Hyundai Santa Fe 2012: Toujours un bon choix

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2012

Dès son arrivée sur le marché, le Sante Fe a connu beaucoup de succès. Ses dimensions étaient de genre « juste ce qu’il faut », mais ce qui plaisait encore davantage, c’était la qualité de son comportement routier, son agrément de conduite et sa polyvalence. Il y avait bien quelques détails qui retroussaient, des petites choses qui accrochaient, mais rien de bien grave. Puis au fil des années, on a amélioré ceci, remplacé cela et ce véhicule est devenu nettement meilleur. Mais le temps passe.
Depuis le lancement du Santa Fe, le Tucson a été complètement modernisé et de façon spectaculaire. Et avant cela, le Veracruz empruntait la plate-forme du Santa Fe pour aller jouer dans les plates-bandes des Ford Flex, GMC Acadia et autres. Mais le Veracruz est trop gros pour être considéré comme son égal. Par contre, il est plus difficile de le départager du Tucson. On espérait que le Santa Fe soit modernisé à son tour, mais tout porte à croire que ce ne sera pas pour 2012.

La logique prévaut

Les gens se demandent toujours pourquoi, au début, on donnait le choix entre des moteurs quasi similaires. Je plains les conseillers en ventes qui devaient à l’époque éclairer les clients. Heureusement, les choses sont maintenant beaucoup plus simples alors qu’on a le choix entre un moteur quatre cylindres de 2,4 litres produisant 172 chevaux associé à une boîte manuelle à six rapports ainsi qu’un autre engin, un V6 de 3,5 litres d'une puissance de 273 chevaux uniquement disponible avec la transmission automatique  Shiftronic à six rapports. Cette boîte manumatique permet de passer les vitesses manuellement. Si vous voulez mon avis, peu de gens utilisent cette option. C'est parfois utile en certaines circonstances, mais la plupart du temps, on laisse la transmission effectuer son travail tout seul.

Mais quand on résout un problème, on en crée souvent un autre et les clients hésiteront désormais entre le Santa Fe et le Tucson, également propulsé par le même moteur. À une différence près cependant : le Santa Fe à moteur quatre cylindres ne peut être livré qu'avec les roues motrices à l'avant. Si vous voulez le rouage intégral, une seule solution existe : choisir le moteur V6.

Si vous hésitez toujours entre le Tucson et le  Santa Fe, entre le premier avec le moteur quatre cylindres avec rouage intégral et le deuxième à moteur V6 pour plus de puissance et de meilleures performances? Pas facile, mais plusieurs souligneront que l’un est plus élégant que l’autre... D'ailleurs, pour compliquer le portrait, le rouage intégral sur l'un et sur l'autre de ces modèles n’est disponible qu'avec la transmission automatique. Ça reste donc une question de goût.

Compétitif

Le Santa Fe a impressionné dès son premier tour de roue, car il était doué à tous les chapitres. Une troisième rangée de sièges était même offerte. Mais compte tenu du caractère peu pratique de cette configuration, on a eu la bonne idée de l’éliminer. La finition de l’habitacle est toujours impeccable, même si la présentation commence à prendre de l’âge. Selon la tendance actuelle, toutes les commandes audio et de climatisations sont logées dans une console verticale. Celle-ci accueille également l'écran de navigation disponible sur la version Limited Navigation qui, comme son nom l’indique, est munie du système GPS de navigation par satellite. Il faut souligner également que la position de conduite est bonne, que les commandes placées le long du moyeu du volant sont faciles d'accès et de manipulation. Les cadrans indicateurs cerclés d'une bande de chrome se consultent aisément, hormis ce petit écran d’information placé au centre, qui s’avère parfois difficile à lire. Les versions les plus onéreuses proposent des appliques en bois qui rehaussent la présentation. Il faut également souligner que l'habitabilité est bonne et les sièges confortables.

Le nouveau moteur quatre cylindres de 2,4 litres est de conception mécanique moderne avec le calage infiniment variable des soupapes. Son rendement est excellent. Il faut de plus ajouter que sa consommation de carburant est raisonnable et la possibilité de l'associer à une boîte manuelle à six rapports en influencera certains. Cette transmission est plus utilitaire que sportive et ne transforme pas le Santa Fe en bête féroce. Par contre, peu importe le moteur choisi, la transmission automatique est excellente.

Le Santa Fe se démarque par une bonne tenue de route, une insonorisation poussée et un habitacle aussi confortable que bien agencé. Sur la route, la suspension absorbe bien les imperfections de la chaussée tandis que la direction est précise et son assistance bien dosée. Par contre, les bruits de suspension filtrent dans l’habitacle et deviennent agaçants à la longue lorsqu’on circule sur une route en gravier. Il est certain que le Santa Fe sera rajeuni au cours de la prochaine année. Mais ses caractéristiques techniques, sa motorisation, de même que son comportement routier associés à des dimensions plus généreuses que celle du Tucson lui permettent de demeurer compétitif. Il faut également ajouter que la qualité des matériaux est bonne et l'assemblage sérieux. Un modèle pour l’acheteur rationnel.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires