Piston et Bigoudis essaient la Lexus CT200h

Le principe de cette chronique Piston et Bigoudis est fort simple : nous prêtons un véhicule de presse à un couple qui, pendant deux semaines, en fait extensivement l’essai pour le compte du Guide de l’Auto. Les deux participants ont une consigne à respecter : noter toutes leurs impressions, bonnes ou mauvaises.

Ces « j’aime » et « je n’aime pas », chaque essayeur doit les garder pour lui-même, question de ne pas dénaturer l’expérience de l’autre. Pas facile, nous dit-on…

Ce mois-ci, Céline Huneault et Martin Lessard ont essayé pour nous la Lexus hybride CT200h, avec moteur quatre cylindres de 1,8 litre et apport électrique, pour 134 chevaux transigés par une boîte CVT. Prix d’étiquette pour cette variante dotée du groupe Premium : 35 950 $, incluant la climatisation automatique bizone, la mémoire de positionnement du siège conducteur, le revêtement en cuir, la caméra de recul et les essuie-glaces sensibles à la pluie (mais excluant les frais de transport de 1 950 $ et les taxes). Notez que la variante de base de la Lexus CT200h débute à 30 950 $.

Voici ce qu’ils en ont dit.

Piston

Martin Lessard
Âge : 40 ans
Résidence : Pointe-aux-Trembles
Métier : chef de service qualité — Camoplast
Au quotidien : Toyota Solara décapotable 2004

Notre essayeur Martin Lessard voulait expressément tester une voiture hybride. Le trajet qui le mène et le ramène de son travail lui fait quotidiennement parcourir 200 km, souvent dans la congestion du pont-tunnel Louis-Hippolyte Lafontaine. « Je voulais voir si ça valait la peine d'envisager une hybride comme prochaine voiture, » a-t-il dit.

La réponse, du moins en ce qui concerne la Lexus CT200h, est : oui. « Une fois que j'ai compris comment optimiser le mode électrique, j'ai réussi à faire du 5,2 L/100 km, et ce, pendant tout un réservoir. Pourtant, je n'ai pas ménagé la voiture; même que je l'ai brassée un peu. »

C'est que l'hybride incite pareille conduite, dit notre essayeur : « L'agrément de conduite est au rendez-vous et la tenue de route est solide, même sur les routes sinueuses. Sauf que le moteur est de petite cylindrée et on se sent obligé de le pousser pour obtenir de la vitesse. » Et c'est là qu'entre en scène le principal point négatif que Martin Lessard attribue à la CT200h : la transmission à variation continue.

Une CVT? En ville, seulement.

« En ville, cette CVT est transparente, j'aime le fait qu'elle réponde tout de suite, en instantané. Mais nous sommes allés en Beauce et c'est alors une tout autre histoire. En région montagneuse, il faut constamment rétablir de l'accélérateur, ne serait-ce que pour maintenir la cadence. Et ça s'accompagne d'une sonorité pas sportive du tout — on est loin de l'orchestre symphonique, croyez-moi! »

Sinon, Martin a beaucoup apprécié les essuie-glaces sensibles à la pluie « Très pratiques quand la pluie n'est pas persistante », la radio satellite « Mais je ne sais pas si je m'abonnerais » et, surtout, la clé intelligente « Merveilleuse invention, la meilleure du monde! ».

Il a eu un coup de coeur particulier pour le design extérieur : « J'aime beaucoup les devantures de Lexus et je ne déteste pas du tout les hatchbacks. Oui, la CT200h, comme essayée demande assez cher, — 35 900 $ — mais côté luxe, finition, assemblage et qualité de peinture, elle a l'air d'une voiture de ce prix-là. »

Bref, l'hybride de Lexus a convaincu notre essayeur, en dépit de sa transmission CVT : « Avec les prix de l'essence tels qu'on les connaît, j'irais facilement vers ce compromis — tant que j'habite en ville. Si je résidais en Beauce ou dans Charlevoix, j'y penserais deux fois. Mais en ville, la CT200h est agréable à conduire, elle a un côté pratique et... elle coûte peu cher à la station-service!  »

Bigoudi

Céline Huneault
Âge : 53 ans
Résidence : Pointe-aux-Trembles
Métier : lamineuse pièces aéronautiques — Marquez Transtech
Au quotidien : Toyota Matrix 2007

S'il n'en tenait qu'à Céline Huneault, il n'y aurait pas de voiture dans son entrée de garage. Une moto, oui, mais pas une auto : « Pour me rendre au boulot, il me faut à peine trois minutes... à pied. » Mais bon, la vie étant ce qu'elle est, notre essayeuse s'est prêtée à l'essai de l'hybride de Lexus.

Premier coup d'oeil : « La silhouette est super belle. De fait, elle a un peu le genre de ma Matrix — les dimensions aussi — mais elle est manifestement plus belle. »

Comme elle et son conjoint possèdent chacun un véhicule Toyota, Céline ne s'est pas sentie outre mesure dépaysée par l'environnement intérieur. Sauf que... « Il y a trop de pitons. » D'ailleurs, si elle a trouvé que les contrôles audio étaient situés trop bas à la console pour être manipulés de façon sécuritaire lors de la conduite, elle n'a pas pour autant adopté les commandes audio au volant.

Quand même, quelques gadgets l'ont séduit à bord de la CT200h : « J'ai adoré la caméra de recul et j'ai trouvé très agréable qu'on puisse ajuster la climatisation en deux zones. Aussi, un gros bravo pour les essuie-glaces sensibles à la pluie. » Le confort des sièges l'a satisfaite (« Ils sont larges »), mais les appuie-bras sont placés de telle façon qu'elle ne pouvait pas y déposer ses coudes « et ça me tanne d'avoir toujours les bras sur moi. »

Côté comportement, Céline est de l’avis de son conjoint : « La voiture tient bien dans les courbes, elle freine très bien (même que ça surprend, la première fois) et j'ai beaucoup aimé la conduite en mode Sport. Mais même là, il faut enfoncer l'accélérateur dans les côtes afin que ça avance — et ça devient alors bruyant. »

Coffre restreint et... trop de pitons

Mais le principal point négatif de la CT200h, de l'avis de notre essayeuse, est le volume restreint : « L'espace est vraiment petit comparé à celui de ma Matrix. Pour faire tenir tout ce dont on a besoin à bord, il a fallu rabattre les sièges et si l’on avait eu des passagers à emmener… ils seraient restés sur le bord du chemin! »

Donc Céline, pour qui « la consommation d'une voiture ne m'intéresse pas », ne voit pas l'intérêt de payer davantage pour une hybride : « La Lexus CT200h a du sens pour son prix versus ses attributs, mais personnellement, je regarderais autre chose avant de jeter mon dévolu sur elle. Ne serait-ce que... parce qu'il y a trop de pitons là-dedans! »

Partager sur Facebook
Commentaires