Nissan Xterra 2013: Un solide vétéran

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

Le XTerra est avec l’équipe Nissan depuis 2000, année de son lancement. Et pendant tout ce temps, il ne nous a jamais déçus, revenant année après année avec la même carrure et la même efficacité. On a retravaillé sa carrosserie et sa mécanique en 2005 afin de lui permettre de suivre les recrues de la catégorie. À ce moment, on en a profité également pour le doter de la plateforme F-Alpha utilisée par la camionnette Titan. Mais bien qu’il soit encore populaire aux États-Unis, il ne serait pas étonnant qu’il prenne sa retraite d’ici un an ou deux. Entre temps, il nous revient  sous la même forme que le modèle de l’an dernier.

À ses débuts, le XTerra se destinait principalement aux gens qui adoraient s’aventurer hors des sentiers battus. La propension de cette recrue aux activités extrêmes le plaçait dans la catégorie du vétéran de l’époque, le Wrangler de la filiale Jeep (le H2 est arrivé chez Hummer en 2003). Et après toutes ces années, le modèle 2013 propose le même attrait, soit celui de nous épauler fidèlement dans nos aventures au grand air.
Mais le XTerra vieillit et devra passer sous le bistouri, il n’en fait aucun doute. Ce n’est cependant pas dû à de mauvaises prestations ou à une insuffisance dans ses capacités au champ. En fait, bien qu’il soit encore très efficace en situations extrêmes, c’est plutôt son aspect extérieur (et intérieur) qui le handicape. Il est vrai que les acheteurs de ce type de véhicule ne portent habituellement pas top attention à l’apparence (le Wrangler est très populaire et n’a pratiquement pas changé en 70 ans!) mais dans le cas du Xterra, sa gueule commence sérieusement à vieillir si on le compare aux autres joueurs de la ligue. D’ailleurs, l’arrivée du nouveau Pathfinder avec ses lignes épurées et son allure dynamique relèguera à l’ère préhistorique le design du XTerra. À l’opposé, certains avanceront que le XTerra donne plutôt dans le genre « safari » avec ses rails de toit, ses phares antibrouillard en haut du pare-brise et le renflement de la carrosserie au niveau de la portière arrière.

À l’intérieur, on retrouve  un style que l’on pourrait qualifier de vieillot. Ce n’est pas hideux mais plutôt représentatif de ce qui se faisait durant les années 90, soit une présentation macho, massive et simpliste. Le modèle 2013 présente toujours cette planche de bord centrale à la verticale ainsi que de nombreuses surfaces faites de plastique, souvent dur, mais qui seront appréciés lorsque viendra le temps de nettoyer la boue laissé par les occupants après une randonnée en forêt. Les sièges avant s’avèrent confortables alors que ceux à l’arrière auraient avantage à bénéficier d’un dossier plus rembourré et plus incliné vers l’arrière. Quant au coffre, il regorge de crochets efficaces et propose un système d’arrimage ingénieux qui permet de transporter des vélos en position verticale, à l’abri des intempéries.

Il  est offert en trois versions qui profitent du même moteur, soit un 6 cylindres de 4,0 litres. La mécanique a été éprouvée depuis longtemps et son rouage 4X4 l’est tout autant puisqu’il équipe également la camionnette Frontier. Entre le moteur et le rouage, on retrouve une transmission automatique à 5 rapports.

Équipé pour aller loin

Avec une garde au sol importante et un essieu arrière rigide, il se débrouille admirablement bien en situations compliquées. En fait, tout a été calibré pour lui donner le maximum d’efficacité en hors route, ce qui le rend très agréable à manœuvrer dans les sentiers difficiles. Bien que la version de base, la S, soit très efficace en situations extrêmes, il faut absolument choisir la version PRO-4X pour bénéficier d’un véhicule capable de s’aventurer au plus profond de la forêt. On a alors droit à des amortisseurs tout-terrain haute performance, à des plaques de protection, à un différentiel arrière à blocage électronique, à un refroidisseur de boite de vitesse, à un système contrôlant l'adhérence en descente, à l’assistance au démarrage en pente et aux fameux pneus Rugged Trail de BFGoodrich. Bref, même un débutant aurait l’air d’un professionnel au volant de cette version.

Cependant, quand il revient sur le bitume, il montre un comportement routier un peu pataud, une direction imprécise et une suspension trop molle. Ce qui était un net avantage en situations hors route vient le trahir sur la route. C’est toutefois ce qui caractérise les meilleurs VUS hors route sur le marché. Néanmoins, lorsqu’il vous prendra l’idée d’emprunter la 20 pour aller manger une poutine au resto du Madrid 2.0, le XTerra aura une tenue de route malgré tout civilisée et confortable grâce à une bonne insonorisation, à sa suspension douillette et à sa motorisation bien adaptée.

Malgré les multiples refontes apportées aux autres véhicules utilitaires sport de la catégorie, le XTerra demeure tout de même dans le coup. Il ne présente pas un design à la mode ni un habitacle des plus raffinés, mais il se débrouille admirablement bien en situations compliquées. Or, si vous désirez un véhicule chic, au design fluide et capable de rivaliser avec le comportement routier des berlines, il vous faut probablement un Pathfinder et non un XTerra.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéRetour en vue pour le Nissan Xterra?
Ford ressuscite le Bronco . Land Rover dévoile une nouvelle génération du Defender . Jeep réplique en ajoutant des versions hybride et à moteur V8 du Wrangler . Toyota connaît encore un bon succès avec le 4Runner . Les VUS sont plus populaires que jamais et les modèles à vocation …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires