Audi A6 2013: Confort et sportivité à la même adresse

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

L’A6 se positionne en milieu de gamme chez Audi et pour plusieurs, elle fait partie des voitures qui offrent le meilleur des deux mondes. Son gabarit plus compact que celui d’une grande berline comme l’A8, la rend plus agile et agréable sur la route, alors que son espace accru par rapport à une A4 en fait un modèle plus spacieux et confortable. Bref, voilà une voiture qui a un bel équilibre et qui, selon la motorisation, peut adopter des personnalités différentes : tantôt sage et économique, tantôt sportive et bestiale.

Le retour de la S6

Pour 2013, l’A6 en est à la seconde année de son nouveau cycle de vie puisque la septième génération a été introduite l’an passé. Comme c’est la coutume, on ramène progressivement certaines versions, modernisées bien entendu, tout en ajoutant quelques nouvelles déclinaisons histoire d’élargir les choix et attirer une plus large clientèle.

La S6 marque son retour après une année d’absence, elle qui se situe au sommet de la gamme au chapitre des performances. Si en 2011, elle disposait sous le capot d’un puissant V10 de 5,2 litres, on a décidé cette fois de réduire la cylindrée afin de favoriser l’économie de carburant. On a donc droit à un V8 de 4,0 litres qui par la magie de la double turbo compression développe une puissance de 420 chevaux pour un couple 405 lb-pi. C’est légèrement inférieur par rapport à l’ancien V10, 15 chevaux, mais le couple est un peu en hausse. Si l’on tient compte du poids réduit de la voiture, on obtient en fin de compte des performances rehaussées. C’est surtout l’économie de carburant annoncée, 25 % selon Audi, qui procure à ce nouveau moteur ses meilleurs arguments.

Présent sous le capot de l’A6 depuis l’arrivée de cette nouvelle génération, le six cylindres de 3,0 litres TFSI à injection directe continue d’offrir sans doute le meilleur compromis. Avec ses 310 chevaux obtenus grâce à la suralimentation, il s’avère bien adapté et amplement puissant. Marié à une transmission automatique à huit rapports, il permet une économie de carburant appréciable tout en livrant des performances dignes de mention. Une autre tendance se dessine dans le cas des voitures de luxe, et c’est la présence d’un rouage intégral. Audi y croit et, on s’en doute, toutes les A6 sont proposées de série avec le rouage intégral Quattro. Donc, oubliez les versions à traction!

Un nouveau modèle d’entrée de gamme
Pour ceux qui voudraient un peu plus de choix au chapitre des motorisations, sachez que la gamme s’agrandit aussi cette année avec l’arrivée d’une version plus abordable, dotée d’un quatre cylindres de 2,0 litres turbocompressé, un moteur que l’on retrouve également à bord de l’Audi A4. Ce moulin, marié à la transmission à huit rapports, livre des performances beaucoup plus posées, mais on apprécie sa souplesse, sa légèreté et son économie de carburant accrue. Du reste, on chuchote toujours au sujet d’une éventuelle motorisation diésel et hybride dans le futur, mais il n’y a rien de confirmé.

Elle est belle?

Dans le segment des berlines de luxe, on s’achète bien souvent ce genre de voiture pour son style et surtout, pour ce qu’elle dégage. Dans le cas de l’A6, remaniée l’an passé, on a su conserver les éléments intéressants de la génération précédente tout en ajoutant une touche de modernisme. L’avant s’orne d’une grille similaire, mais ce sont surtout les phares à DEL qui apportent le plus de renouveau. La version S-Line se veut légèrement plus dynamique grâce à quelques artifices supplémentaires, mais il est difficile de passer à côté des jantes deux tons de cette dernière. La S6 affiche bien entendu un style plus voyant avec ses parechocs au design plus agressifs, sont petit béquet intégré au coffre et ses jantes uniques, mais on la distingue surtout par son échappement quadruple, bien en évidence.

On a toujours eu peu de reproches à faire à Audi concernant les habitacles. Une fois de plus, l’A6 est à la hauteur des attentes. Les matériaux sont de belle apparence et le tout est finement assemblé. L’instrumentation, entièrement revue l’an passé, demeure stylisée et efficace, alors qu’on a aussi accentué l’effet d’encerclement − wrap around − du tableau de bord. On apprécie également l’écran multifonction qui se déploie du tableau de bord et qui se range automatiquement, comme par magie. Avec ses dimensions généreuses, l’A6 laisse amplement d’espace pour les passagers.

Au volant

On trouve rapidement une bonne position de conduite grâce aux nombreux ajustements du siège et de la colonne de direction télescopique. On aime bien aussi le large repose-pied qui permet de bien s’ancrer en virage ainsi que le volant dont la prise en main procure un véritable sentiment de contrôle.

Bien entendu, la S6 occupe non seulement le haut du pavé en termes de prix, mais également concernant le plaisir de conduite. Enfoncez l’accélérateur et la voiture réagit instantanément, alors que le couple vous colle littéralement au siège. Certes, la sonorité n’est pas aussi riche que celle du V10, mais les visites moins fréquentes à la pompe de carburant  vous permettront de vous consoler.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires