Mercedes-Benz GLK 250 BlueTec 2013: Enfin le diésel !

Points forts
  • Moteur diésel performant
  • Habitacle confortable
  • Consommation réduite
  • Excellente tenue de route
Points faibles
  • Nombreuses options onéreuses
  • Véhicule lourd
  • Silhouette controversée
  • Curieux levier de vitesses
Évaluation complète

Lorsque le GLK a été dévoilé en 2009 sur le marché canadien il n’était proposé qu'avec un seul moteur soit un V6 de 3,5 litres. Sur le marché européen, il était également commercialisé avec un quatre cylindres diésel, mais on n'avait pas jugé bon à l'époque de distribuer ce modèle sur notre continent. Quatre ans plus tard, le GLK connait sa première refonte. En fait, parler de refonte est un peu exagéré puisque les modifications esthétiques sont assez subtiles. Si vous regardez la silhouette du modèle 2013 par rapport à son prédécesseur, vous devez avoir l'œil averti pour repérer les changements apportés.

En fait, Mercedes-Benz adopte la même politique qu'il a utilisée sur plusieurs autres modèles lorsque les règles environnementales l’ont obligé à modifier ses moteurs. Par la même occasion, il a procédé à quelques changements esthétiques.

Modifications de détail

Sur le plan esthétique, les stylistes ont conservé la silhouette du GLK qui semble plaire à la majorité. Curieusement, au début, on s'est inspiré du modèle de la classe G pour dessiner la carrosserie. Cela explique la section avant très carrée, les flancs relativement plats et un arrière qui coupe assez sec. Cette année, les phares sont nouveaux, le parechoc a été redessiné et le bouclier inférieur est de couleur contrastante. En plus, les bouches d'entrée d'air sont plus grosses que précédemment. À l'arrière, on a revu les feux qui font appel à des fibres optiques. Le parechoc est également modifié. En outre, les barres du porte-bagages sont dorénavant en aluminium. Le modèle abritant le V6 de 3,5 litres est équipé de série du groupe d'apparence AMG tandis que celui-ci est optionnel sur la version GLK 250 BlueTec à moteur diésel.

Dans l'habitacle, la planche de bord a été transformée. Le premier changement qui saute aux yeux est l'utilisation de buses de ventilation circulaires inspirées de celles de la super sportive SLS. Le volant à trois branches est tout nouveau alors que les cadrans et jauges sont d’un design inédit. Le levier des vitesses a quitté la console centrale pour se retrouver sur la colonne de direction. Il s'agit d’un petit levier à commande électronique : c'est la mode! Mais le plus grand changement, c'est la commande du régulateur de croisière qui est désormais intégrée à celle des clignotants. C'est peut-être un détail pour certains, mais il faut avoir conduit une Mercedes-Benz avec ces deux leviers positionnés l'un par-dessus l'autre pour apprécier la transformation... Comme il faut s'y attendre sur une voiture de cette marque, la qualité des matériaux et de la finition est impeccable.

Plus de puissance, consommation réduite

Bien entendu, la version à moteur V6 est de retour. Toutefois, sa puissance de ce moulin de 3,5 litres est maintenant de 302 chevaux, un gain de 34 chevaux par rapport à la version précédente. C'est tout de même un gain important, qui s'explique par l'injection directe de carburant. Non seulement la puissance a augmenté, mais la consommation de carburant annoncée est réduite d'environ 15 %. Que ce soit le V6 ou le diésel, tous deux sont associés à une boite automatique à sept rapports, que Mercedes utilise depuis plusieurs années.

Pour le marché canadien, la bonne nouvelle est l'arrivée sous le capot du diésel quatre cylindres turbo de 2,2 litres. Sa puissance est de 190 chevaux tandis que son couple, impressionnant, se situe à  369 lb-pi. Ce nouveau modèle devrait être commercialisé ici au début de l'automne. Il est important de souligner que ce moteur est utilisé en Europe depuis plusieurs années et que sa fiabilité ne devrait poser aucun problème. Selon les données fournies par Mercedes-Benz, la consommation devrait varier entre 6,0 et 7,0 litres aux 100 km. Toutefois, si le moteur à essence profite du système Start/Stop qui coupe le moteur à l'arrêt, ce dispositif n'est pas disponible sur la version diésel.

Les deux versions sont dotées d'une direction assistée de type électromécanique baptisée Direct-Steer. Parmi les nombreuses fonctions de cette direction, on ne peut passer sous silence le STEER CONTROL. Ce dernier intervient lorsque les systèmes d’aide à la conduite diagnostiquent des conditions instables pouvant être rectifiées par de simples mouvements de la direction. Le système calcule alors un couple adapté aux conditions, lequel est repris par l’assistance de direction électrique. En cas de survirage, le STEER CONTROL signale au conducteur, via le volant, qu’il doit contrebraquer jusqu’à ce que le véhicule se soit à nouveau stabilisé. À l’inverse, en cas de sous-virage, la direction active prévient qu’on doit augmenter l’angle de braquage. Même si le conducteur ignore les recommandations de la direction active STEER CONTROL, le système prévoit une marge de manœuvre suffisante pour stabiliser le véhicule à l’aide des dispositifs de régulation du comportement dynamique tels que l’ADAPTIVE BRAKE, l’ESP ou encore le contrôle de stabilité 4-ETS. Le STEER CONTROL ne fait qu’émettre des recommandations à l’intention du conducteur; celui-ci reste toujours maitre de ses décisions.

Sur la route

Dans le cadre de la présentation du nouveau GLK, Mercedes-Benz nous avait amenés à la station de ski de La Clusaz en France afin de vérifier les qualités routières de ce véhicule sur des routes secondaires et de faire un petit essai de conduite hors route. Inutile de trop insister sur la version à moteur V6 : elle possède toutes les qualités du modèle que nous connaissons présentement sauf qu’elle est plus rapide et plus performante tout en consommant moins. J'étais particulièrement curieux de prendre le volant de la version à moteur diésel.

Quant aux performances, à titre de comparaison, le GLK diésel boucle le 0-100 km en 8,0 secondes, soit 1,5 seconde de plus qu’avec le V6 à essence. Son couple très généreux à bas régime permet de compter sur des accélérations franches et de bonnes reprises. De plus, il faut souligner l'insonorisation de la mécanique puisqu'on entend à peine le ronronnement du moteur.

J’ai eu l’opportunité d’effectuer un petit tour sur un parcours spécialement aménagé pour vérifier les capacités hors route de ce VUS. L’exercice s’est avéré positif. De toute façon, rares sont les propriétaires de GLK qui emprunteront un sentier similaire. Cette Mercedes-Benz n’est pas un véhicule destiné aux chemins impraticables, mais son comportement hors route est impressionnant.

Une fois de retour sur le bitume, comme avec le GLK 350, la tenue de route et l’agrément de conduite sont excellents. Somme toute, cette version à moteur diésel fera le bonheur de bien des gens.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires