Cadillac XTS 2013, le pont entre les générations

Il y a de ça déjà plusieurs années, Cadillac a entrepris de rajeunir sa marque, histoire d’attirer de nouveaux acheteurs, lesquels étaient beaucoup plus interpellés par les constructeurs nippons et germaniques, ces derniers proposant des modèles mieux adaptés à leurs goûts. Cadillac était à cette époque perçue comme étant une marque ayant connu ses heures de gloire, mais surtout comme étant vieillissante. On peut dire mission accomplie chez Cadillac puisque les modèles CTS et SRX ont su redorer son blason. Lincoln ne peut toujours pas en dire autant.

Nonobstant sa cure de jeunesse, Cadillac n’a pas mis de côté sa clientèle originale, et ce sont les modèles plus classiques tels le STS et le DTS qui ont perpétué la tradition. Malgré les bons services que ces modèles ont rendus à Cadillac, il était grand temps de tirer un trait sur le passé et c’est pourquoi le constructeur a mis fin à la production des STS et DTS, pour les remplacer par le tout récent XTS 2013, dernier-né de la marque.

Rallier les générations

Le Cadillac XTS 2013 a donc comme mission de procurer une toute nouvelle image chez les grandes berlines du constructeur, tout en ralliant les acheteurs plus traditionnels. Pas facile de faire dans la dualité. On compte sur l’aspect imposant de la voiture ainsi que sur ses dimensions généreuses − typiques des berlines de luxe classique chez Cadillac − pour assurer la transition, alors que son style et son habitacle modernes tendent à faire oublier les modèles du passé. Afin de souligner encore plus le passage de la XTS à l’ère techno, on en profite pour y introduire le CUE (Cadillac User Interface), un système de commandes tactiles et vocales très évolué dont l’utilisation s’apparente à celle d’un iPad ou d’un iPhone.

Dans la sélection Cadillac, la XTS se situe au sommet en termes de prix et de dimension. La Cadillac ATS, modèle d’entrée de gamme qui sera introduit l’an prochain, se chargera de rivaliser avec des voitures telles la BMW de Série 3 et la Mercedes-Benz de Classe C, alors que la Cadillac CTS se verra confier le rôle de berline de luxe intermédiaire. Avec son gabarit, la XTS 2013 se situe très près des Audi A8, BMW de Série 7 et Lexus LS, mais elle est vendue à un prix de loin inférieur.

La puissance aux roues avant

La Cadillac XTS 2013 repose sur une plate-forme européenne, adaptée aux besoins de la cause. Oubliez les V8, on a décidé de miser sur l’économie de carburant et comme c’est la tendance, on utilise une cylindrée réduite dont on a rehaussé la puissance avec diverses technologies. Dans le cas qui nous occupe, on a droit à un seul moteur, un V6 de 3,6 litres à injection directe, développant 304 chevaux à un régime très élevé, 6 800 tr/min, et un couple de 264 lb-pi à 5 200 tr/min. La puissance est transmise aux roues avant par le biais d’une transmission automatique à six rapports. Eh oui, la XTS n’est pas une propulsion pour plusieurs raisons. On croit que la clientèle cible aime mieux ce type de rouage et que les performances accrues apportées par une propulsion ne sont pas un argument d’importance dans le cas de la XTS. L’absence d’un arbre de transmission sous le plancher permet aussi d’optimiser l’espace à bord. Cependant, il est possible d’obtenir un rouage intégral, ce qui offre une option intéressante aux acheteurs pouvant être déçus par la configuration de base.

Au chapitre du style, la Cadillac XTS reprend la signature visuelle typique des autres modèles. On reconnait les différents éléments angulaires de la voiture qui l’identifient rapidement à la marque. Impossible de se méprendre. Plusieurs pourraient croire à un modèle CTS qui a pris du galon. La partie avant est sans doute la plus jolie, avec son imposante grille tout en chrome arborant le large logo Cadillac. Le devant s’étire très bas, procurant une bonne prestance à la voiture. Cet élément est aussi souligné grâce aux roues de 19 pouces offertes de série et au design sport très réussi. L’arrière demeure un peu plus sobre.

L’intérieur de la XTS se compare sans gêne avec ce que fait la concurrence. Le tout est extrêmement moderne et nul doute sur la qualité des matériaux et de la finition. Si l’on a préservé un élément des modèles classiques, c’est bien l’espace de chargement. Même si la hauteur est un peu plus réduite, on retrouve 509 litres de chargement. Même constat pour les passagers arrière qui disposent d’amplement d’espace alors que le dégagement aux jambes est digne de celui d’une limousine. Bon point pour l’éclairage de l’habitacle en soirée qui apporte une belle touche de raffinement.

CUE, l’interface du futur

Si la XTS n’inclut rien de très nouveau au chapitre de la mécanique, c’est du côté de la techno qu’elle attire le plus l’attention. Le constructeur y introduit le nouveau système CUE, qui par le biais d’un écran tactile avec son interface similaire à celle de iPhone, permet de contrôler tous les éléments du véhicule, ordinateur de bord, climatisation, système audio et de navigation. Dans certaines versions, le groupe d’instrumentation entièrement numérique peut aussi être personnalisé avec le CUE. En fait, les limites de ce système sont sans fin, à un point tel que vous pouvez le télécharger en application iPhone/iPad afin de vous familiariser avec tous ses rudiments. En fin de compte, le système CUE s’est avéré beaucoup plus intuitif que les systèmes multifonctions de BMW, Audi, Acura et autres. Voilà certainement l’élément qui tranche le plus d’avec les anciens modèles.

Sur la route

Une fois installé à bord, et après avoir passé quelques minutes à personnaliser tous les gadgets, on apprécie le silence de l’habitacle. Même une fois démarré, le moteur reste silencieux et doux. Certains s’ennuieront de la sonorité d’un V8, d’autres seront ravis par l’économie de carburant accrue de ce V6. Sans être faible, le moteur doit tout même déplacer une masse importante, on ne parle donc pas de performances hors du commun, surtout lorsque le véhicule est équipé du rouage intégral. En fait, même si elle est développée à haut régime, la puissance est honnête, mais c’est principalement le couple plus réduit qui handicape les accélérations. On est loin de la puissance développée par les V8 de la concurrence.

Au volant, le XTS adopte une conduite plus dynamique que ce que nous avons connu chez Cadillac, mais le comportement demeure axé sur le confort. On ne veut pas concurrencer le dynamisme des allemandes, mais plutôt proposer une voiture confortable et agréable à conduire. On semble avoir atteint un bon équilibre à ce chapitre. On demeure suffisamment connecté avec la route pour ne pas s’endormir, alors que les longs trajets seront une véritable partie de plaisir.

Afin d’assurer son équilibre sur la route, les ingénieurs ont ajouté, de série, une suspension magnétique qui, en fonction des conditions, ajuste la fermeté des amortisseurs, maximisant ainsi le confort et les performances. Un simple courant électrique fait réagir un liquide magnétique dans l’amortisseur. Cette technologie permet un temps de réaction beaucoup plus rapide que les systèmes similaires qui modulent le niveau de fluide dans l’amortisseur. Au sujet du freinage, on n’a pas lésiné sur les moyens puisque la XTS propose de série des freins Brembo à l’avant; un gage d’efficacité.

Même si sa mécanique n’a rien d’extraordinaire, la Cadillac XTS 2013 est très moderne. Difficile de prédire si elle saura rallier de nombreux acheteurs, mais si vous appréciez les grandes berlines confortables et spacieuses, en voilà une qui pourrait bien vous intéresser.

Partager sur Facebook
Commentaires