Mazda Mazda3 2014: Elle a tout pour plaire

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2014

Après le VUS compact CX-5 et la Mazda6, une berline de catégorie intermédiaire, c’est au tour de la compacte Mazda3 d’être adaptée à la technologie SKYACTIV qui permet non seulement d’épargner du carburant, mais aussi d’améliorer le comportement routier et par le fait même l’agrément de conduite.

Cette Mazda3 toute nouvelle joue un rôle capital pour la santé financière du constructeur japonais car elle représente 35 % des ventes mondiales de Mazda. Une coche mal taillée et les bilans devront être rédigés à l’encre rouge. Toutefois, une première prise de contact avec cette tout récente voiture permet de croire qu’elle sera bien accueillie un peu partout sur la planète et sur notre marché en particulier, autant dans sa version berline que hatchback.

Un air de famille
Il suffit de placer une Mazda3 à côté d’une Mazda6 pour observer plusieurs similarités. La raison en est bien simple, les stylistes adhèrent à la philosophie de design Kodo qui signifie « l’âme du mouvement ». Sur le plan pratique, cela explique cette calandre à cinq points de contact qui sert d’ancrage aux lignes de la carrosserie orientées vers l’arrière. Cette calandre surplombe une large prise d’air dont la partie inférieure est constituée d’un béquet. De chaque côté du parechoc, on retrouve un réceptacle abritant les phares antibrouillards. Quant à la calandre elle-même, elle est délimitée par des feux de route elliptiques qui se prolongent sur les ailes. Comme sur la Mazda6, ces dernières sont en relief par rapport à la partie centrale de la caisse et s’étirent jusqu’au milieu de la portière avant. Pour compenser, la partie inférieure de la caisse est en relief afin d’assurer un bel équilibre.

Soulignons que les porte-à-faux sont extrêmement courts, ce qui donne l’impression que la voiture est prête à bondir. Côté dimensions, la longueur hors tout est légèrement plus courte aussi bien sur la berline que sur le hatchback. La hauteur a été réduite de 15 mm et la largeur a progressé de 40 mm. Quant à l’empattement, il est plus long de 60 mm. La carrosserie a été allégée d’environ 90 kg, selon le modèle, tandis que le châssis bénéficie d’une rigidité accrue de 30 %.

Le dévoilement de cette nouvelle Mazda3 s’est effectué en deux phases. Tout d’abord à New York pour la version hatchback puis, quelques jours plus tard, en Californie où la berline a été dévoilée. C’est là que nous avons été en mesure de la conduire.

Les deux modèles possèdent une silhouette sportive qui respecte à la lettre la philosophie de conception Vroom Vroom. La silhouette, justement, bien que toute moderne, ressemble beaucoup à celle du modèle qu’elle remplace. Un peu comme le font si bien les constructeurs allemands : c’est nouveau, mais on reconnait le modèle antérieur.

Dans l’habitacle, la qualité des matériaux s’est améliorée de même que le niveau de la finition. Auparavant, la Mazda3 figurait parmi les meilleurs à ce chapitre et elle a continué de progresser. Les sièges offrent également plus de confort et un meilleur soutien latéral tandis que ceux en cuir sont impressionnants. Quant à la planche de bord, elle est plus ou moins inspirée de celle de la Mazda 6, mais son design est un peu plus inspiré que celui de la grande sœur. Une fois de plus, les stylistes ont bien agencé les appliques de couleur aluminium avec le noir de la planche de bord.

Un élément distingue cette planche de celle de tous les autres produits Mazda : un écran à affichage par DEL en relief sur le rebord de la planche. Cet écran, un panneau transparent vertical, affiche la vitesse du véhicule, le système de navigation et d’autres renseignements importants.Personne ne regrettera le minuscule écran de la génération précédente. Le nouveau design du bloc d’instruments comprend un indicateur analogique central, entouré d’une paire d’écrans numériques. Le cadran de l’indicateur central comporte des chiffres tridimensionnels. Autour de cet indicateur, un anneau rouge commence à palpiter dès que le conducteur ouvre la porte. Il s’agit de détails qui démontrent l’attention portée à la finition de l’habitacle. L’écran de conduite actif s’élève lorsque le commutateur d’allumage est mis à la position ON. Certains modèles pourront même être commandés avec l’affichage de type tête haute, une première pour cette catégorie. Ce système, déjà vu sur des voitures plus luxueuses permet de voir des informations comme la vitesse, le compte-tours, les informations GPS et j’en passe, directement dans le pare-brise. Ainsi, les yeux demeurent toujours sur la route.

Plus de compromis

Si la Mazda3 a continué d’enregistrer des chiffres de ventes impressionnants même si elle n’avait pas subi de transformation complète depuis quelques années, c’est qu’on avait monté un moteur de technologie SKYACTIV sur un modèle en particulier, afin d’offrir aux acheteurs potentiels la possibilité d’économiser du carburant. Malgré tout, ce n’était pas une application complète de cette technologie puisque, faute d’espace, le moteur ne possédait pas un collecteur d’échappement de type 4-2-1 comme sur les modèles CX-5 et Mazda6. Avec cette nouvelle génération, c’est un fait accompli, la Mazda3 est 100 % SKYACTIV. En tout premier lieu, la plateforme utilise une technologie qui permet d’optimiser la suspension, d’assurer plus de rigidité et une meilleure tenue de route.

Au chapitre de la motorisation, cinq moteurs sont offerts. De ce nombre, deux seulement seront réservés à notre marché. Parmi ceux qui ne franchiront pas nos frontières, il y a un quatre cylindres de 1,5 litre et un diésel de 2,2 litres. Il est certain que le premier ne sera jamais commercialisé au Canada, mais on peut toujours espérer qu’un jour, le diésel… Enfin, un modèle à propulsion hybride sera commercialisé dès cette année sur le marché japonais. Rien d’autre n’a été annoncé à propos de ce modèle. Quant aux 2,0 litres et 2,5 litres qui seront proposés sur notre marché, le 2,0 litres produit 155 chevaux et 150 lb-pi de couple, tandis que le 2,5 litres génère 184 chevaux et 185 lb-pi de couple. Dans les deux cas, ce rendement devrait assurer des performances relevées pour la catégorie, notamment le 2,5 litres. Peu importe le moteur choisi, la boite manuelle à six rapports est de série et l’automatique – également à six rapports – est en option. Encore une fois, ces boites utilisent la technologie SKYACTIV.

Mentionnons que la direction est à assistance électrique alors que les freins ont été améliorés afin d’optimiser leur efficacité et de réduire la friction. Détail à souligner, un volet d’air actif installé devant le radiateur s’ouvre et se ferme automatiquement selon les conditions de la route. Cela améliore la performance aérodynamique et économise l’essence.

En plus, le système de récupération d’énergie i-ELOOP, une exclusivité Mazda, fait appel à un condensateur pour stocker l’énergie produite quand la voiture ralentit. Ce système améliore l’économie de carburant en réduisant la quantité d’électricité requise du moteur. Et au chapitre de la sécurité active et passive, sous le vocable i-ACTIVSENSE, Mazda propose plusieurs technologies faisant appel à des capteurs tels que des radars à ondes millimétriques et des caméras aidant le conducteur à reconnaitre les dangers, à éviter les collisions et à réduire au minimum les dommages en cas d’accident.

Agilité, sportivité et économie
Des essais routiers plus concluants permettront de déterminer avec davantage de précision l’amélioration de de la berline et du hatchback en fait de performances et d’agrément de conduite. Mais la première prise de contact, bien que brève, a été concluante. Puisque le modèle qu’ils remplacent était déjà l’un des meilleurs de sa catégorie, il est facile de conclure que la nouvelle Mazda en offrira plus au chapitre de l’agrément de conduite, tout en répondant aux besoins des familles à la recherche d’une voiture compacte pratique et économique à la fois. Quant à la consommation de carburant, les chiffres officiels du manufacturier n’ont pas été dévoilés, mais il ne serait pas surprenant qu’elle soit réduite d’environ 15 % par rapport au modèle actuel.

Ces changements arrivent à point, alors que plusieurs modèles concurrents ont été dévoilés récemment ou s’apprêtent à l’être, rendant la catégorie plus compétitive que jamais. Ce sont, une fois de plus, les consommateurs qui en sortent gagnants. Et pour continuer de figurer dans le peloton de tête, la nouvelle Mazda3 a gagné en élégance, en performance et en agrément de conduite. C’est à suivre!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisMazda3 Sport 2014 : Grands plaisirs, petit budget
Fraichement renouvelée pour l’année-modèle 2014, la Mazda3 Sport de Mazda est vite devenue l’enfant chérie des journalistes de la presse automobile, et il est facile de comprendre pourquoi. Une fois de plus, Mazda semble avoir redéfini les ingrédients du succès pour un hatchback compact sur le marché canadien : des …
Matchs comparatifsMazda3 2014 VS Mazda3 2007 : des changements dans la recette?
Quand vient le temps de renouveler une voiture appréciée des consommateurs, les ingénieurs doivent faire très attention. S’ils ne font que rester au même point, on les accuse de stagner (voir la Honda Civic 2012). Cependant, s’ils s’éloignent trop du modèle original, ils risquent fort de s’aliéner leurs plus fidèles …
ActualitéLa Mazdaspeed3: de retour en 2017?
Avec la venue de la toute nouvelle Mazda 3, les amateurs du modèle Speed furent tristes d’apprendre que la variante sportive de celle-ci, la Mazdaspeed3 ne serait pas de retour pour 2014. Selon le magasine Automotive News , une Speed3 serait en route seulement pour la prochaine refonte du modèle.

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires