Porsche Cayman GT4 vs 911 GT 3 RS - Duel au sommet

Depuis plusieurs mois maintenant, Porsche  a présenté une pléthore de modèles GTS offerts sur les 911, Cayman, Cayenne, Panamera et Boxster. Il s’agit de versions plus relevées et plus performantes. Curieusement, dans la hiérarchie de ce constructeur, les modèles GT suivis d’un chiffre représentent le sommet de la sportivité. C’est ainsi que la légendaire 911 GT3 fait rêver les conducteurs sportifs depuis un bon bout de temps.

Cette année, dans le cadre du Salon de l’automobile de Genève, Porsche a décidé d’innover en dévoilant le nouveau Cayman GT4, une première pour ce modèle. On a modifié ce coupé afin de le rendre plus performant et plus rapide pour que les conducteurs sportifs profitent davantage de son excellente plate-forme qui jouit déjà d’une réputation fort enviable.

Lorsque ce modèle a été dévoilé en avant-première de la journée de presse, l’accueil a été enthousiaste de la part des milliers de personnes qui s’étaient assemblées dans un vaste amphithéâtre situé tout près de la gare de Cornavin, au centre de la ville de Genève. Dans le cadre de ce dévoilement, la foule a murmuré lorsqu’on a annoncé que cette nouvelle venue était dotée d’un moteur six cylindres à plat dérivé du bloc de la 911 Carrera S. 

Pour les connaisseurs de la marque, c’était toute une surprise : pour la première fois, le Cayman venait jouer dans les terres de la 911 avec un moteur presque aussi puissant que celui offert sur les modèles Carrera S et Carrera S4. Ce Cayman super vitaminé devenait de facto un sérieux concurrent à la 911 GT3 qui était jusque-là la reine de la performance en piste chez Porsche. Mais il aura fallu attendre le lendemain, dans le cadre du salon lui-même, pour avoir une réponse à cette apparente mutinerie.

Automatiquement bonifiée

Jusqu’à présent, le Cayman a eu de la difficulté à développer tout l’intérêt qu’il mérite auprès des conducteurs sportifs. Cette version coupé du Boxster possède d’indéniables qualités tant au chapitre des performances que de la conduite, mais elle a toujours dû s’incliner devant la 911 plus prestigieuse et plus puissante dans toutes ses versions. L’arrivée de la GT4 va donner au Cayman cette envieuse réputation qui lui faisait fait défaut à ce jour. L’élément le plus remarquable est l’utilisation du moteur six cylindres à plat de 3,8 litres dérivé du bloc de la 911 Carrera S, produisant 385 chevaux et associé à une transmission manuelle à six rapports. Grâce à cette cavalerie, la GT4 accélère de 0 à 100 km/h en 4,4 secondes et atteint une vitesse maximale de 295 km/h. Selon son constructeur, la consommation moyenne est de 10,3 l/100 km. Par la même occasion, les ingénieurs ont abaissé le châssis de 30 mm, tandis que le système de freinage fait presque exclusivement appel à des composantes de la 911 GT3. 

Beaucoup d’efforts ont été apportés à l’aérodynamique et à l’alimentation en air du moteur central. Cela explique les trois larges prises d’air à l’avant et l’imposant aileron fixe à l’arrière afin d’obtenir une aérodynamique optimisée au service de la déportance. Comme c’est de tradition chez Porsche, le catalogue d’options est fort bien garni. Parmi les options disponibles mentionnons le système de freinage céramique PCCB, des sièges baquets en plastique renforcé de fibre de carbone (PRFC), un groupe d’options Sport Chrono spécifique comportant l’application Track Precision. Par contre, de série, les sièges sport sont à revêtement cuir et alcantara afin d’offrir un excellent support latéral. Finalement, grâce à ses dimensions réduites, le nouveau volant sport de la GT4 assure une maniabilité optimale et une réactivité immédiate. 

Une fois de plus, le réputé constructeur allemand a réussi à concocter un modèle hors du commun en faisant appel à des composantes bien établies ayant prouvé leur valeur en piste.

Quant à l’interrogation pour savoir ce qu’il advenait de la GT3 en raison de l’arrivée de ce concurrent quasiment direct, on n’en a eu la réponse le lendemain du dévoilement de la GT4 avec une nouvelle mouture de la 911 GT3, la GT3 RS. Après tout, noblesse oblige.

911 GT3 : Toujours la référence 

Si l’on s’est permis chez Porsche de concocter un Cayman survitaminé, c’est qu’on avait des plans pour faire évoluer la légendaire GT3. D’importantes modifications réalisées au niveau de la motorisation, de l’aérodynamique et de la construction allégée ont permis d’accroître encore sensiblement les performances de la 911 GT3. Au chapitre de la mécanique, cette nouvelle version est propulsée par un moteur six cylindres de 4,0 litres d’une puissance de 500 chevaux, ce qui représente un gain de 25 chevaux. Il est associé à une boîte PDK à double embrayage à sept rapports. Il s’agit du moteur atmosphérique à injection directe le plus puissant et possédant la plus grande cylindrée de la famille 911. La GT3 RS est en mesure de réaliser 0 à 100 km/h en 3,3 secondes et de passer de 0 à 200 km/h en 10,9 secondes. Et même si la consommation de carburant ne devrait pas être une préoccupation pour ces acheteurs, elle est de 12,7 l/100 km. Certaines fonctions, telles que le débrayage par « palette neutre » — comparable à une pression sur l’embrayage avec une boîte conventionnelle —, ou la limitation de vitesse via la touche « vitesses des puits » ou pit-speed seront appréciés des pilotes de course. Car il faut se souvenir que si cette voiture est légale sur les routes, elle est essentiellement destinée à la piste.

Pour optimiser cette hausse en puissance, les ingénieurs se sont également attardés à réduire le poids du véhicule. Ce qui explique le toit en magnésium, les ailes avant, le capot avant et le capot moteur en fibre de carbone tandis que bien d’autres pièces sont réalisées dans d’autres matériaux légers. Le modèle RS ne pèse seulement que 1 420 kg, soit près de 10 kg de moins que la 911 GT3. De plus, le toit léger rabaisse le centre de gravité du véhicule et améliore ainsi sensiblement les conditions de dynamique. La carrosserie inspirée de la 911 Turbo souligne la sportivité de ce véhicule proche de la compétition, notamment avec ses pièces aérodynamiques propres aux modèles RS. La languette de bouclier avant qui descend presque au niveau de la chaussée et le large aileron arrière renforcent l’aspect imposant du véhicule. Les observateurs avertis auront déjà détecté cette rainure centrale de 30 centimètres de large s’étirant sur toute la longueur du capot avant et du toit. Autre détail digne de mention, les évacuations d’air des passages de roue avant, qui se prolongent jusque dans la partie supérieure des ailes comme sur les véhicules de course et accroissent la déportance au niveau de l’essieu avant. 

La 911 GT3 RS est également dotée de roues arrière directionnelles. La fonction Torque Vectoring Plus à blocage électronique de différentiel arrière entièrement variable optimise le dynamisme du véhicule, tandis que les voies élargies au niveau des essieux avant et arrière assurent une stabilité au roulis encore supérieure à celle du modèle 911 GT3. La 911 GT3 RS dispose par ailleurs des pneus de série les plus larges de la gamme 911. 

Dans l’habitacle, le conducteur et le passager sont assis dans des sièges baquets en fibre de carbone provenant de la 918 Spyder, rien de moins. En harmonie avec la vocation piste de ce modèle, un arceau-cage vissé est situé derrière les sièges avant. Toujours pour la piste, il y a un pré-équipement pour le coupe-batterie, le harnais six points pour le conducteur et un extincteur. L’option Sport Chrono comporte des chronomètres intégrés et l’application Porsche Track Precision pour téléphone intelligent. Celle-ci permet notamment de chronométrer automatiquement les temps au tour par GPS et d’enregistrer, d’administrer, de partager ou de comparer avec d’autres conducteurs de nombreux paramètres via téléphone intelligent : vitesse, accélération transversale, comportement au freinage et à l’accélération, etc. Difficile d’être plus complet.

On a déjà annoncé le prix de cette merveille à tous les points de vue, il vous en coûtera donc 200 700 $ pour vous retrouver derrière le volant de cette légende.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

GenèveSalon de Genève 2015 - Coups de coeur
Chaque année, le Salon de l’auto de Genève se démarque par une foule d’innovations et de véhicules intéressants. Cette fois encore, l’événement helvétique n’a pas dérogé à la tradition et les agréables surprises abondaient. J’en ai sélectionné cinq, histoire de ne pas trop détailler, mais il y en avait beaucoup …
ActualitéPorsche 911 GT3 R 2016 : pour dominer la piste
Ce n’est plus une surprise pour personne : Porsche domine sur les circuits de course. Peu importe l’endroit, peu importe la série, il a fort à parier que si une 911 se retrouve à haute vitesse sur le tarmac, elle risque fortement de gagner. La plus récente création de la …
ActualitéPorsche réserve le nom GT5; un futur Macan de course?
Des espions viennent d’apprendre toute une information; selon nos sources, Porsche aurait réservé l’appellation GT5. Cette appellation relance la machine à rumeurs à plein régime! Chez Porsche, l’appellation GT suivie d’un chiffre décrit normalement la version haute performance d’un modèle (911 GT3, Cayman GT4…). Le suffixe GT5 signifierait donc qu’un …
Premiers contactsPorsche Cayman GT4 2016, l'ultime Cayman !
Ce n’est pas nouveau, Porsche aime bien décliner ses modèles en de multiples versions, dont certaines beaucoup plus exclusives. Cette année marque un jalon important chez le constructeur de Stuttgart puisqu’il a décidé de commercialiser une version survitaminée de son Cayman, le GT4. Ce dernier représente d’ailleurs le premier véritable …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires