Mercedes-Benz Classe SL 2012: La sportive tout confort

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2012

L’arrivée de la récente SLS AMG, aujourd’hui proposée en modèle coupé et cabriolet, a permis à la marque allemande d’offrir de nouveaux modèles à vocation plus sportive. Malgré cela, la SL a toujours sa place dans la gamme du constructeur allemand en vertu de ses qualités de grande routière, mais également parce que la SL est l’une des voitures les plus marquantes de l’histoire de l’automobile.
La désignation SL de la voiture signifie Sport Leicht en allemand, ce qui se traduit par Sport Légère en français. Ces deux caractéristiques étaient très certainement présentes sur la toute première SL, qui a été créée en 1954 suite aux recommandations de Max Hoffmann, l’importateur américain de la marque allemande à l’époque. Mais aujourd’hui, les SL sont plus axées sur le confort que la sportivité, et le poids toujours en hausse de ces modèles au fil des générations est devenu un facteur limitatif pour la dynamique de la conduite.

Sport Leicht? Pas vraiment…

Sur la route, tous les modèles de la gamme des SL sont handicapés par un poids très élevé qui se situe soit juste en dessous ou juste au-dessus des deux tonnes, selon la motorisation retenue. Dans les virages, on constate rapidement que les SL n’apprécient pas les enchaînements ainsi que les transitions rapides au même point qu’une authentique sportive. La qualité première de la SL étant d’assurer le confort du conducteur et du passager, les suspensions sont calibrées avec des réglages plus souples qui s’accommodent nettement mieux des routes dégradées qui sont notre lot au Québec. Toutefois, elles qui ne mettent pas nécessairement le conducteur en confiance lorsque celui-ci tente de pousser la voiture à la limite.

Bien que l’on ne puisse plus qualifier les SL actuelles d’authentiques sportives, force est d’admettre que ce sont des voitures Grand Tourisme très réussies. Elles offrent à la fois les attributs d’un coupé et d’un roadster, puisque ce modèle est doté d’un toit rigide rétractable, tout comme la SLK qui a inauguré ce style en 1997. Avec le toit en place, l’habitacle est bien insonorisé et le confort est souverain. Le repli du toit dans le coffre signifie cependant que l’on doit composer avec un volume d’espace cargo plus limité, mais la conduite à ciel ouvert est tout aussi confortable en raison d’un excellent contrôle du flot d’air.

La tenue de route est toujours saine, les réactions de la voiture demeurent prévisibles en tout temps, et la puissance de freinage est très bonne. De plus, les SL sont littéralement truffées de tous les systèmes électroniques d’aide à la conduite développés par Mercedes-Benz. Et parce que sécurité est une préoccupation constante des ingénieurs de la marque, on retrouve dans la SL un arceau de sécurité qui se déploie en une fraction de seconde si les capteurs détectent que la voiture risque de se retourner lors d’un accident. 

Pour l’année 2012, les modèles à moteur V12, soit les SL600 et SL 65 AMG, ont été retirés du catalogue, laissant seulement deux modèles pourvus de moteurs V8 au programme, soit la SL550 et la SL63 AMG. En fait, le retrait des moteurs V12 laisse entrevoir que la refonte complète de la SL est imminente…

La nouvelle génération

L’année 2012 saluera l’arrivée de la nouvelle génération de la SL dont le style de la carrosserie sera calqué sur celui de la SLS AMG ainsi que sur celui de la plus récente SLK qui a connu son lancement en cours d’année 2011. Et même si le modèle sera entièrement renouvelé, il faut cependant s’attendre à ce que le design conserve un petit côté conservateur, histoire de ne pas brusquer la clientèle si fidèle au coupé-cabriolet haut de gamme de la marque. L’empattement sera allongé afin d’augmenter légèrement le volume d’espace de l’habitacle et la calandre sera plus haute, afin de permettre à la voiture de se conformer aux normes européennes en ce qui a trait à la protection accordée aux piétons en cas d’impact. Les phares en forme de « L » du modèle actuel seront remplacés par des phares plus conventionnels et de forme rectangulaire, comme sur la SLS AMG, alors qu’à l’arrière, les feux surdimensionnés émuleront ceux du coupé CLS. Il est par ailleurs acquis que le toit rigide rétractable restera au programme, mais il sera bonifié pat l’ajout du système appelé Magic Sky Control, inauguré sur la SLK, qui permet de régler le degré de transparence ou d’opacité selon les conditions d’ensoleillement.

On serait également porté à croire que les ingénieurs de Mercedes-Benz ont pris acte de la qualité aléatoire des routes québécoises, puisque la suspension de la nouvelle SL, appelée Magic Ride Control, est une évolution de la suspension active ABC (Active Body Control). En fait, les ingénieurs ont ajouté à ce dernier dispositif une caméra qui scrute la surface de la route pour identifier nids-de-poule et autres irrégularités de la chaussée. Ces données sont ensuite transmises à l’ordinateur de bord, qui sera ainsi en mesure de régler l’amortissement en une fraction de seconde.

En attendant la nouvelle mouture, l’actuelle SL poursuit sa route en proposant à son conducteur une expérience hors du commun, soit celle de rouler à la fois au volant d’un coupé et d’un cabriolet, tout en appréciant un niveau de luxe et de confort inégalé dans cette catégorie.

Partager sur Facebook
Commentaires