Infiniti QX 2013: Entre excès et contradictions

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

Les constructeurs automobiles n'ont pas peur de se contredire et ils le font sur une base régulière. Nissan fait partie de ce groupe qui n'est absolument pas sélect. En effet, cette compagnie fait des efforts incommensurables pour nous vanter les mérites de sa voiture électrique, la Leaf, tout en produisant des véhicules hors normes dont la consommation de carburant va directement à l'encontre des efforts réalisés pour populariser des voitures plus écologiques. Le QX56 est un gros VUS de luxe qui défait, dans une seule unité vendue, ce qu'une douzaine de Leaf vont permettre d'économiser en matière d'émission de gaz à effet de serre.

La bonne nouvelle, c'est que ce gros Infiniti ne jouit pas d'une très grande popularité et en un sens, c'est peut-être mieux ainsi. Son moteur glouton et ses dimensions qui le rendent difficile à manier en pleine circulation urbaine détonnent avec les tendances actuelles. Cela dit, il existe des gens qui ont besoin de s'entourer de beaucoup de luxe, de profiter d'un habitacle douillet, en compagnie de plusieurs personnes qui transportent beaucoup de bagages. Vous êtes du nombre? Ce modèle est pour vous.

La laideur comme thème

Un jour, un styliste de réputation internationale m'a affirmé avec le plus grand sérieux que la laideur pouvait être un élément de design. Sur le coup, j’ai cru que c’était une blague, mais à bien y penser, la silhouette de cette Infiniti est sans doute la meilleure illustration de son affirmation. Ce modèle est affublé d'une grille de calandre très imposante dont les éléments chromés ajoutent au look surdimensionné du véhicule. De plus, la forme du capot semble inspirée des camionnettes des années 50, ce qui n'arrange rien. Et comme si ce n'était pas assez, on a choisi de placer des bouches d'aération sur la partie supérieure des ailes avant. L'arrière est mieux réussi en raison de sa sobriété. Et pour donner un peu plus de relief à l'ensemble, plusieurs éléments sont chromés, notamment les poignées de portes ainsi que la garniture du pilier D.

Heureusement, l'habitacle est mieux réussi. En premier lieu, la qualité des matériaux utilisés et la finition très sérieuse sont à la hauteur de nos attentes. Parlant de hauteur, il faut avoir la jambe agile pour prendre place à bord car le plancher du QX56 est très élevé. Il existe une poignée pour faciliter cet exercice, mais elle est mal placée. Une dame portant une robe devra développer une technique toute particulière pour monter ou descendre de ce véhicule avec un peu de grâce.

Les sièges avant sont très confortables, mais leur support latéral n'est pas ce qui se fait de mieux. La même remarque s'applique aux sièges capitaines de la seconde rangée offerts en option. Curieusement, malgré les dimensions du QX56, la troisième rangée est relativement exiguë et convient surtout à des enfants. Par contre, rabattez tous les sièges arrière et vous disposerez d'un espace pour les bagages fort impressionnant dont la capacité totale s’élève à 2693 litres.

Du solide

On peut faire des gorges chaudes par rapport au style de la carrosserie ou se plaindre que l'habitacle est archi bourgeois, mais lorsqu'on parle de la motorisation de cette Infiniti, c'est du sérieux. En effet, on fait appel à un moteur V8 de 5,6 litres d'une puissance de 400 chevaux et d’un couple de 413 lb-pi. Il est associé à une transmission automatique à sept rapports qui accomplit du très bon travail. Quant à ce moteur, il offre des accélérations souples et silencieuses. Il permet de boucler le traditionnel 0-100 km/h en 7,5 secondes, un résultat digne de mention compte tenu du poids de ce véhicule: plus de 3 tonnes ! De plus, cette puissance vous permet de bénéficier d'une capacité de remorquage de 8 498 livres ou 3 855 kg.

Bien entendu, la consommation de carburant est proportionnelle... Non seulement ce gros V8 s'abreuve au super, mais il est passablement glouton. Lors de mon essai, j'ai obtenu une moyenne combinée ville et routes frôlant les 18 L/100 km. Et j'ai même franchi le cap des 20 L/100 km lorsque j'ai effectué une centaine de kilomètres avec trois passagers et leurs bagages. Bref, il y a de bonnes chances que vous receviez une carte de souhaits chaque année de la part des pétrolières si vous achetez ce véhicule.

En matière de tenue de route, pas grand-chose à dire. Le QX56 roule dans les virages et ses dimensions vous feront détester la conduite urbaine. Sur une note plus positive, ce véhicule est doté de plusieurs aides électroniques au pilotage, notamment un indicateur de chevauchement des lignes blanches. Malheureusement, plusieurs trouvent qu’il est on ne peut plus agaçant. Par ailleurs, le système de détection de véhicules dans l'angle mort est aussi efficace qu’apprécié.

L'Infiniti QX56 est un véhicule fort solide, doté d'un châssis très rigide et  propulsé par un moteur souple et puissant associé à une transmission à sept rapports. L’envers de la médaille, c’est que ce même moteur consomme beaucoup tandis que ses rendent la conduite urbaine assez désagréable.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires