Audi Q3 2015, vaut mieux attendre le 2016

Points forts
  • Conduite confortable et silencieuse
  • Finition intérieure soignée
  • Bon niveau d'équipement
  • Consommation raisonnable
Points faibles
  • Espace de chargement limité
  • Présentation un peu vieille
  • Puissance un peu juste
Évaluation complète

Les VUS de luxe ont la cote, surtout les modèles compacts qui représentent un choix intéressant par rapport aux VUS plus imposants et surtout, plus chers. Grâce à eux, on peut se payer un modèle de prestige à moindre coût. Voilà exactement pourquoi ce créneau est en forte croissance depuis des années et que les constructeurs ne ménagent pas les efforts afin d’obtenir leur juste part de marché.

Le plus petit de la famille des « Q » chez Audi, le Q3, est débarqué en Amérique du Nord l’an passé, mais il faut savoir que le modèle était déjà en vente en Europe sous sa forme actuelle depuis 2011. On peut croire qu’il est tout récent, mais ce n’est pas le cas. Le constructeur a pris le pari de commercialiser au Canada une génération vieillissante du Q3 pendant une année en attendant le modèle remanié qui débarquera en 2016. Pas facile dans cette situation de faire face à une concurrence beaucoup plus jeune et au goût du jour, notamment le BMW X1 et le Mercedes-Benz GLA. Le Q3 n’est pas complètement en marge, mais sa petite refonte lui fera grand bien. 

Des lignes équilibrées

Côté style, le Q3 ressemble sensiblement à son grand frère le Q5. La bonne nouvelle, c’est que les designers ont réussi à préserver l’équilibre des lignes en produisant ce VUS format réduit, ce qui a été moins réussi dans le cas du BMW X1. Le Q3 a mieux survécu au processus de downsizing. Son format compact le rend drôlement agréable en zone urbaine là où le véhicule excelle. Bien entendu, comme dans tous les modèles du genre, c’est l’espace à bord et de chargement qui écope. Si vous avez une grande famille et que vous pratiquez de nombreux sports, ne vous attendez pas à posséder le véhicule le plus logeable. Il est agile, mais moins pratique.

Ce qui nous plaît le plus chez Audi, ce sont les intérieurs. Dès que l’on prend place dans le Q3, on est séduit par la qualité des matériaux et surtout, l’attention portée aux détails. Rien n’est laissé au hasard, du toucher des commandes et de leur rétroaction, à l’odeur des cuirs. On a peu de reproches à faire à ce chapitre. Toutefois, la présentation du tableau de bord trahit l’âge du modèle, surtout la partie du climatiseur, mais elle demeure tout de même efficace. Le seul bémol est le système d’info-divertissement qui demeure assez complexe à utiliser, surtout lorsqu’on est sur la route. 

Deux saveurs, une motorisation

Proposé à un prix de base de 35 800 $, le Q3 est offert en deux saveurs, Progressiv et Technik, qui se distinguent principalement par leur niveau d’équipement. Bien entendu, une panoplie d’options pourra rehausser l’exclusivité du modèle. L’unique mécanique est constituée d’un moteur quatre cylindres suralimenté de 2,0 litres développant 200 chevaux pour un couple de 207 lb-pi. C’est un peu moins que ce dont le GLA dispose, surtout le couple, alors que la palme revient au BMW X1 avec ses 241 chevaux. Côté transmission, le Q3 reçoit une automatique à six rapports Tiptronic et encore une fois, la concurrence fait un peu mieux avec des transmissions à sept et huit rapports. D’ailleurs, on aurait bien apprécié que notre Q3 hérite de celle à double embrayage comme c’est le cas en Europe. Le rouage intégral quattro est optionnel, mais pour un VUS, c’est un incontournable, surtout que celui de Audi est drôlement efficace. À proscrire : les livrées à traction.

Sur la route, on apprécie le comportement du Q3. Son format ultra-compact le rend agile et dynamique. On a beaucoup plus l’impression de conduire une berline qu’un VUS. Le Q3 a tous les attraits de ses grands frères avec en prime une facture moins salée. On retrouve rapidement une bonne position de conduite grâce notamment à sa colonne de direction télescopique. On apprécie également sa direction précise qui nous donne un bon sentiment de contrôle. Le niveau d’assistance est bien calibré.

Côté puissance, le quatre cylindres turbocompressé livre une puissance instantanée sans véritable décalage. Il répond du bout de l’accélérateur, surtout lorsque le mode sport est activé. Le couple intéressant du moteur permet une lancée rapide et on l’apprécie surtout en manœuvre de dépassement. Cependant, le Q3 n’est pas un poids plume, surtout lorsqu'il est équipé du rouage intégral, et la quantité de chevaux est assez juste pour le modèle. Bref, le Q3 a un comportement sportif, mais pas l’étoffe d’une voiture sport.

Rares sont les occasions où l'on a pu critiquer un produit Audi ces dernières années, mais il faut avouer que le Q3 n’a pas tous les attraits des autres modèles. Quelques retouches pour 2016 permettront certainement au Q3 de mieux rivaliser avec la concurrence, mais il faudra sans doute attendre la prochaine génération pour voir le meilleur du produit. 

Partager sur Facebook
Commentaires