Hyundai Tucson 2013: Un air de famille

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

Depuis l'arrivée de la berline Sonata chez Hyundai, on ne cesse de vanter ses qualités esthétiques. Mais sans vouloir soulever la controverse, il ne faut pas oublier que c'est sans doute le Tucson qui a été le premier véhicule du fabricant coréen à arborer des éléments visuels qui font dorénavant partie de la signature esthétique de la marque. Pour la première fois, un véhicule Hyundai proposait des lignes flatteuses, un habitacle très moderne tandis que son comportement routier était à la hauteur sinon meilleur que la concurrence.

De nos jours, on accepte sa silhouette comme étant quelque chose de normal, mais consultez vos vieux Guide de l'auto, jetez un coup d'œil à la photo de la génération précédente du Tucson, et vous devrez admettre que Hyundai a fait des progrès spectaculaires. Et ces progrès ne concernent pas uniquement l'esthétique, mais la mécanique, le comportement routier et l'habitacle.

Une belle réussite

Lorsque ce nouveau modèle est arrivé sur le marché, les gens ont été attirés par sa silhouette très moderne et très élégante. Mais ce véhicule avait plus à proposer. Tout d'abord, son habitacle était d'une belle finition et marquait une nette amélioration au chapitre des matériaux. De plus, on jetait les bases de ce qui allait devenir le credo de la présentation intérieure généralement utilisée sur tous les modèles de cette catégorie ou presque.

Le pilote peut facilement adopter la position de conduite qui lui convient et il est assis devant deux cadrans indicateurs de bonnes dimensions entre lesquels on a placé un cadran d'information additionnelle. Toutefois, celui-ci n'est pas toujours facile à lire. Le volant se prend bien en main et ses rayons horizontaux abritent des pavés de gestion du régulateur de croisière et du système audio. Quant à la partie centrale de la planche de bord, elle respecte dorénavant la disposition adoptée par la majorité des grandes marques. Les buses de ventilation encadrent un panneau de gestion qui intègre les commandes audio surplombant celles de la climatisation. C'est simple, efficace et drôlement plus dépouillé que la pléthore de boutons et pavés que certains modèles concurrents proposent. Les stylistes se sont permis une petite touche de raffinement alors qu'en partie inférieure de la buse de ventilation centrale gauche, on retrouve le bouton pour actionner le dégivreur arrière. Par contre, sous la buse de ventilation centrale droite, on s'est contenté d’un bouton factice dans les versions de base.

L'habitabilité est bonne bien que les places arrière soient moyennement confortables. Bien entendu, le dossier de la banquette arrière se replie à plat et est de type 60/40. Mais même s'il est classé comme véhicule cinq places, en pratique, il s'agit d'un quatre places puisque la personne qui va s'asseoir au centre devra être relativement insensible à la douleur.

Terminons ce tour de l'habitacle en soulignant que le coffre est de dimensions généreuses pour la catégorie et son seuil de chargement est très bas.

Un choix facile

Cette année, le Tucson ne subit pratiquement aucun changement majeur. Ce qui signifie que l’acheteur a encore le choix entre deux moteurs. Le modèle de base n’est disponible qu'avec la traction avant et est équipé du quatre cylindres 2,0 litres produisant 165 chevaux. Il peut être commandé avec la boite automatique à six rapports tandis que la transmission manuelle à cinq vitesses est de série. Ne croyez pas que cette dernière transformera le Tucson en véhicule sportif. Les passages de rapport sont corrects, mais cette boite manuelle est beaucoup plus pratique que sportive.

Ce 2,0 litres est satisfaisant et vous permettra d'économiser à l'achat. Mais ses performances sont couci-couça et sa consommation quasiment semblable à celle du 4 cylindres de 2,4 litres offert sur les autres modèles et dont la puissance est de 176 chevaux. Il n'est pas tellement plus puissant que le moulin de base, mais son couple supérieur est apprécié dans les montées. Avec ce modèle, seule la boite automatique est disponible, mais personne ne s'en plaindra. De type manumatique, elle permet de passer les vitesses manuellement, ce qui peut être utile en certaines circonstances. Avec ce moteur, il est possible de choisir le rouage intégral, ce qui est un must pour plusieurs personnes.

Hyundai a fait des efforts pour adoucir la suspension à jambes de force à l’avant et multibras à l’arrière et améliorer l'insonorisation du véhicule. Pourtant, ces deux éléments sont toujours perfectibles, bien que la tenue de route soit correcte. Il faut également souligner que le diamètre de braquage est très court, ce qui rend la conduite urbaine plus agréable qu'avec certains modèles concurrents.

Somme toute, le Tucson est  élégant, de conception mécanique bien équilibrée et d'un agrément de conduite qui n'est pas à dédaigner. Il serait faux de croire qu'il ne s'agit que d'une jolie silhouette destinée à masquer une conception bâclée.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires