BMW X5 2013: Responsable et délinquant

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

Avec son X5, BMW propose un utilitaire sport qui mérite pleinement son appellation. Utilitaire, le X5 l’est certainement avec son espace de chargement volumineux et son habitacle confortable, et quand on évoque le mot « sport », le X5 répond présent avec un comportement routier assurément dynamique et des motorisations bien adaptées. De ce côté, le choix d’un X5 peut s’avérer aussi responsable que délinquant, selon le moteur qui se trouve sous le capot.

Choisir un X5 en étant responsable signifie opter pour le modèle à motorisation diésel qui offre des performances on ne peut plus correctes, mais dont la consommation est réduite d’environ 30 pour cent par rapport au modèle six cylindres à essence. Au cours de la période d’essai, j’ai enregistré une moyenne de 10,6 litres aux 100 kilomètres, ce qui est comparable à la consommation d’une berline intermédiaire. Cette dernière considération explique certainement pourquoi ce modèle est le choix de plus de 40 % des acheteurs de X5 au Canada.

Le X5d n’est pas en reste côté performances, car son moteur produit  un couple de 425 livres-pied ce qui autorise d’excellentes performances en accélération (7,5 secondes pour le 0-100 km/h) et en reprises. Il faut juste apprendre à composer avec le léger délai qui survient avant l’entrée en action des turbocompresseurs en accélération franche, et l’on obtient le meilleur des deux mondes.

Deux moteurs à essence turbocompressés sont également proposés pour le X5 soit l’excellent six cylindres en ligne de 3,0 litres et 300 chevaux ainsi qu’un V8 de 4,4 litres qui en développe 407. Peu importe le moteur choisi, le X5 fait preuve d’un comportement routier résolument sportif et d’une tenue de route étonnante grâce à ses pneus de grande taille ainsi que sa direction qui est précise et juste assez lourde pour ajouter à l’agrément de conduite. Prendre une bretelle d’accès ou de sortie d’une autoroute, presque les seuls endroits où l’on peut se faire plaisir aujourd’hui, à part un circuit de course bien sûr, est toujours agréable au volant du X5 dont le train avant s’inscrit rapidement en courbe alors que le véhicule suit sur la trajectoire parfaite. Il est facile de trouver la position de conduite idéale puisque le volant est à la fois télescopique et inclinable. De leur côté, les sièges avant offrent un très bon confort ainsi qu’un excellent soutien latéral en virages. La qualité de la finition intérieure est remarquable et le coup d’œil est réussi avec la richesse de la sellerie de cuir.

555 chevaux sous le pied droit

Choisir un X5 en étant délinquant, c’est opter pour la version M qui est une véritable bombe à traction intégrale avec ses performances exaltées doublées d’un caractère antisocial affirmé en raison d’une consommation de carburant très élevée. Difficile pourtant de ne pas se laisser prendre au jeu par le X5M dont les prouesses en accélération et en tenue de route nous font carrément oublier qu’il s’agit ici d’un VUS de plus de deux tonnes et demie. Le X5M s’inscrit dans une sous-catégorie qui compte deux autres concurrents soit le ML63 AMG de Mercedes-Benz et la Porsche Cayenne Turbo. Ces trois bolides dont les exploits sont démentiels et les coûts prohibitifs, exigent que l’on prenne congé de toute considération sociétale avant de s’en porter acquéreur. Il y a évidemment un marché pour ces véhicules, ce qui explique pourquoi même des marques exotiques comme Bentley et Lamborghini comptent proposer des modèles rivaux prochainement.

En Europe, les aficionados de la division M peuvent même opter pour un X5M diésel à traction intégrale animé par un six cylindres en ligne de 3,0 litres gavé non pas par un ou deux mais bien trois turbocompresseurs. Avec ses 376 chevaux et ses 545 livres-pied de couple, le sprint de 0 à 100 kilomètres/heure est abattu en 5,4 secondes, mais la consommation est très raisonnable puisqu’elle est chiffrée à 7,7 litres aux 100 kilomètres sur le cycle européen. Toutefois, ce modèle ne sera pas disponible en Amérique du Nord, les coûts d’homologation étant trop élevés pour la faible diffusion anticipée par BMW en Amérique du Nord.

La troisième génération

Selon les rumeurs persistantes, le lancement officiel de la troisième génération du X5 serait programmé pour le prochain Salon de Francfort en 2013. Présenté tous les deux ans (en alternance avec le Mondial de l’automobile de Paris), le Salon de Francfort est la vitrine privilégiée par les constructeurs allemands pour le dévoilement de modèles importants et le X5 fait définitivement partie de cette catégorie pour BMW. Les motorisations devraient être assurées par des évolutions des moteurs thermiques déjà au catalogue, une version M fera assurément partie de l’offre renouvelée de BMW et il est également à prévoir que la gamme des X5 s’enrichisse d’un modèle à motorisation hybride. De plus la technologie Start/Stop, qui coupe automatiquement le moteur à l’arrêt pour le redémarrer lorsque le conducteur relâche les freins, sera probablement ajoutée au X5 de prochaine génération.

Histoire à suivre…

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Nouveaux modèlesBMW X7: un gros VUS par et pour les américains
BMW X7 : un gros VUS par et pour les Américains Le manufacturier bavarois BMW a confirmé la création d’un nouveau VUS qui viendra se loger au sommet de sa gamme : le BMW X7. À l’occasion du 20e anniversaire de l’usine de Spartanburg, en Caroline du Sud, le président …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires