Lexus LX 2014: Le luxe dans la démesure

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2014

Le Lexus LX570, cet imposant VUS de luxe, n’a certainement pas été conçu pour répondre aux besoins des Québécois. En effet, les automobilistes de la Belle Province ne sont pas tellement entichés de grosses pointures en fait de véhicules et encore moins lorsque ceux-ci sont vendus à gros prix. Pourtant, l’offre sur notre marché est quand même assez généreuse: toutes les marques de luxe possèdent un ou deux modèles associant grandes dimensions et luxe. Chez Lexus, une division de Toyota, le LX est le modèle phare.

Le Lexus LX570 s’est bonifié lentement au fil des années alors qu’on procédait à de multiples retouches en cours de production. La silhouette a toujours été balourde, mais l’an dernier, on a modifié la calandre, le parechoc et les phares avant. Force est d’admettre que c’est réussi, même sur ce modèle dont la silhouette n’a rien de tellement élégant. J’aillais oublier, les feux arrière ont été redessinés et les phares avant sont dorénavant dotés de diodes électroluminescentes.

Un club privé sur roues

Vous avez certainement vu comme moi des films britanniques où des gentlemen en complets rayés se donnent rendez-vous dans un club privé. Assis dans de confortables fauteuils en cuir dans une pièce aux murs garnis de bois précieux, ces gens font partie d’une classe privilégiée. On a quasiment l’impression de pénétrer dans un tel établissement lorsqu’on monte dans ce Lexus! En effet, la qualité des cuirs, la présentation de la planche de bord avec ses appliques en bois, l’atmosphère générale qui y règne, tout respire le luxe. Bien entendu, la qualité des matériaux et la finition sont impeccables. Tout pour nous confirmer que nous sommes à bord d’une Lexus, une compagnie qui prend d’infinies précautions pour s’assurer que tout soit impeccable. Il est même difficile de croire que le LX570 est dérivé du Toyota Land Cruiser, toujours offert aux États-Unis mais qui n’est plus disponible sur notre marché depuis belle lurette.

La présentation de la planche de bord ne remportera certainement pas de prix en fait d’esthétique, mais la prolifération des pavés de commandes logés dans une imposante console centrale verticale impressionne. Il faut ajouter également que l’écran de navigation est de très grande dimension. Toujours au chapitre de la présentation, sur la console placée entre les deux sièges, on retrouve plusieurs petits leviers de commande servant à gérer, entre autres, les réglages du rouage intégral et la hauteur de la suspension.

Les sièges avant sont moelleux à souhait, néanmoins, leur support latéral laisse fortement à désirer. À l’arrière, c’est toujours aussi moelleux, et même la troisième rangée de sièges accueille ses occupants avec un grand confort. Bref, c’est le traitement Lexus poussé à son maximum.

Mollesse et lourdeur
Même si l’habitacle est d’un luxe poussé, la conception mécanique de ce véhicule comprend des éléments relativement simples alors que le châssis est de type échelle et que la suspension arrière est à essieu rigide. Le moteur est un V8 de 5,7 litres d’une puissance de 383 chevaux et d’un couple 403 lb-pi. Ce n’est pas superflu puisque toute cette cavalerie doit déplacer plus de 3 tonnes! Une transmission automatique à six rapports est chargée de transmettre cette énergie aux quatre roues par l’intermédiaire d’un rouage intégral à commande électronique. En effet, si le châssis fait appel à une technologie relativement sommaire, il est important de souligner que la gestion électronique du rouage intégral, de la traction et même du contrôle de pente est très poussée. Se promener sur un sentier presque impraticable au volant d’un LX nous permet de découvrir un rouage intégral aussi efficace que sophistiqué. Il y a bien entendu un rapport démultiplié, un système de logique de passage des rapports – aussi bien en montée qu’en descente – et l’on a même droit à un système d’assistance en virage, alors que le rayon de braquage devient moindre afin de pouvoir négocier certains virages plus serrés.

Cependant, le poids et le gabarit limiteront le champ d’action du LX en conduite hors route, tandis qu’il aura de la difficulté à circuler sur des sentiers trop étroits. Curieusement, c’est sur la grande route qu’on l’apprécie davantage. La douceur de sa suspension, son insonorisation, son V8 d’une grande souplesse tout cela se conjugue pour amener le conducteur et ses passagers à bon port en transportant une impressionnante quantité de bagages. Toutefois, il faut déplorer le fait que la troisième rangée de sièges se remise sur les parois au lieu de s’escamoter dans le plancher, limitant ainsi la quantité de bagages potentiels.

Malheureusement, la direction engourdie, le roulis en virage, les dimensions pratiquement hors-normes, tous ces éléments viennent considérablement atténuer l’agrément de conduite. Ce véhicule s’adresse donc aux biens nantis qui préfèrent le luxe et la fiabilité à l’agrément de conduite.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires