Hyundai Veloster Turbo 2013, le moteur de la raison

Points forts
  • Moteur puissant et économique
  • Style rehaussé
  • Conduite agréable
  • Prix compétitif
Points faibles
  • Visibilité 3/4 arrière
  • Boîte automatique moins intéressante
Évaluation complète

Il faut avouer que depuis son introduction il y a un an, la Hyundai Veloster ne laisse personne indifférent et elle en séduit plus d’un. Les chiffres de vente dépassent les attentes du constructeur alors que les unités s’écoulent au fur et à mesure qu’elles arrivent au Canada. Apparemment, ses lignes inusitées, son niveau d’équipement relevé et son prix plus qu’abordable constituent une recette à succès, non seulement auprès de sa clientèle cible, les plus jeunes, mais aussi chez les plus vieux.

Si nous avions été emballés par plusieurs aspects de la voiture lors de son lancement officiel, ses performances nous avaient laissés sur notre appétit. Son moteur 1,6 litre de 138 chevaux issu de la Hyundai Accent favorise une bonne économie de carburant, mais il ne semble pas coller véritablement aux aspirations de la voiture. On avait alors dit de la Veloster qu’elle était « à un moteur de la petite sportive parfaite ». Le constructeur a réagit à peine quelques semaines plus tard en annonçant l’arrivée d’une version à moteur turbo. Il n’en fallait pas plus pour exciter les amateurs.

Des performances rehaussées

Alors qu’elle se pointe tranquillement le bout du nez chez les concessionnaires, nous avons récemment eu la chance d’effectuer l’essai de cette version suralimentée, modèle tant attendu. Notre constat : c’est le moteur qui aurait dû propulser la voiture dès le départ! Tout d’abord, la Veloster Turbo est proposée en version unique et elle reçoit de série tous les bidules qui équipent la plus cossue des Veloster ordinaires. Elle possède donc l’ensemble Tech qui comprend notamment un système de navigation avec écran tactile, une caméra de recul et une chaine audio haut de gamme. Ajoutez des sièges chauffants et une panoplie d’autres gadgets et vous obtenez une voiture qui en offre beaucoup pour son prix. Hyundai est passée maitre à ce chapitre.

Au cœur des performances accrues de cette Veloster, on retrouve un moteur de 1,6 litre trubocompressé développant une puissance de 201 chevaux pour un couple de 195 lb-pi. Très moderne, ce moulin utilise la technologie d’injection directe d’essence, GDI, ce qui améliore ses performances tout en maintenant l’économie de carburant. Ce moteur produit un peu plus de 125 chevaux par litre, ce qui est assez exceptionnel. Il est marié de série à une boite manuelle à six rapports et, non, l’automatique six rapports à double embrayage optionnel dans la Veloster à moteur atmosphérique n’est pas offerte, cette dernière étant optimisée pour l’économie de carburant, non pas pour des performances relevées. On a droit en option à une boite automatique à six rapports conventionnels qui, à notre avis, trouve peu de justifications.

Un style plus agressif

Au chapitre du style, Hyundai n’est surtout pas passée à côté de l’idée de rendre cette version plus exclusive. Difficile de ne pas le remarquer. À l’avant, on a retiré le panneau de carrosserie qui traversait la grille, ce qui maximise la dimension de cette dernière. Elle devient en fait l’élément clé de ce nouveau devant. On a aussi remplacé les phares auxiliaires rectangulaires par de nouveaux phares ronds, encastrés dans une section sur fond gris. Ça donne davantage de caractère à la voiture.

Les flancs disposent d’un ensemble aérodynamique alors que les jantes de 18 pouces sont de série. Dommage qu’on ait décidé de peindre l’intérieur des rayons en gris, plutôt que le la couleur de la carrosserie comme c’est le cas avec la version ordinaire. L’arrière est sans doute la partie la plus réussie. Outre l’emblème « Turbo » apposé sur le hayon, on a jouté au bas du pare-chocs un diffuseur d’air tandis que le double échappement situé au centre est rond au lieu de rectangulaire. Finalement, on a donné le même traitement aux réflecteurs arrière que celui reçu par les phares antibrouillard à l’avant. Bref, il faut avouer que la Veloster Turbo dispose d’un caractère beaucoup plus marqué, une bonne nouvelle pour ceux qui désirent se distinguer. Voilà toutefois un autre élément qui enlève de l’intérêt à la version de base.

À bord, les changements sont beaucoup moins prononcés. La version Turbo hérite du même habitacle, mais on y remarque les sièges sport garnis de cuir deux tons sur lesquels on a cousu « Turbo » sur l’appui-tête. Pour le reste, tout est similaire. On apprécie l’attention portée aux détails et les matériaux nous semblent de bien meilleure qualité que par le passé. Hyundai a fait du bon travail à ce chapitre.

Un comportement plus intéressant

Une fois démarré, on remarque la sonorité du moteur, un peu plus riche en raison de l’échappement surdimensionné. Bien entendu, avec ses chevaux supplémentaires, le moteur turbo dote la voiture d’un comportement beaucoup plus dynamique. Enfoncez l’accélérateur et la voiture réagit pas mal plus vite que dans le cas de la version ordinaire. Voilà un moteur qui rend vraiment justice à la Veloster. Dans cette livrée, les performances vont de pair avec l’attitude, un élément qui manquait à la voiture. Le moulin déploie sa puissance aux roues avant instantanément, ce qui est favorisé par un turbocompresseur à double impulsion, plus léger et limitant la force d’inertie.

Malgré tout, avec ses 201 chevaux, la Veloster ne peut être qualifiée de véritable petite bombe, comme le sont les Ford Focus ST, Volkswagen GTI ou la Mazdaspeed3. La Veloster Turbo est certes plus dynamique, mais pas à la hauteur des pocket rockets mentionnés. Il faut cependant considérer dans l’équation que la Veloster Turbo est vendue à un prix inférieur : 25 990 $ comparativement à environ 30 000 $ pour les autres bolides, ce qui la rend plus accessible.

Marié de série à une boite manuelle à six rapports, le choix logique, le moteur entraine une conduite souple et agréable. On a le sentiment d’avoir amplement de puissance pour effectuer un dépassement ou pour s’engager sur une route. Il faut toutefois fréquemment jouer du levier de vitesses afin d’extirper toute la puissance du moteur. Si l’on n’a jamais été emballé par la boite manuelle de chez Hyundai, il faut avouer que celle de la Veloster nous réconcilie. Sans être aussi précise que certaines boites japonaises, elle est beaucoup mieux que par le passé.

Non seulement la Veloster Turbo hérite d’une puissance supérieure, mais les ingénieurs ont aussi révisé certaines composantes afin d’optimiser ses performances. Elle dispose d’une direction à pignon et crémaillère comprenant une démultiplication plus rapide, procurant un meilleur contrôle en virage et une meilleure sensation de la route, alors que ses freins à disque ventilé à l’avant ont été élargis de 20 mm. Finalement, sa suspension intègre des barres stabilisatrices à l’avant et à l’arrière, réduisant les transferts de poids en virage. Voilà qui augmente le plaisir de piloter une voiture qui était déjà très agréable à conduire.

Si l’on considère son prix, son niveau d’équipement complet et ses performances rehaussées, il est évident que la Veloster Turbo offre le meilleur compromis, surtout face à la version ordinaire comprenant l’ensemble Tech. Les choix sont donc assez simples à notre avis, une version de base très abordable renfermant le moteur atmosphérique, sinon, il vaut mieux sauter sur la Veloster Turbo.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsHyundai Veloster 2012 : Un autre grand coup!
Décidément, les Coréens ne cessent de nous épater! Depuis quelque temps, ils introduisent des véhicules forts réussis, surtout au chapitre du style. Alors que Kia nous a surpris récemment avec l’introduction de l’Optima, voilà que Hyundai en remet avec le lancement de la Veloster 2012, un véhicule qui détonne dans …
MécaniqueExamen général pour la Veloster turbo
La toute nouvelle venue chez Hyundai ne passe pas inaperçue. Au départ adulée pour son look original et audacieux, elle est maintenant désirée pour sa motorisation turbo qui lui permet d’offrir des prestations relevées. Sa tenue de route lui a d’ailleurs permis de ravir le cœur de bien des chroniqueurs …
Commentaires