Le Nissan Rogue 2014 livre ses secrets

Le véhicule le plus populaire de Nissan au Canada, le Rogue, vient de faire peau neuve. Et cette peau, elle est franchement réussie. Mais que se cache-t-il en dessous? C’est ce que nous sommes allés constater au garage Roch Lavallée et Fils de Granby où nous avons été reçus par Mike et Jonathan, deux jeunes mécaniciens pleins d’avenir.

Tout d’abord, il est clair qu’on est en présence d’un VUS compact tout ce qu’il y a de plus conventionnel, autant au niveau du châssis que des différents éléments mécaniques. C’est peut-être ce qui explique une conduite plutôt ordinaire!

Sous le capot, on note que l’espace et la disposition des divers éléments faciliteront l’entretien… en général. Si l’alternateur, le filtre à l’huile et la batterie sont bien placés, le démarreur, les poulies et les phares sont peu accessibles.

Le seul moteur offert pour le Rogue est un quatre cylindres de 2,5 litres développant 170 chevaux et un couple de 175 livres-pied. C’est relativement peu pour un véhicule de près de 1 500 kilos. Ça peut expliquer aussi, en partie, la faible capacité de remorquage de 1 000 livres (454 kilos) alors que les concurrents tirent davantage. Les Ford Escape 2,5 litres, Honda CR-V 2,4 litres, Mitsubishi Outlander 2,4 litres peuvent tracter 1 500 livres. Le Kia Sportage 2,4 litres, de son côté remorque jusqu’à 2 000 livres. Il faut dire que la petitesse des freins du Rogue est partiellement responsable de cette faiblesse.

Durant notre semaine et demie d’essai, nous avons obtenu une moyenne de 10,2 l/100 km si l'on se fie à l’ordinateur de bord et 11,0 quand on calcule à la main (149,69 litres pour 1 362 km). 11 litres/100 km, c’est un peu trop. 10,2, c’est mieux, mais c’est loin des chiffres avancés par Nissan. À la décharge du Rogue, il faut dire que les températures ont été assez froides, souvent avoisinant -15 °C, et que les routes secondaires maintes fois empruntées n’étaient pas toujours bien dégagées. Et que le conducteur n’avait pas forcément la tête à l’économie d’essence… Pourtant, quand les accélérations sont accompagnées d’un niveau sonore aussi déplaisant, cela devrait être un incitatif à la délicatesse avec l’accélérateur... Ah, ces chères transmissions CVT! À noter qu’il n’y a pas de mode manuel. Il y a bien un bouton Sport au tableau de bord, mais son intervention n’apporte strictement rien au comportement du véhicule.

Pour en savoir davantage, consultez notre galerie de photos!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsNissan Rogue 2014: L'âge de raison
Lorsqu’il est apparu en 2008, le Nissan Rogue était destiné à une belle carrière. Qu’il a obtenu en devenant le véhicule Nissan le plus vendu au Canada. Néanmoins, plus le temps passait et plus le Rogue avait de la difficulté à suivre la parade. Car, il faut le mentionner, les …
Premiers contactsNissan Rogue 2014 - L'épreuve du circuit de glace
Au cours de la dernière année, le Rogue s’est démarqué en devenant le véhicule le plus vendu de la marque Nissan au Canada, même s’il était distancé par le Honda CR-V et le Toyota Rav4 au chapitre des ventes dans ce créneau du marché où la concurrence n’a jamais été …
ActualitéUn site pour diagnostiquer votre voiture au son!
Certaines personnes ont un véritable don (et beaucoup d’expérience) pour diagnostiquer un problème mécanique simplement en écoutant les bruits bien particuliers émis par telle ou telle pièce. Pour eux, ce couinement strident signifie que la pompe à eau est à changer, et le claquement suspect de votre moteur lui indique …
EssaisNissan Rogue 2015: Quand la route est sage
Un jour, quelqu’un chez Nissan Canada a eu l’excellente idée d’inviter une dizaine de journalistes à un événement inusité, parcourir la Route 66 de Chicago à Santa Monica en banlieue de Los Angeles. Pour ce faire, Nissan avait l’embarras du choix quant aux véhicules. Ç’aurait pu être des Micra. Mais …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires