Volvo XC90, au pays de l'oncle Sam

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Si Volvo s'est lancée avec un certain retard dans la course aux véhicules sport-utilitaires, c'est essentiellement pour capturer une partie de cet important marché aux États-Unis, où la très grande majorité de la production est d'ailleurs vendue. Aujourd'hui, les grandes marques automobiles n'ont plus le choix : elles doivent jouer sur tous les tableaux afin de préserver ou augmenter leurs parts de marché. C'est cette considération qui explique la mise au point du XC90, qui a été élaboré à partir de la plate-forme ayant servi à construire les S80 et V70 de la marque.

Fidèle à la tradition établie chez le constructeur suédois, le XC90 met l'accent sur la sécurité en intégrant plusieurs dispositifs perfectionnés. Ainsi, le XC90 est muni d'un système anticapotage qui commande le freinage sélectif des roues afin d'éviter que le véhicule ne se retourne lors de brusques changements de direction. J'ai testé l'efficacité de ce système sur piste d'essai par de violents braquages à des vitesses aussi élevées que 90 kilomètres/heure et jamais le XC90 n'a menacé de capoter. Et si jamais le pire devait se produire, sachez que le XC90 est équipé de rideaux gonflables couvrant l'entière surface latérale du véhicule. Ils demeureront gonflés pendant sept secondes afin d'absorber les chocs à répétition qui se produisent lors d'un capotage. De plus, certaines parties du toit sont réalisées en acier renforcé au bore, un alliage dont la résistance est de quatre à cinq fois supérieure à celle de l'acier courant. Bref, si vous devez un jour « faire du top » avec un sport-utilitaire, je vous souhaite que ce soit au volant de celui-ci.

L'aspect sécurité est également rehaussé par plusieurs détails de conception avancée. Du nombre, on relève le fait que le XC90 est équipé d'une traverse localisée derrière et sous le pare-chocs avant, soit à la même hauteur que le pare-chocs d'une voiture ordinaire. Cette traverse sert précisément à activer les coussins gonflables du véhicule avec lequel le XC90 entre en collision, tout en empêchant le Volvo de monter par-dessus le pare-chocs de cet autre véhicule. La présence de cet élément démontre une certaine sensibilité au fait que les collisions entre véhicules de taille différente se soldent toujours par des blessures plus graves infligées aux passagers du plus petit des véhicules impliqués. Il faut noter que cette innovation n'est pas due à Volvo, mais bien à Ford qui l'a développée pour ses véhicules, Volvo ayant simplement choisi de l'intégrer au XC90. Toujours dans ce souci de sécurité avancée, soulignons que le capot avant du XC 90 à été dessiné afin d'amortir le choc pour un piéton lors d'une collision de ce

type.

Au départ, le XC90 n'a pas été conçu en priorisant la conduite hors route mais plutôt la circulation sur routes asphaltées. À ce titre, il n'est donc pas équipé d'une boîte de transfert et ses aptitudes en conduite hors route sont donc limitées. En choisissant un rouage intégral de type Haldex, qui peut varier la répartition de la motricité jusqu'à diriger 95 pour cent de celle-ci vers les roues qui ont le plus d'adhérence, les concepteurs du XC90 ont choisi d'opter pour un système qui s'avère efficace pour la plupart des situations et qui ne nécessite aucune intervention de la part du conducteur. À ce rouage sont jumelés deux moteurs turbocompressés de cinq ou six cylindres en ligne montés transversalement ainsi que deux transmissions automatiques qui comptent cinq ou quatre rapports. Et c'est justement du côté des groupes motopropulseurs que l'on relève les principaux points faibles du XC90 puisque la puissance du 5 cylindres est limitée, et que le modèle T6 qui est animé par le 6 cylindres plus puissant ne peut être équipé que de l'automatique à 4 rapports. Résultat : des performances décevantes en accélération doublées d'une consommation élevée, faut le faire... Lorsque l'on questionne les concepteurs sur la logique de ne proposer que la boîte à 4 rapports sur le modèle le plus performant, la réponse donnée est qu'il était impossible de jumeler le moteur 6 clylindres en ligne avec la boîte à 5 rapports en raison d'un manque d'espace sous le capot. Le XC90 n'est donc pas en mesure de soutenir la comparaison avec les modèles concurrents que sont les Volkswagen Touareg et BMW X5 équipés de moteur V8 pour ne nommer que ceux-là. Aussi, le montage transversal du groupe motopropulseur fait en sorte que le rayon de braquage du XC90 est très grand, l'espace étant limité pour le mouvement des roues avant, ce qui complique les manoeuvres de stationnement. Sur la route, on note le silence de roulement et on apprécie au plus haut point le confort inégalé des sièges avant qui est devenu l'une des marques de commerce de Volvo. L'habitacle est réalisé avec soin et les matériaux sont de qualité supérieure.

Pour l'année-modèle 2005, la dotation de série du XC90 s'enrichit d'essuie-glaces à lames plates qui se mettent automatiquement en marche lorsque la pluie se met à tomber, et les rétroviseurs extérieurs sont maintenant recouverts d'une pellicule qui dissipe l'eau de pluie pour assurer une meilleure visibilité. De plus, trois nouvelles couleurs de carrosserie sont au catalogue. Pour ce qui est de l'avenir, Volvo offrira également un moteur V8 de 4,4 litres construit par Yamaha dès l'automne 2004, ce qui

permettra au XC90 de corriger le manque de puissance des actuels moteurs turbo à 5 et 6 cylindres. Quant au dévoilement de la prochaine génération de l'utilitaire sport Volvo, il faudra patienter jusqu'en 2007 ou 2008.

Partager sur Facebook
Commentaires