Nissan Versa, presque tout positif!

Points forts
  • Habitacle très spacieux
  • Confort de roulement
  • Bon comportement routier
  • Performances très correctes
  • Équipement relevé
Points faibles
  • Coffre mal conçu
  • Consommation un peu élevée
  • Moteur bruyant en accélération
  • Pas de jauge de température du moteur
Évaluation complète

La Nissan Versa semble se multiplier de façon exponentielle sur les routes du Québec depuis son lancement en 2007.  Ce qui, à nos yeux, justifiait amplement la tenue d’un essai à long terme.  Quelques mois avant de recevoir notre Nissan Versa SL 2008, nous avions fait l’essai prolongé d’une Sentra S.  Nous étions donc en terrai connu mais il n’a pas été long avant de découvrir que la Versa est bien plus qu’une Sentra avec un hayon!

Sous la silhouette massive de la Versa se cache une sous-compacte qui n’a rien à envier à ses concurrentes.  Lorsque nous avons débuté cet essai à long terme, la Versa était proposée dans deux versions, soit berline et hayon.  C’est surtout cette dernière qui a valu le succès à la Versa, la berline passant plutôt incognito avec une silhouette aux lignes plus sobres et moins fluides.  D’ailleurs, la berline n’est déjà plus au catalogue du manufacturier japonais.  Peut-être reviendra-t-elle plus tard dans l’année.  Outre cette altération au catalogue, la Versa n’a pas changé pour 2009.

Un coffre vaste mais torturé

L’habitacle de la Versa est spacieux, ce qui est normal si on considère la taille du véhicule.  Cinq adultes peuvent facilement prendre place à bord du véhicule et ils trouveront à l’intérieur assez d’espace de rangement pour répondre à tous leurs besoins.  L’accès et la sortie du véhicule se font facilement.  Une fois assis derrière le volant, toutes les commandes sont facilement accessibles.  Avec mes 1,80 mètre, j’ai eu de la difficulté à trouver une position de conduite où mon genou droit ne venait pas s’appuyer contre le coté de la console centrale.   La lecture du tableau de bord se fait aisément même si j’ai quelquefois confondu le voyant lumineux bleu de la température du moteur (malheureusement, il n’y a pas de jauge pour cet élément important) pour le voyant des phares de route une fois la nuit tombée.   Dans un autre ordre d’idées, le hayon ouvre grand et permet le transport d’objets assez gros sans problèmes.  Il est cependant dommage que le seuil soit passablement plus élevé que le plancher du coffre, ce qui nous oblige parfois à forcer plus que la normale pour sortir une boîte un peu lourde.  Il est aussi dommage que les sièges, une fois repliés, ne forment pas un fond plat.  Quant à la visibilité, elle ne cause aucun problème même si l’angle mort, du côté gauche, m’a semblé fort important.  Les petites fenêtres en triangle qui font tant jaser améliorent la visibilité mais amènent aussi un petit peu plus de lumière dans l’habitacle.

Transmission CVT  

Notre modèle d’essai disposait du moteur 1,8 litre couplé à la transmission à variation continue Xtronic (CVT).  Avec ses 122 chevaux, ce moteur, le seul offert pour la Versa, dégage une puissance qui se rapproche de ce qu’offrent les autres compactes.  Pour avoir pu conduire, quelques mois auparavant, une Nissan Sentra munie de la même transmission, je dois dire que j’ai de loin préféré son comportement sur la Versa, les réponses aux mouvements de l’accélérateur se faisant plus rapidement.  En accélération, le moteur est bruyant en grande partie à cause de la transmission à variation continue qui conserve le régime moteur à un niveau très élevé tant qu’on ne relâche pas l’accélérateur.  L’insonorisation déficiente ajoute aussi au niveau sonore.  Par contre, à vitesse constante le moteur sait se faire silencieux.

Comme mentionné plus haut, la silhouette de la Versa est massive.  Avec un poids d’environ 1260 kg, la Versa fait environ 150 kilos de plus que ses principales rivales.  C’est sur la route que cet excès de poids se fait le plus ressentir, principalement en virage ou au freinage.  Freinage qui, sur le modèle d’essai se terminait toujours par un léger couinement des freins.

Excepté une légère échange de peinture avec un Honda Civic, nous n’avons rien à déclarer au sujet de la Versa.  Aucun problème n’est apparu sur le véhicule durant les quelques mois qu’a durée l’essai et si le véhicule à du être amené au garage, c’est pour l’installation de pneus d’été ainsi que pour une vidange d’huile.

Bilan final positif

Le modèle essayé à consommé environ 8,2 litres aux 100 km, ce qui est légèrement supérieur à ce qu’avance Nissan.  Par contre, le véhicule a été conduit principalement à Sherbrooke, le nombre de côtes ayant sûrement influencé la consommation d’essence.  Avec des performances qui se rapprochent de celles d’une compacte, un équipement relevé et un prix compétitif, la Versa se défend fort bien face à ses concurrentes. Et elle se défend fort bien si on considère la quantité qu’on voit sur nos routes.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisLa Nissan Versa, y'en a des tonnes de copies sur la route
L’alliance entre les constructeurs Renault et Nissan qui date de 1999, a permis à ces derniers de se partager leurs plateformes communes, ainsi que les technologies respectives à chacun. Pour nous en Amérique, cette association est passée pratiquement inaperçue, si ce n’est le fait que les produits Nissan et Infiniti …
EssaisNissan Versa, sérieusement compétitive
Le créneau des sous-compactes représente certainement l'un des plus prisés au Québec. Si la Toyota Yaris y faisait les beaux jours depuis quelques années, l'arrivée de la Honda FIT il y a peu de temps et l'introduction récente de la Nissan Versa brouillent quelque peu les cartes. Sachez également que …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires