Mazda MX-5 2013: Quand conduire rime avec plaisir

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

La Mazda MX-5, née Miata, c’est l’interprétation moderne du concept mis de l’avant par les petites sportives anglaises de l’après-Deuxième Guerre mondiale avec la fiabilité en prime, élément cruellement absent des MG et autres Triumph des années 50 et 60…

Avec la MX-5, Mazda a créé une petite surdouée qui reprend fidèlement le concept onirique des sportives anglaises avec cette conduite à la fois inspirée et directe jumelée au plaisir de rouler à ciel ouvert. Choisir la MX-5, c’est comme choisir une moto à quatre roues, car la voiture est agile et légère en plus d’être parfaitement équilibrée pour ce qui est de la répartition des masses. Comme le poids est presque également réparti entre les trains avant et arrière, il est facile de contrôler efficacement le comportement de la voiture en toutes circonstances, et le simple fait d’accélérer ou de relâcher l’accélérateur en virage entraine une réaction instantanée, mais toujours prévisible du châssis, ce qui ajoute au degré de précision de la conduite. La direction est précise, tout comme la course du levier de vitesses de la boite manuelle  qui vient bonifier l’agrément de conduite faisant en sorte que le comportement routier de la MX-5 est toujours très dynamique.

La MX-5 est une des voitures les plus agréables à conduire même si son moteur ne développe pas une puissance très élevée. Avec 167 chevaux et 140 livres-pied de couple lorsqu’il est jumelé à la boite manuelle (158 chevaux avec l’automatique), le moteur 4 cylindres de 2,0 litres de la MX-5 exige que l’on maintienne un régime élevé pour en tirer toute la quintessence et c’est en partie ce qui fait le charme de cette sympathique japonaise. Cependant, les longs trajets peuvent devenir éprouvants car le moteur tourne à haut régime même lorsque l’on maintient la vitesse de croisière en sixième sur l’autoroute. On en vient même à chercher un septième rapport!

Avec la disparition des Pontiac Solstice et Saturn Sky, le roadster MX-5 n’a plus vraiment de concurrence directe, cependant deux nouvelles sportives se sont pointées récemment : la Scion FR-S et la Subaru BRZ. Bien qu’il s’agisse de voitures à toit fixe, il y a fort à parier que des versions décapotables de ces nouvelles venues sont probablement à l’étude.

Les défauts de ses qualités
Choisir une MX-5 signifie cependant que l’on soit prêt à composer avec quelques inconvénients comme un volume d’espace limité dans l’habitacle ainsi que le coffre. De plus, le toit en toile fait en sorte que la voiture et son contenu sont plus accessibles aux voleurs, mais le toit rigide-rétractable qui peut également équiper la MX-5 vient éliminer ce problème. Ouvrir et refermer le toit souple est d’une simplicité désarmante et il est même possible de faire ces deux manœuvres quand on est assis dans la voiture. Le toit rigide-rétractactable est encore plus facile à actionner et il n’empiète pas dans le volume du coffre lorsqu’il est replié, tout comme le toit souple d’ailleurs. Il faut aussi considérer la MX-5 comme une voiture trois saisons, la conduite de cette propulsion qui est légère s’avérant problématique en hiver.

La refonte pour 2014
Retour vers le futur. Voilà une façon de qualifier la prochaine génération de la MX-5 que l’on attend depuis longtemps et qui se pointera à l’horizon pour 2014. Par rapport au modèle actuel, le poids sera considérablement réduit au point d’être comparable, voire même inférieur, à celui du modèle de première génération lancé en 1989! Il y a fort à parier que les innovations techniques issues du développement de la technologie Skyactiv soient intégrées à la prochaine MX-5. Son châssis devrait faire un usage étendu d’acier à haute résistance, ce qui permettrait aux ingénieurs d’envisager une réduction substantielle du poids de la voiture. Il est également fort probable que la nouvelle MX-5 soit animée par un moteur 4 cylindres turbocompressé de 1,3 ou 1,4 litre, jumelé à une boite manuelle à six vitesses ou à une automatique à six rapports.

Par ailleurs, la MX-5 sera doublée d’un modèle Alfa Romeo Spider qui sera lancé en 2015. En effet, Mazda et Fiat ont convenu d’une entente pour le développement et la commercialisation de ces nouveaux modèles qui adopteront des personnalités distinctes ainsi qu’un style différent même s’ils partageront la même architecture. Pour Mazda, cette entente avec Fiat s’avère bénéfique à plusieurs égards puisqu’elle permet de financer le développement de la future MX-5 et peut-être même de vendre sous licence plusieurs des technologies Skyactiv développées par le constructeur japonais.

En attendant la refonte, la MX-5 poursuit sa route en proposant un agrément de conduite qui en fait presque, comme on l’a déjà mentionné, une moto à quatre roues. Elle fait également preuve d’une excellente fiabilité et a une bonne valeur de revente, ce qui ajoute des arguments convaincants pour se payer le plaisir de rouler à ciel ouvert.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéMazda MX-5: une parade record
Dans un défilé monstre, le constructeur japonais a réussi à réunir 683 Mazda MX-5 sur une piste d’essais située à Lelystad, dans les Pays-Bas. Ce qui a permis à Mazda d’établir un record mondial certifié par le Guinness Book of World Records. Une activité qui s’est tenue le 15 juin …
EssaisMazda MX-5 2013, le plaisir de la simplicité
Chaque fois que nous avons le plaisir de prendre le volant de la Mazda MX-5, nous retombons littéralement amoureux de ce petit cabriolet biplace. Pourquoi? Parce que la MX-5 nous séduit par sa simplicité mais surtout, par son plaisir de conduite. La recette de son succès? Son style sportif, sa …
ActualitéMazda MX-5: 25 ans plus tard
Cette année, la mythique Mazda MX-5 fête ses 25 ans. Le petit roadster a été dévoilé pour la toute première fois le 9 février 1989, au Salon de l’auto de Chicago. Une voiture qui n’était pas sans rappeler les roadsters des années 60. Depuis lors, il s’est vendu à travers …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires