Maserati Quattroporte 2014: Passione

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2014

Maserati prépare une révolution. L’an dernier, la firme italienne a vendu 6 200 véhicules dans le monde entier. Pour 2015, elle vise le cap des 50 000 unités. Une bonne part de cette prévision optimiste repose sur les épaules de la toute nouvelle Quattroporte S Q4. Prix demandé : 108 500 $.

Bien sûr, il y a aussi la Quattroporte GTS à 148 150 $, une propulsion animée par les 523 chevaux d’un V8 turbo de 3,8 litres. Mais Maserati s’attend à ce que la S Q4 représente 65 % des ventes de Quattroporte.

L’ancien modèle , dessinée par Pininfarina, ne sera pas facile à remplacer. C’était l’une des plus belles berlines quatre portières jamais construites, et son V8 emprunté à Ferrari émettait une musique divine. La nouvelle Quattroporte S Q4 2014 est propulsée par un V6 biturbo à injection directe, de 404 chevaux. Après l’avoir essayée sur la route et en piste, je dirais que Maserati a réussi à conserver la passione caractéristique de la marque, tout en créant une voiture qui répond aux critères actuels en matière d’espace intérieur, de confort, d’économie et de motricité.

Le modèle 2014 est nettement plus gros que l’ancien. Il n’est pas aussi splendide que son prédécesseur, mais on l’identifie immédiatement comme un membre de la famille Quattroporte. Le coffre a maintenant un volume comparable à celui des autres véhicules de cette catégorie, et les passagers arrière gagnent 117 mm d’espace pour les jambes. L’habitacle ne dégage pas la même prestance que celui de l’ancien modèle, mais il est tout de même très élégant et très bien fini. Les sièges avant, plutôt fermes, offrent un bon soutien dans les virages.

Les boutons de commande des glaces électriques et l’écran tactile de 8,4 pouces proviennent directement d’un Dodge Charger. Parions que les acheteurs de Maserati ne s’en vanteront pas auprès de leurs amis... Soulignons par ailleurs que la Quattroporte n’est pas munie de dispositifs de sécurité récents comme l’avertisseur de sortie de voie ou le régulateur de vitesse adaptatif.

Le coeur et l’âme de toute Maserati se trouvent sous le capot.
On y retrouve un moteur Maserati/Ferrari qui libère sans se faire prier ses 404 chevaux et son couple de 406 lb-pi dès 1 750 tr/min. Comme tout bon moulin italien, il adore aussi les hauts régimes et sa sonorité est exaltante. En appuyant sur le bouton Sport, différents paramètres se conjuguent (amortisseurs, direction, réponse à l’accélérateur et de la transmission) pour offrir une expérience de conduite très ludique.

Tout simplement fantastique.       
Et rapide. Selon les chiffres de Maserati, la Quattroporte passe de zéro à 100 km/h en 4,9 secondes, et sa vitesse maximale est de 283 km/h. Consommation : 10,5 l/100 km (combinée, norme Euro).
       
Le rouage intégral a été mis au point spécialement pour ce modèle; dans la plupart des cas, il dirige environ 70 % du couple vers les roues arrière. Le poids est réparti également entre les roues avant et arrière et la direction est à assistance hydraulique (et non électrique) pour livrer une meilleure sensation de la route.
   
La première chose que j’ai remarquée en prenant l’autoroute avec la Quattroporte S Q4, c’est la tenue de route ultra précise. Deuxième observation : le roulement – clairement, on n’est pas à bord d’une Mercedes Classe S. Il faut dire cependant que notre véhicule d’essai était muni des roues optionnelles de 21 pouces. Avec les roues de série de 19 pouces, le roulement est plus doux.
   
Sur les routes de montagne, la S Q4 se comporte avec brio : la direction est excellente, les changements de vitesse sont instantanés et le V6 est exaltant, surtout à partir de 4 000 tr/m. Quant au châssis, il nous fait oublier qu’on est à bord d’une berline de luxe grand format.
   
À la piste d’essai de Balocco, j’ai piloté la Quattroporte avec tous les dispositifs d’aide au pilotage débranchés (à la demande de Maserati), ce qui m’a permis d’apprécier toute la profondeur du comportement dynamique de la belle italienne. Là où la plupart des berlines de luxe auraient abandonné la partie pour cause de roulis excessif, la Quattroporte S Q4 flirtait sans problème avec la limite d’adhérence des pneus.

Gran Turismo
Lors de cet événement, nous avons également pu essayer la Gran Turismo MC cabriolet 2014. Offerte à 161 000 $, elle est propulsée par un V8 Ferrari/Maserati de 4,7 litres qui produit 454 chevaux à 7 000 tr/m, avec un couple de 383 lb-pi à 4 750 tr/m. La Gran Turismo MC accélère de 0 à 100 km/h en 4,9 secondes, elle atteint une vitesse de pointe de 289 km/h et elle tient étonnamment bien la route en piste. Mais sa véritable raison d’être, c’est de rouler au soleil avec la musique du V8 de Ferrari dans les oreilles.
   
La GranTurismo Sport et ses versions coupé 2+2 et cabriolet en sont à leur dernier tour de piste avec l’architecture actuelle. Les futurs modèles n’ont pas encore été officiellement dévoilés, mais on sait qu’ils seront basés sur la nouvelle berline Quattroporte.

Encore une fois, les journalistes du Guide de l’auto seront obligés d’en faire l’essai pour vous. C’est bien parce qu’on est des professionnels…

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Los AngelesMises à jour pour Maserati
Si les berlines Maserati ne font pas souvent les manchettes, c’est qu’elles n’essaient pas d’attirer l’attention : elles se contentent de faire leur petit bonhomme de chemin, acheminant l’élégance italienne dans un segment normalement réservé à l’excellence quelquefois trop sérieuse des Allemands. Pour 2015, c’est quelques retouches mineures qui seront …
ActualitéMaserati vient d’approuver la production de l’Alfieri
Maserati a été trop longtemps laissée à l’abandon, mais maintenant que l’empire FCA daigne lui accorder de l’attention, la marque italienne subit un renouveau. La Ghibli a apporté du sang neuf à la compagnie, et le VUS Levante fera entrer Maserati dans un segment compétitif. Par contre, la marque a …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires