Chevrolet Sonic 2014: Un grand pas en avant

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2014

Le constructeur Chevrolet a fait un grand pas en avant côté performances et agrément de conduite quand il a remplacé la plutôt placide Aveo par la Sonic en 2012. L’Aveo fournissait un moyen de transport élémentaire pour les automobilistes au budget serré. La Sonic ajoute une bonne dose de piquant à la recette.

Les sous-compactes à hayon n’ont jamais été la spécialité de GM. Mais force est de reconnaitre que la Sonic est invitante, surtout lorsque munie du quatre cylindres Ecotec de 1,4 litre suralimenté par turbocompresseur. Avec son style plus sportif et son intérieur revu par rapport à l’Aveo (il en avait grand besoin), la Sonic est nettement mieux outillée pour s’attaquer à des concurrentes comme les Ford Fiesta, Honda Fit, Hyundai Accent, Kia Rio, Mazda2 et Toyota Yaris.

Puissant petit moulin
Chevrolet propose deux moteurs pour la Sonic : un quatre cylindres Ecotec de 1,8 litre à aspiration naturelle pour les modèles LS et LT, et le moulin turbo dont nous avons parlé précédemment pour les LTZ et RS. Les deux moteurs (qu’on retrouve aussi dans la Cruze) produisent la même puissance maximale – 138 chevaux – mais le turbo a un avantage en matière de couple. Il produit 148 lb-pi, soit 23 de plus. Seule la Kia Rio égale la puissance de la Sonic dans la catégorie des sous-compactes.

Le moteur turbo de la LTZ est doux et silencieux à vitesse de croisière. Et quand on appuie sur le champignon, il propulse la machine de 1 259 kg avec une bonne dose d’énergie, surtout quand on tient compte de sa modeste cylindrée. Il y a un délai de réaction perceptible quand on enfonce l’accélérateur, mais à mesure que le moulin monte en régime, il accélère de façon nettement plus autoritaire que ses concurrents sans turbo. Le moteur devient plus bruyant quand on le fait tourner au-delà des 4 000 tr/min, mais rien de désagréable.

Sur papier, la Sonic à moteur turbo avec transmission automatique affiche une consommation combinée de 6,7 litres aux 100 km. En conduite réelle, nous avons obtenu un rendement de 8,7 l/100 km (60 % ville, 40 % route). L’ordinateur de bord affichait un résultat légèrement plus optimiste : 8,4 l/100 km.

La transmission automatique à six rapports offerte en option est douce et efficace, mais elle mine le plaisir de conduite, même si on l’utilise en mode manuel (en actionnant un interrupteur à bascule sur le levier de vitesses). Pour une expérience de conduite plus stimulante, mieux vaut conserver la transmission de base, une boite manuelle à six vitesses (cinq dans le cas des LS et LT).

Aménagement amélioré

Le comportement dynamique de la Sonic est respectable; elle engendre peu de roulis en virage et la direction à assistance électrique est bien équilibrée. L’effet de couple, par contre, est bien perceptible dans le volant quand on accélère avec vigueur. La suspension arrière est à barre de torsion, comme pour beaucoup de modèles dans ce créneau. Le train arrière perd un peu de stabilité au freinage et à l’accélération mais, dans l’ensemble, la suspension est souple et silencieuse. 

L’intérieur de la Sonic est considérablement amélioré par rapport à celui de l’Aveo. On y retrouve encore beaucoup de plastique dur, mais on voit que les concepteurs ont fait un effort pour que l’habitacle dégage une impression de qualité plus relevée, notamment en variant les textures et les nuances de couleur et en créant une console centrale plus invitante. Au tableau de bord, on retrouve un bloc d’instrumentation qui semble provenir directement d’une moto. Il est dominé par un compte-tours bien en évidence, flanqué d’un écran numérique avec affichage de la vitesse, compas, odomètre, etc.

L’espace intérieur est adéquat pour tous les occupants. Par rapport à la championne à ce chapitre, la Honda Fit, la Sonic fournit un petit peu moins d’espace pour la tête à l’avant et à l’arrière, mais plus pour les jambes. La capacité de chargement est de 538 litres – 1 351 litres avec les dossiers abaissés. C’est un volume comparable à celui de l’Accent, mais la Fit a une longueur d’avance avec ses 1 622 litres. Signalons au passage que la pente du toit limite la visibilité arrière.

De nombreuses caractéristiques sont offertes de série, notamment : sièges chauffants à l’avant, dossiers rabattables 60/40 à l’arrière, vitres électriques, verrouillage central, chaine audio à six haut-parleurs avec lecteur de CD et radio satellite SiriusXM (avec abonnement gratuit de trois mois), commandes au volant pour la radio, le téléphone et le régulateur de vitesse, volant télescopique et inclinable.

Pour seulement 265 $ de plus, on peut obtenir le système MyLink, avec un pratique écran central tactile de 7 pouces qui donne accès à différentes fonctions : radio satellite, connectivité Bluetooth, prises USB et auxiliaire, et compatibilité Stitcher pour lecture audio et vidéo en transit via votre téléphone intelligent.

Les hatchbacks attirent une grande variété d’automobilistes parce qu’ils combinent comportement sportif, fonctionnalité, efficacité énergétique et style. En version LTZ, la Sonic coute un peu plus cher que ses concurrentes, mais elle est la seule à être propulsée par un moteur turbo, et elle offre de nombreuses caractéristiques de série. Chevrolet a fait du bon travail; la Sonic est une voiture efficace, séduisante et elle est la plus puissante de sa classe.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

RappelsLa Chevrolet Sonic victime d'un rappel
La petite Chevrolet Sonic, sous son apparence renouvelée, est en fait une Chevrolet Aveo de seconde génération. Il ne faut donc pas se surprendre si quelques parties sont réalisées avec un souci d'économie. Par exemple, il semblerait que les Sonic 2012 équipées du moteur 1,8 litre et de la transmission …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires