Hyundai Elantra Limited 2014 : Toujours aussi brillante

Points forts
  • Une carrosserie qui a de la gueule
  • Intérieur spacieux
  • Prix abordable
  • Roulement silencieux
  • Très bon niveau d’équipement pour le prix
  • Nouveau moteur de 2,0 litres
Points faibles
  • Pas de systèmes de sécurité active
  • Groupe motopropulseur plus rugueux que celui de ses concurrentes
  • Le choix du mode de direction n’a pas d’impact sur les performances
  • Pas aussi frugale que certaines de ses rivales
Évaluation complète

Si la Hyundai Elantra figure année après année parmi les meilleurs vendeurs sur le marché canadien, c’est qu’il y a une bonne raison. Cette berline compacte réussit à combiner trois des attributs les plus importants dans ce créneau : elle est abordable, elle a du style et elle est économe en carburant. Cela dit, il y a des voitures qui surpassent l’Elantra dans chacune de ces catégories. Mais elles n’obtiennent pas le même succès. Pourquoi? J’ai passé une semaine au volant de l’Elantra, renouvelée pour 2014, afin d’essayer de percer le mystère.

Belle gueule!

On peut trouver un premier élément de réponse au niveau du look. L’Elantra a su se démarquer du style de carrosserie conservateur adopté par des concurrentes comme la Toyota Corolla ou la Volkswagen Jetta. La coréenne affiche des courbes imaginatives et fluides. Elle est belle sous tous les angles, et c’est encore plus vrai avec l’ajout des diodes d’électroluminescentes (DEL) autour des phares, des feux arrière à DEL et des nouvelles jantes installées sur la version Limited que j’ai conduite. Il n’y a pas de raison pour que les petites autos arborent une allure terne, peu importe leur prix, et l’Elantra en fait une démonstration particulièrement éloquente.

Spacieuse à l’intérieur

Le volume de l’habitacle est également un atout pour l’Elantra; il offre presque autant d’espace que des berlines de format moyen. Cela se traduit par des places arrière généreuses où les passagers peuvent déployer confortablement les jambes et les bras. De même, le conducteur et le passager avant ne sont pas obligés de trop avancer leurs sièges pour agrandir les places arrière. Le coffre est suffisamment grand pour accepter les bagages de toute la famille.

Côté présentation intérieure, la version Limited est dotée d’une combinaison de cuir et de plastique, et la plupart des surfaces importantes sont souples au toucher. Hyundai a également adopté plusieurs mesures pour améliorer l’insonorisation, et la nouvelle Elantra est plus silencieuse que jamais quand on roule à bonne vitesse. La console centrale reconfigurée est coiffée d’un écran ACL et, sur les versions mieux équipées, on peut opter pour un écran plus grand avec système de navigation (et un excellent système de commande vocale).

Un nouveau moteur dans l’alignement

La nouvelle Elantra conserve le même moteur de base que l’an dernier, soit un quatre cylindres de 1,8 litre qui livre une bonne puissance : 145 chevaux et un couple de 130 lb-pi. Pour ceux qui veulent un peu plus de punch, il y a maintenant aussi un quatre cylindres de 2,0 litres. Il reprend l’architecture de son petit frère, mais il gagne 200 cc et, grâce à l’injection directe, sa consommation est à peine supérieure. Il produit 172 chevaux et un couple de 154 lb-pi. C’est ce moteur qui équipait mon modèle d’essai.

Les deux moteurs peuvent être couplés à une transmission six vitesses manuelle ou automatique. J’ai piloté le modèle à transmission automatique et j’ai trouvé qu’elle parvenait bien à sélectionner le rapport idéal au bon moment – à tel point que je n’ai jamais senti le besoin d’utiliser le mode manuel. Lors des accélérations initiales, et pour dépasser, la puissance disponible m’a semblé au-dessus de la moyenne par rapport aux modèles de base de Toyota et Honda. J’ai été moins emballé cependant par le léger tremblement du groupe motopropulseur au ralenti. On retrouve ce manque de douceur sur plusieurs des modèles plus abordables de Hyundai.

Ça roule rondement

Le châssis et la suspension de la Hyundai Elantra 2014 font un bon travail pour absorber les bosses, les nids-de-poule et les joints de dilatation de façon posée et contrôlée. L’Elantra n’est certes pas conçue pour la conduite sportive, mais elle n’est pas ennuyante à piloter pour autant. Quand on la pousse un peu trop dans un virage, elle réagit avec calme, et elle répond bien quand on fait des changements de direction soigneusement exécutés. La direction offre trois modes d’ajustement : Confort, Normal, et Sport. Je les ai tous essayés mais, mis à part une augmentation ou une diminution de la force requise au volant, je n’ai pas vu d’autres effets concrets sur la tenue de route. Cette voiture a du style, mais ce n’est pas une berline axée vers les performances. Si vous l’achetez en le sachant, vous ne serez pas déçu.

Synergie et équipement

Somme toute, il semble que le secret de l’Elantra , c’est tout simplement de bien performer dans chacune des catégories importantes du créneau des petites voitures, plutôt que de tenter de faire un coup d’éclat dans une catégorie en particulier. Seule exception à ce principe : le niveau d’équipement. L’Elantra est étonnamment bien pourvue compte tenu de son prix. Quelle que soit la version, l’Elantra semble illustrer, mieux que plusieurs de ses rivales, le principe qui dit que le tout est plus grand que la somme des parties.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéHyundai Elantra 2015 : de petits changements
La Hyundai Elantra de cinquième génération est avec nous depuis déjà 2011. Pour l’année-modèle 2015, on n’a pas voulu réinventer la roue, mais on a quand même effectué quelques petits changements dans les groupes d’options et les coloris pour peaufiner quelque peu cette compacte. Tout d’abord, un ensemble SE Style …
ActualitéLa fin de la Hyundai Elantra coupé aux États-Unis
Il semblerait que le coupé Elantra de Hyundai ne soit pas très populaire aux États-Unis. Pour cette raison, le manufacturier coréen a décidé de ne pas sortir ce modèle là-bas pour 2015. La version coupé de l'Elantra avait vu le jour il y a à peine quelques années avec la …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires