Saturn Vue/Red Line, finies les miêvreries !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Les choses ne sont plus ce qu'elles étaient chez Saturn. Pendant des années, cette compagnie établie à même les deniers de General Motors vivait une douce autonomie sans vraiment pouvoir développer quelque nouveau produit que ce soit. À la suite d'une mise de fond initiale de deux milliards de dollars, GM avait laissé son rejeton se débrouiller seul. Malgré un succès d'estime et une clientèle plus que comblée, les revenus ne permettaient pas de lancer de nouveaux modèles importants.

Devenue une division à part entière de General Motors au tournant du siècle, Saturn a enfin des visées commerciales plus élevées. Pour ce faire, il faut améliorer les modèles actuels et en développer d'autres. Ce qui explique pourquoi la berline ION sera modifiée sur le plan esthétique en 2005. De plus, une nouvelle gamme Red Line, à vocation sportive, a été lancée au milieu de 2004. Autant le coupé ION que la VUE en font partie. Le VUE Red Line est propulsé par le moteur V6 3,5 litres de 250 chevaux en provenance de chez Honda et il est couplé à une boîte de vitesses automatique à cinq rapports. Si jamais la livrée un peu plus excentrique de cette version ne vous plaît pas, il est toujours possible de commander le modèle régulier équipé de ce même moteur V6. Parmi les caractéristiques exclusives au Red Line, mentionnons la garde au sol réduite de 26 mm et des ressorts plus fermes, qui permettent d'abaisser le centre de gravité et le roulis du véhicule. Des roues en aluminium de 18 pouces chaussées de pneus Bridgestone Turanza P245/50R18 comptent également au nombre des exclusivités réservées à ce modèle. Cette combinaison de caractéristiques améliore de façon notable le comportement et la tenue de route, permet d'accroître la force d'accélération latérale et donne au véhicule une allure trapue et distinctive.

Plusieurs éléments esthétiques caractérisent le VUE Red Line, notamment de nouveaux bas de caisse, un nouveau bouclier arrière et un nouveau bouclier avant avec des prises d'air noires, ainsi qu'un embout d'échappement chromé. Les poignées des portières et du hayon, tout comme les boîtiers des rétroviseurs, sont peints de la même couleur que la carrosserie. Et, raffinement suprême, il sera offert en noir onyx, nickel argenté ou jaune électrique. Autant d'artifices qui permettent au propriétaire d'un modèle Red Line de le faire savoir à son entourage.

Proposition intéressante

L'un des modèles essayés était équipé de la traction intégrale, de sièges en cuir et d'un système audio Sony de très belle sonorité. Il faut également souligner que plusieurs améliorations de détails ont été apportées à tous les modèles VUE au fil des mois, et c'est vraiment mieux. Non seulement la texture des plastiques est moins rustique, mais l'assemblage est plus sérieux, les sièges plus confortables et l'insonorisation de beaucoup améliorée.

Ma randonnée m'a amené à circuler sur des routes secondaires de la région des Laurentides et notre Red Line de couleur jaune électrique a affronté avec aplomb les trous, les bosses et de nombreux virages serrés en dévers. Il est vrai que la direction à assistance électrique est trop engourdie et que le rouage intégral se faisait parfois piéger dans certaines courbes à faible adhérence, ce qui provoquait une certaine déstabilisation latérale. En outre, sur une surface meuble, le temps de réaction était un peu long alors que les roues avant patinaient quelque peu avant que le train arrière soit enclenché : malgré tout, avec 250 chevaux sous le pied, il est sans doute plus sage d'opter pour l'intégrale que la traction.

Peu importe, le moteur V6 est doux et silencieux en plus de livrer la marchandise. L'arrivée de la puissance est très linéaire, ce qui donne parfois I'impression que les performances ne sont pas là. Pourtant, chrono en main, j'ai bouclé le 0-100 km/h en 7,5 secondes, soit plusieurs dixièmes de seconde de moins que l'an dernier. Sans doute en raison des pneus de 18 pouces.

Et les autres !

La livrée Red Line et le moteur V6 de 250 chevaux ne sont pas les seuls choix qui s'offrent à l'acheteur. Si vous n'ambitionnez pas de remorquer une roulotte de 3 500 livres (1 587 kg).

ou le prix de près de 35 000 $ du modèle le plus huppé n'est pas à votre portée, il ne faut pas oublier les versions équipées du moteur quatre cylindres 2,2 litres d'une puissance de 143 chevaux. Il s'agit de l'Ecotec, un moteur d'architecture mécanique moderne avec ses deux arbres à cames et en tête, ses 16 soupapes et ses arbres d'équilibrage. Il est vrai qu'il est bruyant et rugueux par rapport à certains moteurs proposés par la concurrence, mais il ne rechigne pas à la tâche. Toutefois, les acheteurs intéressés par ce moteur quatre cylindres devront faire un choix entre le type de transmission et le rouage d'entraînement. Cochez le modèle doté de la boîte manuelle cinq rapports et vous ne pouvez que prendre livraison de la traction. Choisissez la transmission automatique infiniment variable et seule l'intégrale est disponible. Il faut également souligner que cette transmission n'impressionne pas à basse vitesse et sa sonorité en a fait sourire plusieurs.

Le VUE a beaucoup progressé depuis son lancement en 2003 et les améliorations apportées en font un véhicule nettement plus intéressant à conduire. Si vos moyens financiers vous le permettent, le modèle à moteur V6 et transmission intégrale est le meilleur choix. Sinon, le quatre cylindres à boîte manuelle offert en traction est le second choix. Et il ne faut pas oublier que la carrosserie de tous ces modèles est toujours en panneaux de polymère.

Partager sur Facebook
Commentaires