Scion tC 2014: Les apparences sont parfois trompeuses

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2014

Il arrive quelquefois que l’apparence ait plus d’importance que la substance…

Le coupé Scion tC 2014, dont les parties avant et arrière ont été redessinées, a une allure sport qui séduit. Dans ce créneau des coupés compacts on ne retrouve que quelques modèles : La tC, évidemment, la Honda Civic Coupe, la Hyundai Elantra Coupe et la Kia Forte Koup. Avec les changements apportés cette année, la Scion tC a-t-elle ce qu’il faut pour affronter ces rivales affutées?

Aussi bien le dire tout de suite, la tC n’est pas aussi sportive qu’elle n’en a l’air. Pour la majorité des acheteurs, ce sera très bien ainsi. Mais si vous êtes un véritable amateur de performances et de plaisir de conduite, sachez qu’il y a de meilleurs choix dans la gamme des Scion, notamment du côté de la FR-S.

Un habitacle étonnamment spacieux

Commençons avec les bons points. Le tC est un véhicule confortable et pratique pour un usage de tous les jours : faire les courses, aller au travail, etc. L’intérieur est spacieux, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. En effet, peu de véhicules de cette catégorie peuvent se vanter d’accueillir confortablement deux adultes de grande taille sur la banquette arrière. Le volume de chargement est plutôt généreux également, surtout avec le siège arrière rabattu. Le toit panoramique, offert en option, permet d’augmenter encore l’impression d’espace à l’intérieur de l’habitacle tout en l’ensoleillant.

La Scion tC mérite aussi de bonnes notes pour le design de son tableau de bord et de ses différentes commandes. Elles sont disposées simplement, tombent bien sous la main, et sont faciles à comprendre et à utiliser. Cette année, on retrouve un nouveau système audio dont les commandes passent par un écran central plus grand qu’avant, soit 6,1 pouces. Ce système appelé Scion Standard Display Audio sera offert dans toutes les Scion. Aussi disponible, le système Scion BeSpoke Premium Audio qui promet d’en mettre plein les oreilles.

Depuis son arrivée au Canada, la marque Scion n’a jamais été encensée pour la qualité des matériaux de l’habitacle de ses voitures. À lire le communiqué de presse de Scion suite au dévoilement de la « nouvelle » tC au Salon de New York en mars dernier, la situation change dramatiquement avec le modèle 2014. Permettez-nous d’être un peu moins enthousiaste que le rédacteur de ce communiqué…

Bonne puissance, comportement sportif décevant

La Scion tC 2014 est propulsée par un quatre cylindres de 2,5 litres. Avec ses 179 chevaux, et son couple de 172 lb-pi, il est capable d’accélérer avec autorité. Par contre, il ne se révèle pas très excitant, même quand on le pousse à fond en passant les vitesses de la boite manuelle à six rapports (on peut aussi opter pour une transmission automatique à six vitesses).

En fait, ce moteur n’a jamais été conçu pour les hauts régimes ou la conduite agressive, et il proteste si on l’emmène trop près de la zone rouge. D’où le manque d’excitation. Mais il y a un prix à payer pour la puissance de ce moulin quand on arrête à la pompe; il consomme nettement plus que ses copains de la classe compacte. Cette année, les deux boites ont été modifiées pour démontrer de plus intéressantes aptitudes sportives. Mais le problème ce n’était pas les transmissions, c’est le moteur! Et lui, il ne change pas.

Attention au TRD!
De façon générale, le tC livre une conduite et un roulement agréables quand on s’en tient aux limites de vitesse et qu’on ne s’énerve pas trop dans les courbes. Lorsqu’on pousse un peu plus, par contre, on réalise que cette voiture n’a pas été construite pour livrer l’adrénaline et le plaisir de conduite que suggère son allure. On pourrait être tenté d’essayer de donner un peu plus de tonus au tC avec l’ensemble Release Series 10 qui amène des ajouts cosmétiques (dont la peinture extérieure, invariablement argent), mais ce serait une erreur. Cet ensemble n’a pas d’impact sur le comportement dynamique de la voiture. On peut aussi fouiller dans l’imposant catalogue d’accessoires TRD pour les Scion. On y trouvera d’attrayants produits et un échappement à gros embout qui sonne bien, mais rien qui puisse transformer le tC en véritable sportive! Tout au plus, le rendre moins confortable…

On ne peut pas reprocher à la Scion tC d’arborer une allure performante tout en livrant des performances réelles moyennes. Il faut simplement le savoir avant d’acheter. On peut par ailleurs apprécier son habitacle aux volumes généreux et sa conception générale réussie. Mais, malheureusement pour Scion, des modèles comme la Kia Forte Koup ont sensiblement relevé la barre dans le créneau des petites voitures deux portes. Compte tenu de son prix, le tC doit affronter des coupés compacts beaucoup plus efficaces en matière de consommation d’essence, et tout aussi confortables. Avant de tomber sous le charme d’un tC, prenez le temps de vérifier ce qu’offre la concurrence.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisScion tC 2015, éclipsée par la FR-S
Fondée en 2002, la division Scion de Toyota devait s’attaquer au marché des jeunes acheteurs en commercialisant des véhicules beaucoup moins sérieux que ceux offerts par Toyota. La marque japonaise désirait tabler sur le style de vie des jeunes et la disponibilité de nombreux accessoires de personnalisation afin de créer …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires