Dodge Grand Caravan / Chrysler Town & Country / Volkswagen Routan 2012: La réhabilitation d’une légende

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2012

Pendant des années, la fourgonnette produite par Chrysler a été non seulement la plus populaire de sa catégorie, mais elle était en mesure de se débrouiller assez bien face à des rivales nippones pourtant dotées d’une motorisation plus moderne et dont la qualité de fabrication était plus relevée. Malheureusement, sa dernière révision majeure en 2008 avait été fort décevante : sa silhouette était rébarbative, sa motorisation poussive et son assemblage assez quelconque. C’était sous le règne de Cerberus, de triste mémoire.
Lorsque le constructeur Fiat a pris les commandes de la compagnie à la suite de la faillite de celle-ci, plusieurs étaient sceptiques quant à l’avenir de Chrysler. Et le fait qu’aucun nouveau produit n’ait été présenté pendant des mois ne rassurerait personne. Puis, au printemps 2011, de multiples nouveaux produits ont été dévoilés en rafale. Aucune transformation radicale, mais une foule d’améliorations qui ont complètement transformé la qualité de ces véhicules en général et leur agrément de conduite en particulier. Les fourgonnettes Grand Caravan de Dodge et la Chrysler Town & Country faisaient partie du lot. Pour ce qui est du Routan de Volkswagen, il s’agit essentiellement d’une fourgonnette Chrysler dotée d’un habitacle distinctif et d’une suspension plus sophistiquée. Par contre, le système Stow ’n Go n’est pas disponible dans cette dernière.

Silhouette inchangée, habitacle amélioré

Plusieurs n’acceptent toujours pas cette silhouette équarrie caractéristique à cette fourgonnette. Mais il faudra faire avec jusqu’à la prochaine révision complète, qui n’est pas pour demain, on le craint. Par contre, on a grandement amélioré l’habitacle, tant en matière de design que de qualité des matériaux. Les plastiques durs ont disparu pour faire place à des garnitures souples et les matériaux choisis sont visiblement de meilleure qualité. De plus, on accède aux multiples espaces de rangement par des couvercles ou des tiroirs dont l’ajustement est très bon. Le clou de la planche de bord demeure les deux cadrans circulaires avec fond blanc et lettres noires, une présentation qui semble plaire aux stylistes de la maison. Ces deux cadrans principaux sont cerclés de rouge et sont du plus bel effet la nuit. On retrouve, à la droite du volant, le levier de vitesse, brillamment positionné, vraiment à la portée de la main. L’écran à affichage par cristaux liquides est unique en son genre en raison des illustrations graphiques utilisées et de la présentation de la route à choisir. Soulignons au passage que notre modèle d’essai était doté d’un système de cinéma, qui sera fortement apprécié des occupants des places arrière lors des longues randonnées.

Cette refonte a vu la disparition des sièges pivotants et de la table amovible. Par contre, le système Stow ‘n Go permet toujours aux sièges de s’escamoter dans le plancher, une véritable bénédiction pour les personnes qui exploitent à fond le caractère multifonctionnel de ces fourgonnettes. Le confort de la seconde rangée est bon tandis que celui de la troisième rangée est correct. Une fois cette dernière remisée dans le plancher, l’espace de chargement devient fort impressionnant.

Toujours en ce qui concerne le transport d’objets, les travers de supports de toit sont appelés « Stow ’n Place ». Lorsqu’ils ne sont pas utilisés, il est possible de les remiser dans les supports latéraux, améliorant ainsi l’aérodynamique du véhicule.

Enfin un moteur!

Depuis des années, la grande faiblesse des fourgonnettes de ce constructeur était le groupe propulseur. En effet, on proposait un assortiment de vieux moteurs V6 associés à des boîtes de vitesse automatiques plutôt douteuses. Cette fois, on a réglé le problème de belle façon en éliminant toute la quincaillerie du passé pour la remplacer par le tout nouveau moteur Pentastar V6 3,6 litres d’une puissance de 283 chevaux et couplé à une boîte automatique à six rapports. Ce moteur est non seulement puissant, mais sa conception mécanique est moderne. Ajoutez à cela une consommation de carburant améliorée et vous obtenez une transformation qui vaut la peine d’être soulignée. On nous propose également un autre moyen d’économiser du carburant : on retrouve, dans la partie inférieure centrale du tableau de bord, un bouton vert qui permet de modifier les passages des rapports de boîte de façon à réduire davantage la consommation d’essence.

Ce moteur est donc fort bien adapté et la boîte de vitesses m’est apparue correcte. Par contre, lorsqu’on enclenchait le rapport « D », une secousse se faisait sentir dans la transmission. Ce n’est pas une grosse secousse, mais assez pour être perçue. Sur la route, il est évident qu’un véhicule de ce poids et de cette configuration ne possède pas l’agilité et l’agrément de conduite d’une Mazda MX5. Par contre, la géométrie de la suspension a été révisée et la conduite est nettement plus intéressante qu’auparavant.

Avec un meilleur moteur, une finition beaucoup plus resserrée et un comportement routier amélioré, les fourgonnettes de Chrysler et la Routan de Volkswagen sont en mesure de livrer une chaude lutte aux Honda Odyssey et Toyota Sienna. Ces dernières n’ont qu’à bien se tenir!

Partager sur Facebook
Commentaires