Mercedes-Benz Classe C 2014: Confrontée à la CLA

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2014

Encore une fois cette année, la Classe C n’est offerte qu’en version berline et coupé. Mise à jour en 2012, la C ne subit aucun changement esthétique pour 2014 puisqu’il s’agit de la dernière année de production pour la génération actuelle de la berline. Le tout nouveau modèle a d’ailleurs été repéré à maintes reprises par de nombreux espions et semble proposer une carrosserie plus effilée, se rapprochant étroitement de la Classe CLA. La nouvelle version du coupé ne devrait également pas tarder.

Mercedes-Benz commercialise 14 modèles cette année sur le continent nord-américain. Chaque véhicule rivalise avec une concurrence extérieure féroce. Dans le cas de la Classe C, elle se bat contre les Audi A4 et BMW Série 3, mais étrangement aussi contre un modèle de sa propre famille, la Classe CLA. Il est vrai que la CLA fait partie de la catégorie des coupés, toutefois, entre une berline C250 et un coupé (quatre portes) CLA250, les différences ne sautent pas aux yeux, d’autant plus que la dernière se vend 4 000$ de moins.

De la base…

Néanmoins, la Classe C proposée cette année perpétue la tradition d’excellence chez Mercedes. Autant pour le coupé que pour la berline, le constructeur de Stuttgart offre le choix de plusieurs versions, selon la motorisation, la carrosserie et le rouage de la voiture. Seule la berline C300 hérite du V6 de 3,0 litres heureusement combiné au rouage intégral 4Matic. Cet ensemble procure un excellent rapport puissance/prix mais curieusement, ce moteur consomme plus que le V6 de 3,5 litres livrant 75 chevaux additionnels, disponible dans la C350. Quel que soit le capot, le coupé et la berline ont également un quatre cylindres de 2,5 litres livrant des performances étonnantes. Même si le moteur ne développe que 201 chevaux, il réussit tout de même à déplacer hardiment la masse faisant croire aux passagers qu’il s’agit d’un V6. Bien qu’il soit impossible de jumeler ce quatre cylindres au rouage intégral, la motricité de la C250 à propulsion n’est pratiquement jamais prise en défaut. Elle se débrouille très bien en hiver mais évidemment, un rouage intégral « travaille » beaucoup mieux.

Les modèles C d’entrée de gamme ne sont pas de mauvais produits, cependant pour vivre d’authentiques sensations de conduite Mercedes, il faut impérativement opter pour un modèle C350, qu’il soit à propulsion ou à rouage intégral. Doté d’un V6 de 3,5 litres parfaitement équilibré et dépassant 300 chevaux, le coupé et la berline livrent des performances inspirantes et convaincantes. Les accélérations et les reprises bénéficient d’une puissance uniforme sur tout le régime moteur par le biais d’un accélérateur ferme et facilement dosable. La direction précise et les suspensions assez sèches procurent une tenue de route européenne, c'est-à-dire solide et rassurante.

Pour quelques dollars de plus, un ensemble AvantGarde ajoute plusieurs éléments esthétiques distinctifs, une suspension sport et un kit d’effet de sol emprunté à la version AMG. Les items de cet ensemble AvantGarde varient toutefois selon le modèle. Sur la C250 par exemple, l’ensemble ajoute des freins et une suspension sport qui rendent la conduite de la voiture beaucoup plus stimulante, justifiant amplement le déboursé demandé. Par contre, monté sur la C350, cet ensemble apporte des éléments technologiques de luxe qui n’altèrent aucunement la conduite du véhicule. Alors, pour donner un peu plus de mordant à cette C350, il faut plutôt opter pour l’ensemble Sport qui propose des palettes au volant, des jantes de 18 pouces et des sièges avant dérivés de la version AMG en plus de quelques artifices visuels.

À l’Édition 507
Inspirée des voitures du championnat allemand DTM et profitant des dernières innovations technologiques utilisées en F1, la série AMG livre des sensations fortes uniques. Autrefois surnommé la « Black Series », la C63 AMG porte cette année la mention Edition 507, référant à la force de son moteur. Les ingénieurs ont effectivement réussi le tour de force d’augmenter la puissance de 56 chevaux, permettant à cette motorisation de franchir le cap des 500 chevaux pour s’établir à un impressionnant chiffre de… 507.

Impossible de conduire sagement au volant de cette édition AMG. Toutes les situations sont bonnes afin d’exploiter à la fois la puissance du moteur et la tenue de route exceptionnelle prodiguée par sa suspension sport et ses pneus de 19 pouces. Et afin de bien maitriser la voiture et vivre des émotions fortes en circuit fermé, les propriétaires auraient fortement intérêt à s’inscrire à une séance de cours de l’Académie de conduite AMG. Deux cours sont proposés, celui de base à 2 000$ pour s’initier à l’univers AMG et un cours avancé de 4 000$ permettant de perfectionner ses habiletés de conduite et de pousser à fond la monture.

Le comportement routier de la Classe C n’est pas aussi vif et incisif que celui des Audi et BMW. Outre la version AMG, tous les autres modèles offrent un ensemble harmonieux et bien équilibré de luxe, de performance et de confort. Enfin, si vous hésitez entre les trois allemandes, la seule solution reste les essais routiers. Vous pourrez ainsi faire un choix judicieux et vous amuser en même temps!

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires