Aston Martin DB9 2013: Elementary Old Chap

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

La silhouette d'une Ferrari est toujours très séduisante, tandis que celle d'une Lamborghini ressemble souvent à un véhicule extraterrestre qui s'est égaré sur notre planète. Par contre, la carrosserie d'une Aston Martin est d'une beauté classique qui fait l'unanimité. Ce n'est pas la plus spectaculaire des voitures, mais les gens se retournent sur son passage en raison de l'élégance et de l'équilibre des lignes. Il y a de plus une calandre qui est incontournable et qui a fort bien évolué au fil des années.

Les Aston Martin sont des voitures tout en douceur et en subtilité, du moins sur le plan esthétique. En revanche, on peut leur reprocher une très grande stabilité des lignes et une silhouette qui commence à afficher des airs de déjà vu. Ça y est, j'entends les inconditionnels de la marque pousser des hurlements! Soyez sans crainte, j'ai toujours eu un faible pour cette élégance légèrement rétro relevée de quelques touches de modernisme, notamment les roues en alliages qui sont d’un design extraordinaire.

La gamme des modèles DB comprend les DB9 et DBS ainsi que leur variante décapotable, la Volante. Pour ceux qui se demandent ce que signifient les deux lettres DB, ce sont les initiales de David Brown, un riche industriel anglais qui s’est porté acquéreur de la compagnie Aston Martin en 1947. Curieusement, il était à la tête d’une compagnie de tracteurs portant son nom, tout comme l’était Ferruccio Lamborghini, le créateur de la marque éponyme.

Cette année, on a ajouté la Virage à cette sélection de modèles se partageant la même plateforme et le même moteur V12. Une version du même nom a été produite de 1989 à 2000 avant de voir celle de la seconde génération être présentée en mars 2011 au Salon de l’auto de Genève.

Virage : le juste milieu
Même si elle est propulsée par le même V12 6,0 litres que les DB9 et DBS, la puissance de la Virage se situe entre ces deux modèles. En effet, tandis que la DB9 affiche 470 chevaux et 443 lb-pi de couple, celle de la Virage en développe 20 de plus mais son couple est inférieur de 23 lb-pi. C’est moins que la puissance de la DBS qui, avec la même cylindrée, déploie 510 chevaux alors que le couple est de 420 lb-pi.

Comme dans toute voiture britannique de luxe qui se respecte, la sellerie en cuir des sièges est de première qualité. On souligne que c’est la même personne qui effectue toutes les surpiqures de l’habitacle afin d’obtenir une parfaite homogénéité. En contrepartie, un système de navigation Garmin mal agencé, une interface audio techniquement dépassée et des places arrière ridiculement symboliques viennent diminuer l’attrait de cette série.

Mais ces détails sont rapidement oubliés lorsqu’on lance le moteur et qu’on entend le ronronnement magique de ce fabuleux V12. Bien qu’il ne soit pas propulsé par le plus puissant moulin de la famille, son temps d’accélération est, dans la DBS, de 4,3 secondes pour effectuer le 0-100 km/h. Dans la classe des supervoitures, dominées par les Ferrari 458 Italia, Audi R8, Lamborghini Aventador et Mercedes-Benz SLS AMG GT, c’est quasiment lent. En plus, la consommation d’essence d’une DB9 ou d’une DBS est carrément indécente. Enfin, soulignons que la répartition du poids est presque parfaite. Malheureusement, la suspension est très ferme, ce qui devient fort désagréable à la longue.

La famille DB
Bien que ces deux modèles soient identifiés différemment, les DB9 et DBS sont pratiquement identiques à quelques exceptions près. Comme on l'a mentionné précédemment, l'une de ces exceptions est la puissance du moteur alors qu'il y a 40 chevaux de différence entre la première et la seconde. De plus, la DBS est allégée en raison de l'utilisation de plusieurs éléments en fibre de carbone ou dans un autre matériau léger. En fait, si vous voulez mon avis, ce dernier modèle n'a pour but que d’aller chercher le plus d'argent possible dans les poches des riches enthousiastes qui veulent toujours le nec plus ultra en fait d'automobile! Et malgré tout cela, les temps d'accélération de ces divers modèles Aston Martin sont quasi pareils à quelques dixièmes de seconde près.

En dépit de la puissance de ces moteurs V12 et du pedigree de cette marque, ces autos peuvent être qualifiées de « grand tourisme » et non pas de « grandes sportives ». En effet, ces trois coupés sport sont relativement lourds et sont plus à l'aise sur les autoroutes que sur un circuit sinueux ou une route secondaire truffée de courbes serrées. Malheureusement, nonobstant les efforts de modernisation et de raffinement apportés à toutes les Aston Martin au cours de la dernière décennie, leur fiabilité demeure toujours problématique... Mais pour certaines personnes, leur exclusivité, leur charme unique et le ronronnement de ce gros moteur V12 sont autant d'arguments qui les font craquer pour ces voitures, piètre fiabilité ou pas.

Comme disent les Britanniques : The motor is everything. Elementary Old Chap!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ÉlectriqueAston Martin et Bosch conçoivent une DB9 hybride rechargeable
La marque britannique, de concert avec l’équipementier allemand Bosch, a réussi à propulser une belle Aston Martin DB9 à l’aide d’une motorisation hybride rechargeable. Il s’agit d’un prototype unique qui sert de laboratoire roulant aux deux sociétés. La voiture fait toujours confiance à son puissant moteur V12 de 6,0 litres …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires