Land Rover LR2 2013: L'ennemi est dans la famille

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

 

La popularité des VUS compacts de luxe ne cesse de croître. Ce qui incite de plus en plus de constructeurs à proposer des modèles dans cette catégorie. On le sait, il n'est jamais bon de laisser les concurrents exploiter un créneau en voie de développement. Land Rover aura été l'un des premiers à s'intéresser à ces modèles. Toutefois, même si l’on est premier à le faire, on n'est pas toujours en mesure de profiter de cette situation. En effet, pour différentes raisons, la direction de la compagnie a préféré concentrer ses efforts sur des modèles plus gros, plus luxueux et naturellement plus rentables. Le LR2 fait quasiment figure de parent pauvre.

Jadis appelé Freelander, ce modèle a changé de nom en 2007 lorsqu’il a été sérieusement transformé. S'il est vrai que le LR2 est alors devenu plus sophistiqué et plus intéressant sous plusieurs aspects, certaines de ses caractéristiques ne sont pas toujours à la hauteur de la concurrence.

Un air de famille

Avant d'analyser ce modèle plus en profondeur, il faut se souvenir qu'il a été développé alors que la compagnie était sous l'égide de Ford. Cela signifie que plusieurs des composantes mécaniques ont été empruntées à différents membres de l'empire américain de l'époque. C'est ainsi que la plateforme et la mécanique se retrouvent sous plusieurs produits Ford et Volvo, surtout en Europe. Étant donné que Land Rover a été acquis par le constructeur indien Tata en mars 2008, il y a des chances que la mécanique change d'ici quelques années. Mais ce n'est rien de certain puisque le nouveau Range Rover Evoque, qui fait tout un carton depuis son entrée en scène l'an dernier, est dérivé lui aussi de la même plateforme que celle du LR2.

Par ailleurs, comparativement aux autres modèles proposés par ce constructeur, l’intérieur est beaucoup plus sobre et beaucoup moins axé sur le luxe. Ce n'est pas le dépouillement total, mais c'est quand même plus austère que sur un LR4 par exemple. La différence est encore plus marquée quand on compare le LR2 au Range Rover Evoque.

Malgré tout, l'habitacle est relativement spacieux et confortable tandis que la finition a gagné en qualité depuis les dernières années. Ce qui n’empêche pas que plusieurs commandes mériteraient d’être révisées, car elles ne respectent pas toujours les règles de base de l'ergonomie Par contre, même le modèle de base comprend plusieurs accessoires qui sont optionnels sur certains véhicules concurrents. Il faut souligner la clé intelligente, le toit panoramique vitré, la climatisation automatique double zone et j’en passe. Bien entendu, comme tout véhicule d'origine britannique qui se respecte, il est possible de commander une version dont la sellerie en cuir est de très grande qualité. En option, on peut obtenir un système de navigation par satellite, un système audio Alpine ainsi que d’autres trucs très chouettes contribuant à relever le niveau de confort et de luxe.

Malheureusement pour le LR2, une fois qu'on l’a entièrement équipé, son prix frôle et même dépasse la barrière des 50 000 $. Celà incite plusieurs acheteurs à se tourner vers des marques concurrentes ou encore à s'intéresser au Range Rover Evoque qui est plus attrayant et plus performant.

Avantage hors route

En général, les personnes qui achètent des VUS compacts les utilisent en conduite urbaine et font peu de cas de leurs capacités hors route. Malheureusement pour le LR2, il est plutôt décevant sur la route et brille davantage dans les sentiers. En effet, sa tenue de route est correcte, mais ce n'est pas son point fort. En outre, son six cylindres en ligne provenant de chez Volvo peine à la tâche. Malgré les 230 chevaux de ce moteur de 3,2 litres, les accélérations sont assez laborieuses et il travaille très fort pour boucler le 0-100 km/h en près de de 9,0 secondes. Il est associé à une transmission automatique à six rapports dont les passages de vitesses peuvent être effectués de manuellement. 

Comme tout produit Land Rover, le rouage intégral est très sophistiqué. C’est ainsi que grâce au système de gestion de la transmission intégrale Terrain Response, il est possible de régler son fonctionnement en fonction des conditions de la chaussée. Il s'agit de tourner le bouton de commandes à la position voulue, soit : asphalte, herbe, terre, neige, boue, racine et sable. Une fois le réglage choisi, le système modifie les paramètres afin d'optimiser la traction du véhicule. En outre, il y a un système de gestion de vitesse de pente qui permet de garder une vitesse constante dans les descentes sans que le conducteur ait à intervenir.

Donc, si vous affectionnez la conduite hors route, le LR2 pourrait vous convenir. Par contre, si vous ne recherchez qu'un véhicule polyvalent doté de rouage intégral pour un usage sur la route seulement, des performances relativement modestes et une tenue de route que l'on peut qualifier de moyenne pourraient vous envoyer magasiner ailleurs…

Partager sur Facebook
Commentaires