Nissan Murano 2013: Toujours dans le coup

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

Cette année, ça fait dix ans que Nissan a présenté le Murano. Ce constructeur n'a jamais eu peur d'oser, et ce VUS aux lignes sportives dont le comportement s'apparentait à celui d'une automobile était vraiment unique en son genre lors de son arrivée sur le marché. Nissan ne craint pas d'être audacieux mais les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous... Cette fois, ce fut pourtant le contraire puisque ce multisegment est devenu la référence tant au chapitre du design que de la configuration mécanique.

Généralement, après tout ce temps, on aurait droit à une seconde génération entièrement révisée et transformée. Rien de cela avec le Murano qui a subi il y a quelques années une révision esthétique quand même assez modeste tout en conservant la majorité de ces caractéristiques techniques. En fait, c'est surtout la planche de bord qui avait reçu le plus de modifications.

Cette année, il nous revient pratiquement intact et demeure encore compétitif. Soulignons au passage que la version cabriolet qui est distribuée aux États-Unis ne l'est toujours pas dans notre pays. Et je ne crois pas que les gens vont se plaindre de ne pas avoir droit à sa silhouette tarabiscotée.

L'élégance d'abord

Force est d'admettre que les stylistes qui ont conçu ce modèle ont eu le coup de crayon heureux. En tout premier lieu, c'est principalement la calandre qui traverse la partie avant de part en part qui est la signature visuelle du Murano. Les designers ont adopté une forme cunéiforme qui sied bien à la carrosserie et qui a pour effet d'alléger la silhouette. Par contre, la section arrière est légèrement inclinée vers l'avant afin de justement contrebalancer cette calandre orientée vers l'arrière. Et pour ajouter un peu plus de punch à la présentation avant, ils ont encadré les phares antibrouillards dans des réceptacles surélevés par rapport au parechoc. Les passages de roue sont en relief, mais ils sont mieux harmonisés avec les parois que sur d'autres modèles où la transition est moins gracieuse. Finalement, une bande de chrome en bas des parois latérales apporte un certain équilibre visuel.

Dans l'habitacle, la planche de bord nous offre la plupart des éléments que l'on retrouve dans les véhicules Nissan de haut de gamme. Ainsi, l’écran d'affichage à diodes électroluminescentes est placé sur la partie supérieure et encadré par deux buses de ventilation. C'est relativement simple et la consultation des éléments est facile. Au fil des ans, je me suis habitué aux commandes audio qui ne sont pas toujours évidentes au début. Je m’explique : la synchronisation des postes de radio fait appel à des bandes de sélections favorites. Si on ne les a pas sauvegardées nous-mêmes, on a de la difficulté à s’y retrouver. Donc, si vous achetez un Murano d’occasion, prenez le temps de vous y retrouver avant de prendre la route.

La position de conduite est bonne tandis que les sièges avant sont confortables et offrent un support latéral adéquat. Les places arrière sont assez spacieuses et une personne de grande taille pourra y prendre ses aises. Malheureusement, l'assise de la banquette est un peu basse et la place centrale est plus ou moins confortable. Terminons ce tour du propriétaire en soulignant que le coffre est de capacité moyenne : le hayon étant incliné vers l'avant et la ligne du toit descendant vers l’arrière, cela gruge l'espace de rangement disponible.

Une mécanique rassurante
Chez Nissan, les ingénieurs ne se cassent pas la tête inutilement pour développer des moteurs dont le rendement et la fiabilité pourraient ne pas être à la hauteur durant les premiers mois. Ils ont donc fait appel au V6 de 3,5 litres qui est utilisé sur la plupart des modèles Nissan. Ce moteur a fait ses preuves depuis longtemps et on ne saurait leur reprocher cette façon de faire. Ce V6 produit 260 chevaux, une puissance suffisante dans la majorité des cas. Il a une capacité de remorquage de 3 507 livres ou 1 591 kg. Vous pourrez donc partir en vacances avec une petite tente-roulotte ou encore un bateau de dimensions moyennes.

Ce moteur est associé à une boite automatique à rapports continuellement variables. Ce type de transmission ne fait pas toujours l'unanimité, mais chez Nissan, on peut dire que cette boite automatique est parmi l'une des meilleures sur le marché. Le silence de fonctionnement est correct alors que les passages de rapport simulés sont bien programmés.

Sur la route, le Murano se comporte pratiquement comme une voiture, son rouage intégral de série est transparent. Ce véhicule tout usage est agile, sa suspension bien calibrée et passablement confortable sur mauvaise route. De plus, sa tenue en virage est rassurante avec une excellente stabilité latérale. Par contre, le feedback de la direction pourrait être meilleur. Si l’on devait trouver un défaut majeur à ce modèle, ce serait la visibilité arrière pour le pilote puisque celle-ci est très moyenne. Heureusement qu'il y a une caméra de recul.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires