Infiniti FX 2012: Intéressant croisement de gènes

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2012

Les VUS ont bien évolué depuis leur apparition au milieu des années 90. Dès le début, les constructeurs ont pris la vague de front et l’on a rapidement assisté à la naissance de différents types de véhicules utilitaires. C’est Infiniti qui a lancé la mode des VUS athlétiques avec l’introduction du FX en 2003. Non seulement ce véhicule marquait l’imaginaire avec son style évoquant celui d’un bolide sport, mais il s’est de plus inscrit rapidement dans un créneau qui, encore de nos jours, continue de générer des chiffres de vente plus qu’appréciables chez plusieurs constructeurs.
De nos jours, le FX n’est plus seul dans son créneau. Si vous êtes intéressés par ce type de VUS, vous pouvez également opter pour le Porsche Cayenne, le BMW X6, le Mercedes-Benz ML ou le Range Rover Sport, tous des véhicules utilitaires ayant les mêmes prétentions. Ce qui distingue le FX du lot? Son prix plus compétitif. C’est d’autant plus intéressant puisque la compagnie Infiniti n’avait auparavant jamais joué la carte de l’accessibilité pour se distinguer de la concurrence. C’est pourtant ce que l’on observe dans le cas du FX. Son prix de base est largement inférieur à celui de ses rivaux, même s’il offre des niveaux d’équipement similaires.

Puisque le FX a été le précurseur et qu’il est offert à un prix plus enviable, il devrait, selon toute logique,  bénéficier de ventes plus qu’enviables. Ce n’est malheureusement pas le cas. Pourquoi? Probablement parce que les gens qui s’intéressent à ce type de véhicule sont prêts à payer davantage pour un modèle doté d’un emblème plus prestigieux. Sur ce point, force est d’admettre que la compagnie Infiniti ne réussit toujours pas à égaler ses rivales. Les acheteurs se paient souvent un véhicule de ce genre pour l’apparence, bien entendu, mais surtout, pour le prestige.

Retouches à l’avant

Le FX continue de séduire avec ses lignes dynamiques. Son look évoque vraiment celui d’une voiture sport et l’effet est encore plus saisissant lorsque le FX repose sur des jantes de 21 pouces. Pas mal pour un design qui remonte à 2003! Il n’y a pas à dire : Infinity a été novateur en ce qui a trait au style du FX. Après quelques retouches esthétiques en 2009, voilà que le constructeur récidive cette année en jouant un peu avec l’avant du véhicule. Rien de majeur, mais les designers ont apportés quelques subtils changements, question d’améliorer la présentation.

À l’intérieur, le tableau de bord reflète le style insufflé à tous les nouveaux produits du constructeur. La partie centrale est similaire à celle de son petit frère, l’EX. Cependant, tout est fonctionnel et simple à utiliser. Avec ses lignes, le FX n’est certes pas le plus spacieux. On a suffisamment d’espace à l’arrière, mais on s’y sent moins à l’aise lorsque trois passagers prennent place. En fait, c’est le toit plongeant qui réduit le dégagement à la tête. Pour ce qui est de l’espace de chargement, la possibilité de coucher les sièges à plat ajoute au côté pratique, mais le plancher haut et le hayon plus étroit amputent légèrement son volume.

Toujours pas de FX37

Dans le cas du FX, les choix sont assez simples. Tout comme dans le cas de ses principaux rivaux, on peut choisir entre un modèle plus raisonnable, à moteur V6, et un autre plus bestial, à moteur V8.

C’est le FX35 qui joue le rôle du plus sage. On retrouve sous le capot un V6 de 3,5 litres développant 303 chevaux pour un couple de 262 livres-pied. Ce moteur, qui intègre la technologie de calage variable des soupapes, est celui qui équipe la majeure partie des FX vendus ici. Alors que le FX est proposé en Europe avec un V6 de 3,7 litres depuis sa refonte d’il y a deux ans, on aurait cru à la venue rapide de cette mécanique, mais il semble que ce ne sera toujours pas pour 2012. Toujours pas de FX37 pour 2012!

Les amateurs de puissance seront servis par le bestial FX 50 équipé d’un moteur V8 de 5,0 litres développant 390 chevaux, soit 87 de plus que dans le cas du FX35. Tout comme le V6, ce moteur est couplé à une transmission automatique à sept rapports. Cette dernière améliore non seulement les prestances du moteur, mais elle favorise également l’économie de carburant.

Peu importe le moteur, conduire le FX se révèle un réel plaisir. Le tout débute par une excellente visibilité à l’avant et un volant sport au diamètre réduit, qui donne l’impression de diriger le véhicule du bout des doigts. Chaussée de roues de bonnes tailles, le FX affiche un aplomb inébranlable, même en conduite plus sportive. Sur piste, le FX pourrait laisser derrière plusieurs voitures, élément assez rare pour un véhicule utilitaire. Sa conduite emballante est certainement l’élément principal qui nous fait l’apprécier autant. Puisque chez Infiniti, la plupart des produits vendus sont équipés du rouage intégral, le FX l’offre de série au Canada et c’est tant mieux. Le véhicule s’accrochera mieux au pavé sous diverses conditions, élément qui lui procure un avantage par rapport à d’autres véhicules sport. Peut-on aller jusqu’à le qualifier de bolide quatre saisons? Tout à fait.

Certains diront que « VUS » et « bolide sport » sont en fait des antagonistes. Nous dirons pour notre part que le FX marie les gènes de l’un et de l’autre. Une combinaison réussie! 

Partager sur Facebook
Commentaires