Nissan Pathfinder, de retour du gym !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Vous vous souvenez sans doute de ces annonces à la page arrière des livres de bandes dessinées alors que le gros méchant tout en muscles jetait du sable au visage de la mauviette de la plage, en plus de partir avec la petite amie de ce dernier. Toujours selon cette pub, la mauviette allait au gym, revenait avec un physique herculéen et bottait le derrière de la brute. Peut-être que le Pathfinder ne se faisait pas tabasser, mais il a fréquenté la salle de musculation et est prêt à s'imposer.

La toute dernière version du Pathfinder était avec nous depuis 1996 et il était plus que temps de la moderniser. Et que faire pour améliorer un design qui s'est toujours bien vendu au fil des années, mais qui doit affronter une multitude de modèles concurrents tous plus récents et plus doués ? C'est passablement simple, il suffit de le rendre plus gros, plus puissant et d'ajouter des sièges !

Le nouveau Pathfinder est plus long de 12,4 cm, plus large de 2,8 cm et plus haut de 4,6 cm. Stationné à côté d'un modèle 2005, le 2004 a littéralement l'air fluet. Le nouveau modèle est non seulement de dimensions plus importantes, mais sa présentation le fait paraître plus gros. Les stylistes ont emprunté des éléments visuels à la camionnette Titan et au VUS Armada.

Les responsables du développement du Pathfinder ont également voulu améliorer le comportement hors route. La plate-forme monocoque a donc pris le bord et a été remplacée par le châssis autonome F-Alpha de la camionnette Titan. La carrosserie repose donc sur ce châssis ultra robuste constitué de poutres fermées. L'empattement est plus long de 15 cm par rapport à la version précédente, tandis que la suspension rigide est remplacée par une suspension arrière indépendante dotée de deux leviers triangulés. Comme le Titan, il en résulte une conduite vraiment confortable même si les amortisseurs sont fermes. La maîtrise du véhicule est bonne que l'on soit sur la route ou hors route.

Une nouvelle version SE hors route est dotée de pneus plus larges, d'amortisseurs Rancho, de plaques de protection sous le véhicule et d'un limiteur de vitesse de descente (HDC). Cet accessoire agit un peu comme un régulateur de vitesse, mais dans les descentes. En mode 4Hi, la vitesse de descente est automatiquement limitée à 7 km/h et à 3 km/h en mode 4Lo. Un autre système digne de mention est l'assistance de départ dans les côtes (HSA) qui maintient automatiquement la pression sur les freins jusqu'à une durée de deux secondes afin d'éviter que le véhicule glisse vers l'arrière dans une pente. Le rouage intégral possède également un mécanisme à glissement limité qui facilite la conduite hors route et fonctionne bien. Il m'a été possible de faire avancer sans difficulté le Pathfinder immobilisé sur une pente raide recouverte de gravillons.

Plus de places

L'empattement allongé et la suspension arrière indépendante ont permis aux ingénieurs d'ajouter une troisième rangée de sièges. Comme sur tous les véhicules de cette catégorie, cette présence est plus symbolique qu'autre chose puisque l'espace disponible permet d'accommoder de jeunes enfants seulement. Cette banquette se replie complètement à plat, ce qui permet de compter sur un espace de rangement supplémentaire de 317 litres par rapport au modèle précédent. La deuxième rangée se replie également totalement à plat, ajoutant ainsi au caractère pratique de ce Nissan tout usage. Par contre, ces sièges sont dotés d'appuie-tête mal conçus et peu confortables.

L'habitacle est bien fini et les matériaux de qualité. Le tableau de bord est un peu simpliste cependant, mais de consultation facile. De plus, les indispensables systèmes de navigation et lecteur DVD sont offerts sur les modèles LE et SE.

Plus de puissance

Le fait de rendre le Pathfinder plus long, plus large et plus gros nécessite un moteur plus puissant. Le moteur sélectionné est un moteur V6 4,0 litres de la série VQ. Il s'agit d'un moteur de cylindrée plus importante, mais identique sur le plan mécanique au V6 3,5 litres qui équipe les 350Z, Altima et Murano, entre autres. Pour obtenir cette cylindrée plus importante, la course a été allongée à 92 mm par rapport à 81,4 mm pour la version 3,5 litres. La puissance de ce moteur est de 270 chevaux, soit 30 de plus que le modèle précédent, tandis que le couple a progressé de 26 lb-pi pour atteindre 291 lb-pi à 4 000 tr/min. Il faut ajouter que 80 pour cent du couple est atteint à un régime inférieur à 2 000 tr/min. Cette puissance se fait sentir dès que vous enfoncez l'accélérateur. La progression s'effectue toutefois en douceur. Du moins jusqu'à ce que vous écrasiez l'accélérateur au plancher. La sonorité du moteur devient plus gutturale et le véhicule bondit vers l'avant. Ce moteur est couplé à une transmission automatique à cinq rapports. Elle est efficace, mais il y a un certain délai lorsqu'on enfonce l'accélérateur à fond pour doubler. Par contre, plusieurs seront déçus d'apprendre que la boîte manuelle n'est plus disponible.

Soulignons aussi que ce surplus de muscles a permis d'augmenter la capacité de remorquage à 6 000 livres - 2 721 kg -, un gain de 1 000 livres - 454 kg - par rapport au modèle antérieur.

Le Pathfinder de Nissan est maintenant considéré comme un vétéran dans le segment des VUS intermédiaires. La maturité vient avec l'âge et cette dernière version nous offre le plus efficace et le plus puissant Pathfinder à ce jour. Les matamores sur la plage devraient garder l'oeil ouvert.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires