Honda Insight 2009, une version conçue pour une plus grande diffusion

Lorsque la compagnie Honda a dévoilé la Insight de la première génération, ce véhicule était unique à plusieurs points de vue. Non seulement ce petit hatchback deux portes possédait une silhouette pour le moins spéciale, mais il s’agissait de la voiture dotée de la plus faible consommation sur notre marché. D’ailleurs, plus de 10 ans plus tard, elle le demeure toujours même si elle n’est plus commercialisée.

Cet hybride était davantage un outil de recherche et de développement qu’un véhicule commercial à proprement parler. Sa silhouette qui ne faisait pas l’unanimité, le fait qu’il s’agisse d’un deux places et un prix relativement corsé l’excluaient à coup sûr de la grande diffusion. Et comme Honda devait sans doute perdre de l’argent avec chaque véhicule vendu en raison de coûts de fabrication élevés, on n’a pas forcé la note et on s’est surtout  préoccupé d’analyser le marché et à prendre des notes concernant cette technologie. Hier comme aujourd’hui, les ingénieurs de Honda ont adopté un système hybride en ligne alors que le moteur électrique est placé entre le moteur et la transmission et n’intervient que pour venir en aide à un moteur de petite cylindrée. Cette technologie est également adoptée entre autres par General Motors.

Les Honda Civic et Accord hybride ont hérité de cette technologie relativement simple et moins coûteuse mais qui doit parfois céder le pas à la technologie du moteur hybride en parallèle favorisé par Toyota. En plus, les succès de la Toyota Prius s’expliquent en bonne partie par ce moteur plus évolué et une silhouette caractéristique qui laisse savoir à votre entourage que vous êtes un vert et un ami de la planète. Par ailleurs, il faut y regarder de près pour savoir si votre Civic est Hybride ou régulière.

Fort de ces données, les ingénieurs de Honda se sont attaqués au développement de la seconde génération de la Insight. Ils ont donné à celle-ci une silhouette que certaines mauvaises langues vont dire inspirée de la Toyota Prius mais ils ont conservé leur système d’assistance par moteur électrique. Par contre, ils ont trouvé le moyen d’améliorer cette technologie tout en réduisant les coûts de production. Honda continue donc d’adopter la politique de la simplicité tout en abaissant les coûts et en créant une voiture qui devrait être plus agréable à conduire que les modèles concurrents. En clair, on cible une clientèle jeune qui veut acheter une voiture hybride mais qui n’en a pas nécessairement les moyens.

Le look hybride

Les raisons du marketing ne respectent pas toujours la logique. Car pour vendre un produit sur le marché, il faut s’adresser à des acheteurs qui ne sont pas nécessairement rationels. Cet illogisme si on veut l’appeler ainsi est respecté avec ce nouveau modèle car on a volontairement dessiné une voiture ressemblant plus ou moins à une Prius car c’est ce modèle qui est automatiquement associé au monde des voitures hybrides. Vous pourriez conduire le voiture hybride la plus sophistiquée sur le marché, mais si sa silhouette est conventionnelle, vous allez ratez votre affaire.

La partie avant de la Insight dernier cru nous fait plus ou moins penser à celle de la Fit, ce qui est normal car elle est dérivée de ce modèle. Par contre, avec son hayon aux lignes fuyantes incliné vers l’arrière, on obtient ce look hybride tant recherché. Soulignons en passant que les ingénieurs ont brûlé de l’huile fort tard dans la nuit car le coefficient aérodynamique de cette voiture est très poussé. On a même placé des plaques anti-tourbillon éolien sous la voiture.

Dans l’habitacle, les ressemblances avec la Fit sont nombreuses et personne ne devrait s’en plaindre. Comme cette dernière, les commandes audio sont placées dans un module rectangulaire très « in » avec ses gros boutons. Sur le modèle dénué de l’écran de navigation, il est placé au centre de la planche de bord et cette approche est plus réussie.

Si l’ergonomie des commandes et la position de conduite sont bonnes, le galbe des dossiers des sièges avant est assez prononcé. À tel point qu’il surprend lorsqu’on prend place à bord pour la première fois. Quant aux places arrière, elles sont confortables pour une voiture de cette taille. Les dossiers de type 60/40 se rabattent à plat et un groupe de batteries plus petit et le positionnement du réservoir de carburant sous le siège arrière permet de bénéficier d’un plancher de chargement entièrement plat, ce qui n’est pas toujours le cas avec d’autres hybrides.

Quant IMA rencontre ECO

Le rouage d’entraînement est de type IMA- Integrated Motor Assist- qui fait appel à un moteur électrique d’appoint pour venir en aide au petit moteur quatre cylindres de 1,3 litre produisant un total de 98 chevaux et relié à une boîte automatique de type CVT. Ce moteur quatre cylindres est sans doute le même qui est utilisé dans la Fit sur le marché japonais. Mais ce dont les ingénieurs de Honda sont les plus fiers, c’est le fait d’avoir sérieusement réduit l’encombrement du groupe de batteries et rendu plus efficace le système de gestion du moteur et du rendement afin d’améliorer l’économie d’essence. Pour ce faire, on a mis au point le système ECO qui permet d’optimiser tous les paramètres afin de pouvoir économiser davantage et d’informer le pilote afin de conduire de façon plus éco énergétique. Il suffit en effet d’appuyer sur un bouton vert identifié ECO – surprise !- pour ainsi enclencher le système.

Par la même occasion un écran d’affichage est placé directement sur les yeux du conducteur afin de pouvoir être informé de la consommation instantanée, la moyenne et vous avez même l’évaluation de votre conduite à l’aide d’illustrations ressemblant quelque peu à une éolienne. C’est n’est pas aussi sexy que l’écran d’affichage de la Prius, mais à la longue, c’est plus efficace et moins distrayant.

Mais l’élément le plus intéressant de cet affichage visant à modifier votre conduite est le fond d’écran de l’afficheur de vitesse numérique. En effet, celui-ci change de couleur en fonction de votre type de conduite. Il est bleu foncé lorsque votre pilotage n’est pas écologique du tout, il pâlit lorsque la consommation est presque adéquate avant de passer  au vert lorsque votre façon de conduire permet de consommer le moins possible.

Le vrai test

En général, la météo à Phoenix en Arizona est toujours excellente avec un ciel bleu et un thermomètre dépassant aisément les 30 degrés Celsius.

Cette fois, pour faire mentir la réputation de la ville, le temps était misérable avec des averses incessantes et un froid de canard. C’est dans ces conditions que nous avons pris le violant de l’Insight. Malgré son moteur de cylindrée assez modeste et une carrosserie quand même volumineuse, les performances du moteur sont correcte.les ingénieurs ont même agencé le couple et la boîte CVT pour que les accélérations initiales soient même nerveuses. Ce n’est pas un « dragster », mais c’est suffisant pour donner l’élan initial lorsqu’on quitte un feu de circulation lors des heures de pointes. Et contrairement à la Fit dont elle est dérivée, l’Insight est plus silencieuse. Par contre, la direction à assistance électrique est trop assistée et fait bien paraître celle de la Civic Hybrid. Par contre, la tenue de route, l’agrément de conduite se méritent des notes positives. Autre bon point, les freins ont du mordant et sont progressifs. On n’a pas cette impression, si fréquente chez les hybrides, que le véhicule ne veut pas freiner.

Agile, relativement nerveuse et offrant des performances à la hauteur de nos attentes, l’Insight nous offre un challenge en mode ECO alors que l’indicateur de vitesse nous incite à rouler dans le vert. Ce n’est pas toujours facile de concilier circulation urbaine, dépassement et zone verte. Si on ne réussit toujours pas à atteindre cet objectif, cet afficheur nous pousse à toujours rouler en tenant compte de notre style de pilotage et se prend à toujours vouloir rouler « vert » avec pour résultat que ma consommation moyenne a été de 5,2 litres aux 100 km.
La nouvelle Insight n’a pas la sophistication mécanique de la Toyota Prius, mais elle devance cette dernière avec un agrément de conduite supérieur, une meilleure tenue de route et un prix inférieur de plusieurs milliers de dollars. Il est permis de conclure qu’on n’a pas fini de voir ces Insight sur nos routes. Elle a des lacunes certes, mais elles sont compensées par une belle homogénéité en plus de consommer peu. Finalement, Honda Canada prévoit en vendre 5 000 unités par année. La voiture est à l’usine de Suzuka au Japon, tout comme la Civic Hybride.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisHonda Insight 2010 - Seconde opinion
Après avoir connu un succès monstre sur le marché japonais depuis son lancement au début de l'année, la Honda Insight sera bientôt disponible chez les concessionnaires de cette marque. J'avais eu l'occasion de conduire des modèles de pré série dans le cas du lancement de ce véhicule en novembre dernier.
Commentaires