Lexus IS 2013: En attendant la relève

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

Chez Lexus, la gamme des IS peut essentiellement se scinder en deux. D’un côté, il y a un modèle qui mérite de l’intérêt en se montrant à la hauteur des attentes exprimées par l’acheteur d’une berline sport, et de l’autre côté, on retrouve des berlines et coupé-cabriolet qui prétendent avoir une vocation sportive mais dont les performances ne sont pas convaincantes.

Et pourtant, lorsque les ingénieurs de Lexus ont conçu la première génération de la IS, ils ont eu le culot de littéralement calquer la référence de la catégorie pour l’époque, la berline BMW de Série 3, au point même de développer un moteur six cylindres en ligne pour l’animer, soit exactement le même type de motorisation que l’allemande. Malgré les qualités dynamiques de ce modèle, les ventes n’ont pas suivi et Lexus a carrément changé de cap pour le développement de la génération courante de la IS pour en faire une berline nettement plus axée sur le confort et les considérations d’ordre pratique comme la fiabilité, au détriment de la dynamique et des performances.

Déclassée

Tout cela fait en sorte qu’à l’heure actuelle, les berlines et le coupé-cabriolet de la gamme IS sont carrément déclassées par leurs rivales directes au chapitre des performances, de la tenue de route, et même du design. En fait, seule la dotation de série et l’excellente réputation de la marque en matière de fiabilité permettent à la IS de tirer son épingle du jeu face à une concurrence toujours plus affûtée.

Pour une berline sport, le premier facteur qui détermine les sensations perçues est le positionnement des hanches du conducteur par rapport au plancher de la voiture. Plus l’assise du siège est basse, plus il est facile pour le conducteur de bien sentir les réactions de l’auto. Au volant de la IS, même lorsque l’assise du siège est au plus bas niveau, on est quand même assis trop haut et, en plus, le siège n’offre pas assez de soutien latéral en virage, ce que l’on note immédiatement dès que l’on se met à pousser la voiture un tant soit peu dans les courbes.

Le châssis de la IS fait preuve d’une excellente rigidité, c’est l’un des points forts du modèle, mais les suspensions et la monte pneumatique d’origine ne sont pas en mesure de livrer le niveau de performance inspirée que l’on attend d’une berline sport. En tenue de route et en dynamique, la IS est compétente, mais sans plus, ce qui ne lui permet pas de rivaliser efficacement avec la BMW Série 3, l’Audi A4 ou même la Mercedes-Benz de Classe C qui sont les ténors de cette catégorie.

C’est le même constat pour le modèle coupé-cabriolet qui affiche plus de 1 700 kilos à la pesée et dont le comportement plaira à l’acheteur qui privilégie la conduite confortable et sereine et qui n’a aucune envie de ressentir l’exaltation de la conduite inspirée. La direction est à la fois légère et surassistée, le freinage manque de mordant et le système de contrôle électronique de la stabilité s’avère trop intrusif en conduite sportive.

Avec le toit rigide replié dans le coffre, le volume de chargement ne conviendra qu’à un ou deux petits sacs souples de voyage et, avec le toit en place, la visibilité vers l’arrière est tellement mauvaise qu’il faut absolument avoir choisi le groupe d’options Navigation pour ainsi compter sur l’aide de la caméra de recul.

Le joueur étoile

Dans cette équipe essentiellement composée de plombiers qui manquent de vitesse et de sens du jeu, la IS-F se démarque comme le joueur étoile de la concession avec un degré de sportivité qui est relevé de plusieurs crans par rapport aux autres modèles de la gamme. Avec toute la fougue développée par son V8 de 5,0 litres et sa boite à huit rapports, la IS-F accélère avec aplomb tout en émettant une sonorité qui est hors normes pour une Lexus.

J’ai eu l’occasion de boucler quelques tours du Circuit Mont Tremblant au volant de cette sportive et ce court galop d’essai dans l’environnement contrôlé d’un circuit m’a permis d’apprécier une dynamique nettement plus affûtée puisque les suspensions ont été calibrées en fonction de la tenue de route. Malheureusement, cette fermeté des suspensions se traduit par un comportement plus saccadé sur les routes publiques dégradées, ce qui affecte inversement le niveau de confort.
 
Après la refonte complète de la gamme GS, Lexus s’attaquera à la prochaine génération de la IS qui devrait voir le jour en tant que modèle 2014. Depuis quelques mois, des photographes-espions ont été en mesure de saisir sur le vif plusieurs clichés des prototypes en cours de développement. Si Lexus emprunte la même voie qu’avec la récente GS, la prochaine IS devrait s’avérer beaucoup plus sportive que le modèle actuel, ce qui lui permettrait d’opposer une concurrence plus vigoureuse aux ténors de la catégorie. Histoire à suivre…

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires