Lotus Eco Elise, elle passe à la puissance verte

Nous savons tous que Ferrari, Lamborghini et surtout les marques  Aston-Martin et Porsche se battent avec les autorités politiques, afin de retarder leurs échéances à passer aux motorisations plus économiques et écologiques. Pendant ce temps, les petits constructeurs de voitures sport performantes, tel la firme britannique Lotus se mettent déjà à l’ouvrage afin de concevoir, de nouvelles  voitures jolies, plaisantes à conduire et performantes, tout en devenant plus légères, économiques et surtout plus écologiques.

Au dernier Salon de Londres, le constructeur Lotus a présenté une version toute spéciale de son coupé sport fétiche, appelé pour la circonstance Lotus Eco Elise.

Ce dernier utilise de nouveaux matériaux composites et surtout recyclables, à dessein de réduire le poids de ses véhicules et par le fait même devenir plus économiques, en plus d’émettre moins d’émanations de CO2 dans l’atmosphère.  Parmi ces matériaux composites utilisés, nous retrouvons de la résine de polyester au niveau de la carrosserie. Des panneaux solaires placés sur le toit, prennent en charge les systèmes électriques de la voiture, à titre complémentaire. A l’intérieur, le cuir des sièges est d’origine animale, tandis que la moquette est faite de fibres végétales.

Cet exercice a permis de réduire le poids de ce coupé sport de 32 kilos par rapport à celui du modèle de série. A prime à bord, ça peut paraître peu convaincant, toutefois les économies de carburant enregistrées sont très convaincantes.

Bien que peu de modifications ont été apportées au moteur quatre cylindres de 220 chevaux signé Toyota, le concept offre à son pilote, un petit témoin lumineux au niveau de la planche de bord lui indiquant qu’il aurait intérêt à changer de rapport s’il veut économiser un peu plus d’essence.

Dans cette foulée très écologique, les dirigeants du constructeur Lotus planchent également sur des mesures à dessein de réduire de façon significative leurs coûts de production, notamment au chapitre de l’électricité dans leur usine et leurs différents locaux administratifs.

Par les temps qui courent, notamment avec la flambée des coûts du pétrole, la survie de ce type de coupé sportif, va devoir passer par de telles mesures, sinon leurs années pourraient être comptées.     

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires