Land Rover Range Rover Evoque 2013: Urbain des bois

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

De nos jours, les jeunes acheteurs bien nantis sont moins traditionalistes et ne tiennent pas mordicus à conserver les canons esthétiques et pratiques de leurs parents. Pour convaincre cette clientèle déjà attirée par les modèles proposés par Audi, BMW et Mercedes-Benz pour ne nommer que les plus prestigieux, une réplique était nécessaire. Et cette réplique pour Range Rover, c'est l’Evoque qui est commercialisé depuis quelques mois et qui a fait tout un tabac depuis son entrée sur le marché.

Oubliez la tradition!

Dans l'esprit de bien des gens, un Range Rover est un gros VUS carré et passablement haut sur pattes. En plus, la fenestration est très importante car elle permet au pilote d’avoir une excellente vision de l'entourage lorsqu’il conduit hors route. Mais puisque les jeunes urbains ne veulent pas nécessairement un VUS pour aller jouer dans la forêt, mais davantage pour se rendre à un centre de ski en hiver ou pour aller faire de la planche à voile en été, les besoins ne sont plus les mêmes. Ce qui explique pourquoi l’Evoque renie tous les critères esthétiques de la marque.

Le capot est plongeant alors que la calandre relativement étroite est encadrée par des feux de route dont les formes sont très effilées. La ligne du toit s'incline fortement vers l'arrière affectant ainsi la fenestration. Les porte-à-faux sont réduits au maximum, les jantes en alliage sont d’un dessin très moderne et affleurantes aux parois de la carrosserie. Et pour accentuer l’impact visuel de la section avant, un mini bouclier protecteur se retrouve sous le pare-chocs afin de donner un air de baroudeur urbain à cette britannique. Et fait rarissime dans cette catégorie, il est possible de commander une version deux portes ou quatre portes. À ce sujet, j'avais de fortes interrogations quant au confort des places arrière dans le modèle deux portes. En général, cette configuration ne se prête pas au confort à l'arrière. Ajoutez à cela un toit s'inclinant de façon assez marquée et il y a de quoi en douter. Mais, à l'usage, les places arrière ont été surprenantes tant au chapitre du confort que de l'espace disponible. Par contre, il faut être d'une certaine agilité pour s’y glisser.

Toujours à propos de l'habitacle, une vieille tradition britannique a également été reléguée aux oubliettes : les appliques en bois ainsi que les présentations archaïques n'ont pas trouvé leur place dans ce nouveau modèle. Les designers ont concocté quelque chose de moderne et, mieux encore, l'ergonomie des commandes ne fait plus sourire. Contrairement à bien d'autres modèles de cette marque, on n'a pas à lire et relire le manuel du propriétaire pour savoir comment verrouiller les portières ou abaisser une vitre. Ce modernisme s'associe à une finition soignée et à des matériaux d'une étonnante qualité étant donné qu'il s'agit du modèle le plus économique de la famille Range Rover.

Mécanique plébéienne, résultats patriciens

Plusieurs avaient des doutes quant à la valeur de ce modèle nonobstant sa silhouette très branchée. En effet, son pedigree n'était pas ce qu'il y avait de plus prestigieux. On a utilisé la plateforme de la modeste Land Rover LR2 pour servir de base à l’Evoque, tandis que le moteur turbo 2,0 litres provient de chez Ford tout comme la boite automatique à six rapports. Quant à la suspension Magnaride, elle provient de chez GM.

Que les snobs se rassurent, ce regroupement d'éléments empruntés à des modèles plus modestes donne des résultats pour le moins intéressants. En effet, lors d’un galop d’essai allant des rives du Pacifique dans le port de Vancouver jusqu'au pied des pentes du mont Blackcomb dans la région de Whistler, j'ai pu vérifier toutes les facettes du comportement de ce modèle. Malgré une cylindrée relativement modeste, la magie du turbo s'effectue une fois de plus, et force est d'admettre que les performances sont quand même assez intéressantes. C'est ainsi que le 0-100 km/h se boucle en 7,2 secondes tandis que la tenue de route est étonnante. En virage, l’Evoque est neutre et s’accroche sans réserve. Il faut également accorder de bonnes notes à la direction qui est d'une précision inattendue pour un véhicule de ce genre. En plus, la boite automatique accomplit du bon travail.

Personne n’achète un Evoque pour aller s'enfoncer dans la jungle équatoriale. C'est un véhicule essentiellement urbain. Par contre, noblesse de la marque oblige, ses capacités hors route sont vraiment impressionnantes. L'escalade du mont Blackcomb à son volant m'a permis de m’en convaincre. Il faut naturellement souligner l'efficacité de son système Terrain Response qui permet de régler la suspension et le rouage intégral aux conditions de la chaussée (normal, neige, sable, hors route) et du type de conduite. C'est simple et fort efficace.

Pas surprenant que l’Evoque ait connu plus que sa part d’honneurs, notamment celui d’être nommé Meilleur véhicule utilitaire en Amérique du Nord.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéRange Rover Evoque cabriolet: oui ou non?
Chez Land Rover, on avait annoncé en début d’année que la déclinaison cabriolet du Range Rover Evoque ne serait jamais commercialisée. Aujourd’hui, c’est John Edwards, le grand patron du constructeur britannique, qui déclare que finalement le Range Rover Evoque Convertible Concept pourrait devenir un modèle de série. La décision finale …
GenèveRange Rover Evoque en version Autobiography Dynamic
Le Range Rover Evoque, lancé en 2011, est un petit VUS urbain qui a été très bien reçu par le public. Cette année, à l’occasion du Salon de l’auto de Genève, Land Rover a mis en ligne quelques informations sur le modèle qui trônera désormais au sommet de la gamme …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires