Audi A4 2015 - Toujours dans le coup

Points forts
  • Look élégant et classique
  • Qualité de finition irréprochable
  • Rouage intégral performant
  • Moteur 2,0 litres turbo souple
  • Disponibilité de la boîte manuelle
Points faibles
  • Dégagement pour les jambes à l'arrière
  • Design du système MMI date un peu
  • Refonte imminente du modèle
  • Options onéreuses
Évaluation complète

L’Audi A4 2015 fait présentement l’objet d’un essai prolongé du Guide de l’auto et après avoir parcouru plus de 8 000 kilomètres au cours d’un hiver particulièrement rude, elle roule aussi bien qu’à ses débuts. La gamme A4 est composée de trois modèles répondant aux désignations Komfort, Progressiv et Technik selon la dotation de série. Notre modèle est une Progressiv, donc le milieu de gamme, animée par le moteur 4 cylindres turbocompressé de 2,0 litres développant 220 chevaux et 258 livres-pied de couple. Le rouage intégral Quattro répond présent, mais notre A4 se démarque par la sa boîte manuelle à six vitesses plutôt que par l’automatique à huit rapports qui équipe la grande majorité des A4 que l’on croise sur la route. Avec la boîte manuelle, on sacrifie un peu d’économies à la pompe (six vitesses versus huit rapports) mais on fait véritablement le plein de sensations parce que le conducteur participe forcément plus à l’expérience de conduite. 

Le plaisir commence à 1 500 tours…

Le couple maximal du moteur est livré de façon très linéaire de 1 500 à 4 200 tours/minute avec le résultat qu’il est fort satisfaisant de toujours sentir une poussée très soutenue, non seulement en accélération franche, mais également lors de la conduite de tous les jours où l’on accélère rarement à l’emporte-pièce. Avec sa grande souplesse, ce moteur s’avère parfaitement bien adapté à la tâche et, comme le rouage intégral priorise le train arrière pour la répartition du couple (40 % sur le train avant et 60 % sur le train arrière en conduite normale), le comportement routier et la tenue de route sont axés sur la dynamique, ce qui ajoute à l’agrément de conduite. Lors des tempêtes de neige, l’A4 n’a jamais perdu de son flegme et la conduite a été sûre et prévisible, peu importe les conditions météo.

La direction est rapide et précise et le freinage a été à la hauteur des attentes. Bref, l’A4 s’est montrée joueuse quand il nous plaisait de la pousser un peu ou de défier la neige tout en étant particulièrement agréable et confortable lors de la conduite plus relaxe. Par ailleurs, nous n’avons jamais regretté le choix de la boîte manuelle, même au milieu d’une circulation très dense en pleine heure de pointe, parce que l’embrayage est très léger et ne demande que peu d’efforts et c’est pareil pour le levier de vitesses qui est d’une facilité déconcertante à manipuler. Jusqu’à maintenant, notre moyenne de consommation s’est chiffrée à 9,5 litres aux 100 kilomètres.

La vie à bord

La qualité des matériaux utilisés dans l’habitacle et la finition intérieure sont sans reproches, les sièges avant sont très confortables et le volant sport avec méplat complète ce style qui allie classicisme et sportivité. En fait, on ne peut adresser qu’un seul reproche à l’A4 : son système MMI (Multi Media Interface) commence à dater un peu pour ce qui est de son design graphique, surtout si on le compare aux modèles plus récents de la marque d’Ingolstadt, comme celui de l’A3 par exemple. Concernant la connectivité, c’est un jeu d’enfant de connecter son téléphone intelligent au moyen du système Bluetooth, d’effectuer ou de recevoir des appels et de faire jouer la musique téléchargée dans le téléphone. Le dégagement pour les jambes des passagers arrière est compté, tout comme dans les rivales directes, et il y a fort à parier que cela fera partie des correctifs qui seront apportés lors de l’éventuelle refonte du modèle.

Avec son allure classique, ses performances toniques, son rouage intégral performant et sa qualité d’assemblage, l’A4 continue de marquer des points et demeure dans le peloton de tête de la catégorie des berlines sport de luxe malgré le fait que le modèle commence à montrer son âge face aux rivales plus récentes et plus typées. Mais pour le conducteur qui se soucie moins de l’effet de la nouveauté, l’A4 est l’un des meilleurs choix que l’on puisse faire dans ce créneau de voitures.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2014Audi A4 2014: Un peu de maquillage pour cacher les rides
Depuis que Peter Schreyer a quitté son poste de designer en chef en 2006, le style des voitures Audi n’a pas connu de révolution. Bénéficiant toutefois de bonnes bases, on leur apporte, année après année, des modifications esthétiques et des améliorations mécaniques. Dans le cas de l’A4, malgré une allure …
Technologie/Véhicules autonomesAmazon livrera directement… à votre Audi
Si vous faites vos achats sur Internet, vous avez probablement entendu parler d’Amazon : le populaire site d’achat en ligne peut vous livrer pratiquement n’importe quoi à votre porte. Que ce soit un livre, un CD, un ordinateur ou même un ensemble de pneus, il suffit de quelques clics (et …
Technologie/Véhicules autonomesAudi dévoile son plus récent moteur
Lors du Motor Symposium de Vienne, Audi a dévoilé la plus récente version de son désormais célèbre quatre cylindres de 2 litres. L’engin n’est pas révolutionnaire, mais il mérite qu’on s’y attarde, puisqu’il se retrouvera probablement dans beaucoup de produits de l’empire Volkswagen au cours des prochaines années. Le nouveau …
Nouveaux modèlesVoici la nouvelle Audi A4 2016
En fin de semaine, Audi a lancé la nouvelle Audi A4; c’est la quatrième génération de cette intermédiaire (pour les connaisseurs, il s’agit de la B9, remplaçant la B8 datant de 2007). Si son style n’est pas exactement novateur – certains font carrément allusion à une régression au modèle 2005-2008!
Commentaires