Honda Pilot 2016- Une refonte complète

Points forts n.d.
Points faibles n.d.
Évaluation complète

Le Honda Pilot de la seconde génération n’était pas nécessairement d’une grande élégance avec ses formes carrées tandis que sa planche de bord était parsemée de boutons et commandes de toutes sortes. En plus, l’expérience de conduite tenait plus de la camionnette que d’un VUS familial. Il n’était cependant pas dépourvu de qualités tant en fait de finition (impeccable) que de fiabilité (rassurante), sans oublier sa grande polyvalence. Aussi, son rouage intégral permettait d’affronter des sentiers en assez mauvaises conditions.

Mais puisque la concurrence s’est raffinée au fil des années, le temps était venu de remplacer un produit qui était sur le marché depuis six ans. Six ans, c’est le cycle normal d’un véhicule de nos jours. Son remplacement respecte donc les normes de l’industrie.

Fidèle à son habitude, la direction de Honda a demandé aux propriétaires de Pilot ce qu’ils désiraient conserver et ce qu’ils voulaient voir être amélioré. Le modèle 2016 représente donc le fruit de ces efforts.

Illusion d’optique

Dans le cadre de la présentation, peu de minutes ont été consacrées aux éléments de design. On s’est contenté de nous mentionner que les phares avant et les feux arrière incorporaient des DEL et que les jantes en alliage étaient de 18 ou 20 pouces selon le modèle choisi. Au chapitre de l’habitacle, le présentateur a souligné plusieurs éléments, mais il s’agissait plutôt de composantes que d’éléments de style. Il a parlé de sièges chauffants et ventilés, de cadrans indicateurs numériques, d’un écran de divertissement arrière de huit pouces et de deux toits panoramiques.

Mais presque rien en fait de design proprement dit. Ce qui ne nous empêche pas de tirer nos conclusions. La silhouette extérieure est sobre, mais moderne et donne l’impression que le véhicule est plus petit qu’il ne l’est en réalité. C’est donc différent de la version précédente qui semblait s’inspirer d’une brique. Des lignes de caractère placées sous la ceinture de caisse et juste au-dessus du bas de caisse allègent la silhouette et réduisent la tension des parois latérales. Les passages de roue sont assez peu en relief tandis qu’une baguette chromée délimitant la surface vitrée et la caisse empêche la silhouette d’être empotée.

La calandre est constituée de trois bâtonnets chromés; celui du haut se prolonge jusqu’au-dessus des phares. Le pare-chocs avant se termine par une prise d’air de chaque côté, ce qui vient quelque peu encombrer un design qui aurait pu être passablement épuré.

La planche de bord est sobre et ce sont les modules de commande ainsi que l’écran de gestion qui constituent les éléments de caractère. En passant, les commandes de climatisation ne sont pas d’une grande clarté. Plus bas, le levier de vitesses est remplacé par des boutons de commandes placés à gauche de la console centrale. C’est assez intuitif et cela est en harmonie avec la tendance actuelle de remplacer le levier traditionnel par une commande alternative, que ce soit un bouton rotatif (Chrysler), un mini levier sur la colonne de direction (Mercedes-Benz) ou encore un bouton escamotable (Jaguar). Par ailleurs, l’utilisation de boutons poussoirs n’est pas une nouveauté pour Honda puisque cette configuration est utilisée par Acura depuis l’an dernier sur la RLX.

La console centrale comprend cinq ports USB en sa partie arrière, dont quatre ont une capacité de 2,5 ampères, permettant ainsi de recharger des appareils électroniques comme un téléphone cellulaire, un ordinateur ou une tablette.

Le Pilot peut accommoder sept ou huit occupants selon que la seconde rangée est constituée d’une banquette ou de deux sièges capitaines. L’accès à la troisième rangée est facilité par le fait que les sièges de la seconde rangée glissent vers l’avant à la simple pression d’un bouton. Ce qui n’empêche pas toutefois d’avoir un espace pour les jambes assez réduit une fois assis à l’arrière.

Par ailleurs, le coffre à bagages est spacieux avec une capacité de 3 092 litres derrière les sièges avant, de 1 583 derrière la seconde rangée et enfin de 524 litres une fois tous les sièges relevés.

Finalement, un espace de rangement sous le plancher à l’extrémité du coffre à bagages permet de transporter encore plus d’objets. En outre, le couvercle est réversible alors qu’un côté est recouvert de tapis et l’autre de caoutchouc texturé. Ce dernier détail témoigne de la volonté des concepteurs du Pilot de le rendre le plus complet et le plus polyvalent possible.

Cette fois, on n’oublie rien

Pendant longtemps Honda se fiait à la sophistication de sa mécanique et à sa fiabilité pour attirer les clients. Mais il faut plus de nos jours. Sans être en retard sur le plan technologique, les produits Honda peuvent dominer sous certains aspects mai affichent un certain retard sous d’autres. Tout au moins c’est la perception qu’ont les gens.

Dans le cas du nouveau Pilot on a décidé de nous offrir la totale ou presque en fait d’accessoires de sécurité et de praticabilité. Ce ne sont pas nécessairement des éléments innovateurs en soi, mais ils sont tous disponibles ou presque dans un même véhicule et sont parmi les plus sophistiqués de leur catégorie.

C’est ainsi qu’on retrouve un système de navigation Garmin de la toute dernière génération capable de modifier votre itinéraire en fonction de la circulation, tandis qu’un nouveau radio satellite Sirius XM permet de bénéficier d’un retour automatique en arrière des émissions, de l’établissement d’une liste de stations mixte en alternance et de bulletins de sport à intervalles fixes.

Bref, une foule d’accessoires destinés à rendre la conduite et la vie à bord plus facile. Sans oublier un système de divertissement avec écran de huit pouces aux places arrière.

La sécurité, bien entendu

Un embargo nous empêche de vous donner davantage de détails sur le groupe propulseur, les principaux éléments mécaniques et les différents systèmes de sécurité embarqués. Il faut également attendre jusqu’au 20 mai avant de vous transmettre nos impressions de conduite. Toutefois, sachez que le nouveau Pilot propose un système de détection de présence latérale, un mécanisme de prévention des collisions, un correcteur de sortie de trajectoire et la liste est longue. En guise de motorisation, seul le moteur V6 de 3,5 litres est offert.

Mais en attendant, on peut conclure que cette nouvelle mouture du Pilot est plus élégante, plus sophistiquée et marque un progrès significatif par rapport à la version précédente. Le 20 mai, on sera en mesure de préciser davantage.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsHonda Pilot 2016 - Sans complexe
Le Pilot de Honda, sur le marché depuis quelques années était de moins en moins compétitif. Au cours des six dernières années, le gros VUS avait bénéficié très peu de modifications techniques et esthétiques. Tant et si bien que sa silhouette très carrée ne répond plus aujourd’hui aux canons esthétiques …
EssaisHonda Pilot 2017 : il est gros, mais il se soigne
Les véhicules qui font partie de la catégorie des VUS intermédiaires ne pèchent généralement pas par excès de légèreté. Les Buick Enclave, Chevrolet Traverse, Ford Explorer, Jeep Grand Cherokee, Mazda CX-9 et Toyota Highlander ne font pas dans le poids plume. Le Honda Pilot ne fait pas exception à la …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires