lincoln n’est pas simplement de proposer de nouveaux véhicules plus inspirés, c’est aussi de redorer son image et surtout, de redonner aux gens la fierté de posséder un modèle arborant l’emblème Lincoln. C’est exactement ce que Cadillac a réussi faire il y …
MontréalLincoln MKZ 2017 : plus qu’un simple rafraîchissement
Ford ne clone plus ses modèles en « versions » Lincoln depuis déjà quelques années. Lincoln existe comme marque automobile à part entière et la MKZ en est une belle preuve. La seconde génération de la MKZ présentée au Salon de Detroit en 2012 a droit cette année à une …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires