Lexus LS 2013: LS comme dans Luxueuse et Silencieuse

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

D’entrée de jeu, je dois vous avouer que je ne sais vraiment pas ce que signifient les lettres LS qui servent à identifier ce modèle. Quant à moi, le L serait pour souligner le luxe de cette grosse berline nipponne, tandis le S serait pour « silencieuse »! En effet, rares sont les voitures qui offrent un tel niveau de luxe et dont le silence de roulement est si impressionnant. Par contre, si le luxe peut difficilement être critiqué, il se peut qu'un excès de silence de roulement puisse devenir plus négatif que positif. Tout dépend de vos attentes.

Chez Lexus, on est très fier de cette LS, le modèle phare de la marque. Au début, c'est ce modèle qui a permis de venir inquiéter les berlines de luxe germaniques qui faisaient la loi sur les autoroutes américaines et dans les clubs de golf huppés du continent. Pourtant, rares sont les essais routiers de la LS qui parlent de la tenue de route et de l'agrément de conduite. On se contente surtout de souligner l'extrême qualité de la finition et des matériaux. En fait, pour les concepteurs de cette voiture, la qualité et la perfection sont des obsessions. Par contre, à force de vouloir éliminer tous les irritants, on finit parfois par produire une voiture dont on a pratiquement éradiqué l'agrément de conduite. Mais lorsqu'on bavarde avec des propriétaires de LS, on se rend compte qu’ils se foutent éperdument du plaisir de conduite. Ils vont plutôt vanter la qualité du service en vous expliquant que le concessionnaire vient chercher la voiture chez vous et vous la ramène toute propre une fois l'entretien effectué! Et on parle rarement des réparations puisque la fiabilité de ce modèle est devenue quasiment légendaire. Au point de donner des boutons à la concurrence allemande et américaine.

Quand on vise trop haut 

En effet, c'est en bombant le torse et en se pétant les bretelles que les dirigeants américains de cette division ont présenté la LS 600h L en 2007. Celle-ci était d'une très grande sophistication, car elle était la première voiture de grand luxe à moteur V8 à avoir un groupe propulseur hybride. Chez Lexus, on soulignait avec emphase qu'on pouvait obtenir avec ce modèle les mêmes performances qu'avec une berline de catégorie identique propulsée par un moteur V12. Il ne fallait pas être bien malin pour conclure que l'on visait directement les manufacturiers allemands et leurs berlines à moteur V12.

Naturellement, en plus de cette sophistication technique, on avait mis à peu près tout ce que l'on pouvait trouver des gadgets de l'époque pour justifier le prix très élevé de cette voiture. Malheureusement, les ventes ont toujours été en demi-teinte. Il semblerait que les amateurs de voitures à moteur V12 soient des personnes qui apprécient également l'agrément de conduite, et cette technologie hybride ne les a pas vraiment intéressés malgré toutes les qualités de ce modèle. Ce fut sans doute une bonne leçon d'humilité, surtout pour les responsables américains de cette division.

Les modèles ordinaires pour gens ordinaires

Si l’on visait les sommets avec la 600h L et qu'on est passé à côté de la cible, les versions « pour le peuple », « pour le peuple fortuné» devrais-je dire, sont toujours très recherchées. Selon le modèle choisi, on pourra bénéficier de l’empattement normal ou allongé, de la propulsion ou de la transmission intégrale. Dans tous les cas, le moteur demeure le même. Il s'agit d’un V8 de 4,6 litres d'une puissance de 380 chevaux et produisant un couple de 367 lb-pi. Ce moulin est reconnu pour sa grande souplesse et son silence de fonctionnement. Il est associé à une boite automatique à huit rapports qui passe les vitesses tout en douceur.

Quant au comportement routier de cette voiture, il est dans la bonne moyenne, mais si vous aimez vraiment conduire, cette berline nipponne risque de ne pas tellement vous allumer. En effet, l'insonorisation est poussée à un tel point qu'on est isolé du reste du monde. De plus, la direction n'est pas tellement communicative, tandis que la suspension absorbe trous, bosses et autres imperfections de la chaussée avec tellement d'efficacité qu'on semble rouler sur un nuage. En fait, on a repris la recette des luxueuses voitures américaines d’autrefois : on créait un cocon sur roues qui isolait pilote et passagers dans un environnement passablement aseptisé.

Si cette approche déplait à certaines personnes, il ne faut pas oublier que pour beaucoup de gens, c'est le summum en fait d'automobile. Ajoutez à cela un service impeccable allié à une bonne fiabilité et vous en convaincrez plusieurs. Mais au Québec, les conducteurs ont généralement des ambitions plus sportives.

Finalement, pour vous donner une idée de la clientèle ciblée, dans les versions à empattement allongé, le siège arrière droit est équipé d'un repose-pied escamotable avec massage Shiatsu. C’est dire que, peu importe la LS choisie, les accessoires et le luxe ne font pas défaut! On comprend alors pourquoi la clientèle de la Lexus LS se préoccupe assez peu de l’agrément de conduite. Elle préfère se laisser dorloter.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéTMG 650 Concept: l’autre Lexus LS
C’est en Allemagne, où l’on retrouve les plus grands préparateurs au monde, que Toyota a choisi d’établir en 1979, sa division course en sol européen, à Cologne. Depuis lors, la division Toyota Motorsport GmbH (TMG) a développé des voitures de course qui ont représenté plusieurs disciplines sportives, telles : les …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires