Mazda Mazda3 2013: En avant du peloton

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

Depuis des années, la Mazda3 est l'une des voitures les plus populaires au Canada, mais c'est surtout au Québec qu'elle remporte un vif succès. Les conducteurs québécois apprécient son style, son habitacle bien dessiné et surtout son agrément de conduite. Si l’on avait quelque chose à lui reprocher, ce serait une consommation de carburant un peu plus élevée que la moyenne.

Mais depuis plusieurs mois maintenant, Mazda propose une nouvelle approche technologique, baptisée SKYACTIV, qui permet de diminuer la consommation de carburant de façon appréciable. En outre, les modèles dotés d'un moteur plus conventionnel sont toujours reconduits ainsi que la spectaculaire Mazdaspeed3.

SKYACTIV d'abord

Conscients que les moteurs de la Mazda3 consommaient un peu plus que la moyenne, les ingénieurs de Mazda se sont attaqués au problème. Mais au lieu d'y aller de solutions techniques complexes et onéreuses, ils sont retournés à la base du moteur à combustion interne. Ils ont révisé le taux de compression, utilisé différentes astuces pour réduire la friction interne et les pertes thermiques, en plus de dessiner des transmissions qui sont non seulement plus efficaces, mais qui ajoutent à l'agrément de conduite. Appelée SKYACTIV, cette technologie comprend également une nouvelle plateforme qui optimise le comportement routier et la tenue de route. Mais puisque la Mazda3 n'a pas complété son cycle de production actuel (Cette année, la 3 ne reçoit pas de changements autres que des ajouts au niveau des groupes d’options), on a fait appel à une solution du juste milieu. On utilise la même plateforme qu’avant et le nouveau moulin de cette technologie. Il s'agit d'un moteur deux litres produisant 155 chevaux dont la consommation moyenne peut facilement être d'environ 5,0 litres aux 100 km, ce qui est vraiment impressionnant.

La transmission manuelle et la boite automatique offrent le même nombre de vitesses, soit six. Elles se révèlent être parmi les meilleures en fait de rendement et d'efficacité. La boite manuelle fait appel à un levier de vitesses dont la course est courte et précise, tandis que la boite automatique passe les rapports avec la douceur d’une transmission CVT et la vitesse d’une boite à double embrayage.

Cette voiture s’est bonifiée au fil des années et elle propose non seulement une tenue de route sans surprise, mais ses performances sont dans la bonne moyenne de cette catégorie. Et il ne faut pas oublier que SKYACTIV permet de sauver entre 15 et 25 % de carburant, selon le style de conduite.  Cette technologie est offerte exclusivement sur le modèle GS-SKY.

Lors du lancement de ce nouveau modèle, Mazda en a profité pour apporter quelques modifications à sa présentation. C'est surtout la calandre qui a subi la plus importante modification. La planche de bord a été légèrement remaniée et la couleur de l'éclairage varie maintenant en fonction du modèle choisi. Elle est grise sur les versions ordinaires, bleue sur les SKYACTIV et rouge sur la Mazdaspeed3.

Les autres alternatives
Les acheteurs désireux de rouler en Mazda3 mais qui ne veulent pas nécessairement profiter de cette nouvelle technologie ne sont pas laissés pour compte. Les modèles GX, les plus économiques, comme les GS de milieu de gamme sont toujours proposés avec le moteur quatre cylindres 2,0 litres qui est utilisé depuis plusieurs années. La puissance de ce dernier est de 148 chevaux et il est totalement différent du moulin de même cylindrée de la technologie SKYACTIV. Les modèles GT représentent le haut de gamme et sont naturellement les plus chers et les mieux équipés. Ils sont propulsés par un moteur 2,5 litres de 167  chevaux. Pour les conducteurs plus sportifs, la Mazdaspeed3 commande toujours 263 chevaux. Par rapport à ce dernier modèle, il est dommage que la transmission intégrale ne soit pas offerte. Cela ajouterait beaucoup à l'agrément de conduite tout au long de l'année.

Si la MazdaSpeed3 n'est livrée qu’en hatchback cinq portes, toutes les autres peuvent être commandés en version berline ou hatchback. Cette dernière permet de concilier agrément de conduite et caractère pratique, car une fois le dossier de la banquette arrière replié, l'espace de chargement est relativement important. J'ai toujours apprécié la présentation du tableau de bord qui semble appartenir à une voiture vendue beaucoup plus cher. De plus, l'ergonomie des commandes, la position de conduite et la lisibilité des cadrans est bonne. Toutefois, il est trop facile de confondre le bouton pour changer les postes de la radio avec celui du volume... Ces « pitons » sont pourtant de dimensions différentes, mais la logique de Mazda ne semble pas être la mienne, du moins à propos de cette commande.

Quoi qu'il en soit, et peu importe le type de carrosserie choisi, l'agrément de conduite est nettement supérieur à la moyenne de la catégorie tandis que la tenue de route est bonne. De plus, la qualité de la finition de l'habitacle nous fait oublier que nous conduisons une compacte. Voilà autant de raisons qui expliquent la popularité de la Mazda3 au Canada et particulièrement au Québec.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires